Médias. RTS. Les binationaux sont-ils des Suisses comme les autres ? « Vacarme »,11.2.2018 (audio)

 

Présentation de l'émission  par la RTS:  "En rendant son passeport italien lors de son élection au Conseil fédéral, Ignazio Cassis a donné une nouvelle ampleur à la question de la double nationalité. Une question loin dʹêtre marginale puisque pour des raisons de migrations, de profession, de rencontres ou dʹhistoires dʹamour, plus de 20% des Suisses possèdent un autre passeport. Les binationaux sont-ils des Suisses comme les autres? Sont-ils des privilégiés qui cumulent les avantages offerts par les pays dont ils ont la nationalité? Comment vivent-ils leur double appartenance identitaire?"

à partir de 20'.

Ndlr : La sociologie amène à tout et certains osent tout, exemple d' affirmation  de l'un des membres de cette confrérie sur le sujet, extrait synthétique :  "...la binationalité implique des ajouts de  loyauté et de  complexité et la complexité entraîne l'ouverture... la complexité fait peur et qui a peur de la complexité s'enferme et si on demande cela des autres on devient presque un terroriste...." ( S. Cattacin, unige).

La binationalité est-elle nécessairement un signe  d'ouverture, comme le prétend le sociologue ?

RamadanAvecPasseportSuisse

10 commentaires

  1. Posté par Toto le

    Ces français qui viennent se financer en Suisse avec des fonds publics du contribuable Suisse. S’il se plante il aura bénéficié de l’aide publique et s’il réussit il vendra sa startup. Comme le dit Monsieur Zimmer il faut les même exigences du financement public qui s’il était privé et surtout demander le remboursement des aides en cas de vente. STOP à la Mascarade.

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/la-parole-aux-auteurs-remi-durand-et-benjamin-zimmer-1402-1036069.html

  2. Posté par Le Taz le

    La plupart des bi-nationaux le sont par naturalisation, ce ne sont pas des suisses, il faudrait d’ailleurs les denaturaliser. Cela nous débarrasserait de cinglées comme Ada Marra, Mazzone, Ruiz, Amarel et compagnie

  3. Posté par bonardo le

    A mourir de rire ,je suis Suisse ,je suis Italien ,je suis Espagnol ,je suis Kurde ,je suis ,je suis ,finalement personne ne sait rien de rien ,cela devient insupportable ,et on profite d`avoir plusieurs nationalités ,pour le fun ?

  4. Posté par G. Vuilliomenet le

    @Fleeps

    Un âne qui naît dans une écurie reste un âne. Il devient un problème lorsqu’il veut se substituer à vous. C’est d’ailleurs bien ce à quoi il pensait lorsqu’il disait que les musulmans étaient maintenant établis en Europe et qu’ils comptaient bien y rester.
    C’est probablement ce que se disaient les musulmans de l’Al-Andalus. Nous connaissons ce qui leur est advenu.

  5. Posté par Fleeps le

    c’est quand même incroyable….regardez ce bonhomme sur la photo avec le passport Suisse….ça fait peur…..j’ai l’impression qu’il me montre les clés de ma porte d’entrée.

  6. Posté par Loulou le

    Mince, je suis un pauvre con de Suisse de souche ne possédant qu’un passeport, je ne suis donc pas complexepleindouverture…Snif!

    Sociologue inutile de mes deux. Et raciste avec ça.

  7. Posté par Aware le

    Et bien moi, cela me gêne considérablement qu’il y ait des bi- (ou multi-) nationaux. Non seulement à cause des problèmes de loyauté évoqués ci-dessous. Cela me gêne en premier lieu car cela crée 2 catégories de citoyens : les « que suisses » (qui n’ont pas le choix) et les « notamment suisses » (qui le sont seulement lorsque cela leur convient) . Ou on reconnaît les nations et l’on ne peut avoir qu’une seule nationalité ou l’on ne reconnaît pas les nations et le concept de nationalité n’a plus aucun sens. L’acte de reconnaître la bi- (ou multi-) nationalité a consisté à considérer que le concept des nations n’a plus aucun sens (ce qui est totalement contraire à la constitution).

