Les organisations humanitaires riches ont besoin d’une surveillance plus stricte

Melanie Phillips

Le scandale d’Oxfam [1, 2, 3, ...] révèle comment des ONG puissantes peuvent déjouer la vigilance des organismes de contrôle

À mesure que le scandale d’Oxfam prend de l’ampleur, des questions se posent sur le rôle de la Charity Commission (Commission de contrôle des œuvres de bienfaisance). Tout cela s’est passé sous son nez. À quoi bon un organisme de contrôle, s’il ne contrôle pas correctement?

En 2011, Oxfam a fait part à la Commission d’une enquête interne sur des allégations de mauvaise conduite de la part d’employés d’ONG à Haïti. Elle a déclaré que cela concernait "les comportements sexuels inappropriés, les brimades, le harcèlement et l’intimidation du personnel", ajoutant qu’il n’y avait eu "aucune allégation ou preuve d’abus à l’encontre de bénéficiaires" ni de crimes contre des mineurs.

La commission a été dupée. Nous savons maintenant que le rapport interne d’Oxfam disait que les membres du personnel ont utilisé les bénéficiaires comme des prostituées, dont certaines étaient peut-être mineures.

Il est vrai que, dans son rapport de décembre dernier, la Commission notaient des comportements qui ne correspondaient pas à la "culture et aux valeurs" d’Oxfam. Mais elles s’est contentée de demander aux organismes de bienfaisance de changer d’attitude à l’égard de tels problèmes. Pourtant elle recevait environ 1 000 signalements par an concernant les mesure de protection et les abus sexuels.

Les œuvres de bienfaisance sont censés signaler tout abus et être "franches et complètes avec l’organisme de contrôle". Cependant, comme leur souci primordial est de ne pas effrayer les donateurs, elles ont de bonnes raisons de ne pas être franches et complètes.

En 2011, la commission avait déjà la réputation d’être molle et incurablement partiale en faveur des œuvres de bienfaisance qu’elle était censée contrôle. Son président, William Shawcross, nommé en 2012, a tenté d’y remédier.

Il a fait appel à des personnes extérieures au milieu caritatif et a multiplié par plus de dix le recours aux enquêtes, obtenant des améliorations significatives.

Néanmoins, il subsiste une "culture du déni" dans les milieux de l’aide. Cela est sans doute alimenté par l’idée selon laquelle le secteur caritatif est intrinsèquement digne et moral puisqu’il fait le bien.

Cette croyance selon laquelle les travailleurs humanitaires se trouve sur un plan moral plus élevé que le reste de l’humanité sert à les défendre contre des allégations, même fondées, selon lesquelles l’argent est souvent mal dépensé.

Ainsi, à Haïti, une grande partie des 10 milliards de livres sterling recueillis pour reconstruire l’île a été gaspillée par les organismes caritatifs qui l’administraient.

Des organismes comme Oxfam ne sont depuis longtemps plus des œuvres de charité au sens tradition mais d’énormes organisations non gouvernementales. Il y a plus de dix ans, l’Université Johns Hopkins estimait que, si le secteur des ONG était un pays, il serait la cinquième plus grande économie du monde avec une valeur totale de plus de mille milliards de dollars par an.

Les ONG sont devenues un cinquième pouvoir extrêmement puissant qui utilise le piédestal de la conscience et la manipulation émotionnelle pour faire pression sur les gouvernements nationaux et dominer le climat culturel. Pourtant, leur aura de sainteté leur vaut une certaine indulgence.

Le scandale d’Oxfam a révélé au grand jour cette culture de l’impunité. Mais ce n’est encore que de la pointe de l’iceberg...

Résumé Cenator pour LesObservateurs.ch,15.2.2018

Article complet : https://www.thetimes.co.uk/edition/comment/wealthy-charities-need-tougherwatchdogs-7ndqkws67

4 commentaires

  1. Posté par miranda le

    MERCI, MERCI, MERCI.
    Un journal qui aborde les sujets que la presse bien pensante ne voudra jamais mettre à jour.

    Derrière des ONG, il n’y a que des humains. Certains font vraiment de la charité, et d’autres de la charité business, comme le disait Bernard Kouchner.

    Derrière certaines ONG, il y a des Mr SOROS qui les utilise pour des plans quasi-diaboliques.
    Mais celles-ci n’oseraient jamais au grand jamais penser qu’obéïr à Mr SOROS, c’est peut-être nuire à l’humanité. L’essentiel C’EST de suivre le programme qui a été ordonné et surtout FINANCE GENEREUSEMENT.
    @ HERVE. BRAVO pour son analyse : » les organisations humanitaires servent à prendre l’argent aux pauvres des pays riches pour le donner aux riches des pays pauvres ». C’est presque cela, car je l’ai vécu. Heureusement ce n’est pas le cas de toutes. L’idéal serait comme je l’ai fait d’apporter l’argent à demeure, à l’association que l’on soutient et en voir l’utilisation immédiate. Mais cela suppose d’avoir les moyens de voyager et de rester longtemps sur place. Ce qui presque jamais réalisable car tout le monde travaille.

  2. Posté par Antoine le

    Les ONG doivent présenter une transparence TOTALE, aussi bien financière (pour éviter les fonds malsains de SOROS) que morale (pour éviter la corruption, la prostitution, etc …)
    Charity Commission (Commission de contrôle des œuvres de bienfaisance) s’est fait roulée dans la farine et toutes les personnes bien-pensantes qui font des dons !
    Je ne donne plus un centime à ces ONG tant que les contrôles stricts ne sont pas mis en place !
    C’est une HONTE de la part des ONG de tromper les gens qui donnent 15 ou 20.– Frs (ou €) pour les victimes des tremblements de terre ou des inondations !

  3. Posté par OFF le

    L’article n’est malheureusement pas complet. C’est une stratégie de certains journaux. Si on ne doit s’inscrire à chaque coup c’est indigeste comme méthode, long et trop prenant. MSF est aussi dans le coup https://www.romandie.com/news/ZOOM-Dans-la-foulee-du-scandale-Oxfam-MSF-devoile-des-cas-de-harcelement-sexuel/890570.rom https://www.24heures.ch/monde/msf-annonce-24-cas-abus-sexuels/story/12313070 http://www.lepoint.fr/monde/dans-la-foulee-du-scandale-oxfam-msf-devoile-des-cas-de-harcelement-sexuel-14-02-2018-2195013_24.php
    http://www.rfi.fr/france/20180214-apres-le-scandale-oxfam-msf-revele-24-cas-harcelement-abus-sexuel

    J’ai un ami qui a travaillé pour la Croix-Rouge qui lui interdisait contractuellement de communiquer sur ce qu’il voyait. Il ne m’a rien dit, mais son expérience a été suffisante pour qu’il démissionne au bout de quelque mois c’est tout dire.

  4. Posté par Hervé le

    Les organisations humanitaires servent à prendre l’argent aux pauvres dans les pays riches pour le donner aux riches dans les pays pauvres. Le peu de bien que certaines font contraste avec le profit d’un petit groupe d’initiés. Elles n’ont pas besoin de plus de contrôle, elles ont besoin que les citoyens refusent que leur gouvernement utilise leur argent pour acheter des liaisons commerciales avec des pays corrompus au nom des droits de l’homme et tout autre enfumage qui joue sur les émotions.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.