Israël-Palestine : la ligne de front qui divise Berne

Cenator : « Durant le mandat […] de Micheline Calmy-Rey, la Suisse s’est efforcée de conserver sa neutralité », écrit Le Matin. Au contraire : l’exercice de Micheline Calmy-Rey au Conseil fédéral, de 2003 à 2011, a été dans sa totalité une violation de la neutralité suisse. Micheline Calmy-Rey était également membre du Conseil d’administration de l’Open Society Foundation du multimilliardaire Georges Soros. Elle a œuvré pour l’indépendance du Kosovo (un désastre), elle a milité pour l’initiative RASA, et ses positions anti-israéliennes dépassaient largement celles qu’un conseiller fédéral devrait prendre.

**************

La ligne de front qui divise Berne

Par Eric Felley

Les propos d’Ignazio Cassis sur l’aide aux réfugiés palestiniens ravivent le débat au Parlement. Le difficile équilibre de la neutralité suisse est mis à l’épreuve par les deux camps. […]

En mettant en cause l’Office de secours des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA), Ignazio Cassis a ouvert une énième polémique à Berne autour du conflit au Proche-Orient. Hier, le PS et Les Verts ont posé une douzaine d’interventions. Pour Carlo Sommaruga (PS/GE), le message du Tessinois s’inscrit en rupture: «Nous avons besoin d’une clarification de la ligne du Conseil fédéral.» Durant le mandat de Didier Burkhalter, et avant celui de Micheline Calmy-Rey, la Suisse s’est efforcée de conserver sa neutralité, tout en militant pour une solution de paix négociée à deux États. Elle ne reconnaît pas les territoires annexés depuis 1967 et s’interdit d’en acheter les produits. Elle suit les résolutions de l’ONU et soutient l’UNRWA (23 millions par an), qui est dirigé par un Suisse depuis 2013, Pierre Krähenbühl, au poste de commissaire général.

Neutralité variable…

Mais à chaque crise, le conflit s’exporte aux Chambres fédérales.

[…]

Editorial: Qui n'est pas avec nous est contre nous

Par Eric Felley

Un peu partout sur la planète, dans presque tous les parlements démocratiques, le conflit israélo-palestinien est un héritage qui divise la salle en deux. La Suisse vit ce conflit par procuration depuis des décennies. Elle défend une position de neutralité, mais dans la réalité des belligérants, cette neutralité est impossible, inconcevable. Qui n’est pas avec nous est contre nous.

[…]

Articles complets : Le Matin

2 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    ‘Durant le mandat de Didier Burkhalter, et avant celui de Micheline Calmy-Rey, la Suisse s’est efforcée de conserver sa neutralité, tout en militant pour une solution de paix négociée à deux États ».
    « Le Monde » a qualifié Mme Calamyty-Re, en 2006, de « Suisse mais pas neutre ».
    Référence :
    https://www.rts.ch/info/suisse/3382156-la-carriere-de-micheline-calmy-rey-au-sein-du-cf.html
    Elle est pro-palestinienne et anglo-israélien donc tendance  »très légèrement » à gôche et favorisant les Palestiniens !
    M. I. Cassis :  »Sous l’ère de Micheline Calmy-Rey et de Didier Burkhalter, la politique étrangère était plutôt pro-palestinienne »
    Référence:
    https://www.letemps.ch/suisse/ignazio-cassis-ne-regrette-rien

  2. Posté par Jean-Daniel Piolet le

    « Elle défend une position de neutralité, mais dans la réalité des belligérants, cette neutralité est impossible, inconcevable ». Faux. La neutralité est étymologiquement indépendante de la réalité des belligérants. Jamais ouvert un dictionnaire, Eric?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.