  8. Posté par Yolande.C.H. le

    Du fait que la naturalisation est envisagée, pour la plupart de ceux qui la demandent, comme devant être une simple formalité administrative (j’habite en suisse donc je suis suisse), la question ne se pose même pas.
    Et d’ailleurs, quand certains organisent une manifestation, les médias spécifient: les suisses de… suivi du pays d’origine. Pour l’instant, il n’y a pas eu de manifestation de suisses de Suisse et pour cause: cela provoquerait un tollé!

  9. Posté par Dominique Schwander le

    Pour les multiculturalistes supra-nationalistes et mondialistes, qu’ils soient de la gauche ou d’affreux oligarques à la Soros, la détention de différents passeports n’est absolument pas problématique étant donné qu’ils suppriment les frontières! Pour eux il ne serait pas gênant de se sentir loyal vis-à-vis de plusieurs États-nations, voir de n’avoir aucune loyauté et aucun attachement particulier à son pays. En Europe, seuls les multiculturalistes supra-nationalistes bruxellisés et eurolâtres croient qu’il est tout à fait possible d’avoir la nationalité sans pour autant être loyal à son pays, et vice versa. N’est-ce pas problématique de ne pas ressentir de loyauté vis-à-vis de sa nationalité, voire de posséder plusieurs nationalités ? N’existe-t-il pas une connexion logique et nécessaire entre la loyauté politique et la nationalité ? Une double nationalité de deux nationalités aux cultures et valeurs éloignées n’est-elle pas, logiquement, aussi absurde qu’un double sexe ou une double religion? Comment peut-on avoir un passeport suisse et un passeport de la théocratie chiite d’Iran dont le guide suprême Khomeini a réislamisé l’Iran par le haut, par le bas et par la violence, mis son portrait en filigrane sur tous les passeports iraniens (!) et qui fit emprisonner et tuer plus de ses compatriotes que tout autre führer musulman au Moyen-Orient. C’est une absurdité qui ne devrait pas être déclarée possible par la Loi, parce que la nationalité signifie être sujet d’un État-nation souverain spécifique; aussi parce que la Loi est universelle puisqu’elle est appliquée à l’ensemble des citoyens d’un Etat-nation qui partagent une destinée commune. Mais la Loi est aussi particulariste puisqu’elle est l’expression de ce peuple particulier, vivant sur ce territoire particulier, avec une histoire, des coutumes, des lois, des valeurs et des vertus particulières. Une personne ayant une double nationalité est sujet de deux souverainetés, de deux systèmes juridiques, de deux systèmes de devoirs. Ce n’est possible que si les deux nations concernées ont des cultures et une temporalité semblables et équivalentes. Pour qu’un gouvernement démocratique, son Souverain et l’état de droit fonctionnent, ils n’exigent pas qu’une simple loyauté (et des devoirs spécifiques) mais une loyauté excluant toutes les autres à partir du moment où celles-ci entrent en conflit. De plus si un vrai réfugié conserve le passeport de son pays d’origine, cela implique que son assimilation demeure conditionnelle, qu’il ne va pas s’assimiler dans son pays d’accueil, et qu’il peut utiliser son passeport pour retourner dans son pays d’origine, par exemple en vacances… voir même pour y faire mutiler sexuellement sa fillette!

  10. Posté par Antoine le

    Cela ne me gêne pas qu’un simple citoyen/nne soit binational !
    Par contre cela devient un sujet de préoccupation au niveau du gouvernement, des comptables, des ressources humaines (RH), etc …
    En effet, comment faire confiance à un/une comptable ou ministre des finances binational (comme à Genève) dans le climat actuel (optimalisation fiscale entre autre …) ou d’un RH binational (CH/F) qui n’engage  »que » des Français …
    Actuellement, certains vilipendent le passeport suisse … donc au point de vue politique ils considèrent cela comme  »normal » !! C’est du n’ IMPORTE quoi !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.