USA: l’artiste choisi par Barack Obama pour réaliser son portrait officiel peignait des femmes noires décapitant des femmes blanches

Michelle et Barack Obama ont dévoilé, lundi 12 février, leurs portraits officiels pour la National Portrait Gallery.

Pour la première fois, les portraits du couple présidentiel ont été réalisés par des artistes noirs. Comme le veut la tradition, les deux œuvres ont été dévoilées un an après le départ du président américain et de son épouse de la Maison Blanche.

Kehinde Wiley, l’artiste choisi pour peindre le portrait officiel de l’ancien président américain Barack Obama, dans un passé récent, peignait des femmes noires décapitant des femmes blanches.

 

 

Wiley, âgé 39 ans et originaire de New York, a créé les deux tableaux en 2012 et a été inspiré par l’histoire biblique de Judith décapitant le général assyrien Holoferne.

Franceinfo / Telegraph via Fdesouche.com

 

6 commentaires

  1. Posté par OFF le

    Quelle magnifique démonstration de connexion OBAMA-CLINTON AVEC LES TERRORISTES ISLAMIQUES. C’est donc bien pour cacher leurs saloperies qu’ils complotaient pour faire croire que Trump était de combine avec les Russes. Ces OBAMA-CLINTON sont exactement des totalitaires crypto-communistes de nature purement bolchévique. Ils ont trempé dans des connivences avec des pays étrangers pour monnayer les droits à l’immigration et détruire l’Amérique. Regardez bien ces tableaux et agrandissez-les avec des clics de souris: même le poignard correspond totalement à l’esthétique des poignards arabes. Barack a voulu casser la baraque USA et la remettre aux mains des criminels islamiques. Exactement comme la Merkel ou la Sommaruga.

  2. Posté par Anne le

    Je ne suis pas étonnée que cette artiste raciste ait voulu illustrer Judith en femme noire, car j’ai entendu plusieurs pseudo-intellectuels noirs affirmer que les Hébreux étaient noirs, que Jésus était noir, que les blancs avaient falsifié l’histoire biblique. Les deux tableaux de la Judith noire sont une illustration métaphorique de cette volonté de couper la tête et mettre fin à la prétendue usurpation par les blancs de l’histoire biblique, les noirs étant le peuple élu. D’ailleurs, sous leur plume, on peut lire le terme de  »race sacrée » lorsqu’ils évoquent leur race noire. Sacraliser une race est la forme la plus radicale de racisme, bien plus grave et dangereuse que toutes les formes de racisme qu’on eues les blancs à l’égard des noirs, car le sacré justifie tous les meurtres.

  3. Posté par Dominique Schwander le

    Cela ne nous étonne pas de la part d’un noir raciste né musulman.
    Ce qui m’étonnera toujours c’est pourquoi les Américains ont réélu cet amateur.

  4. Posté par Maurice le

    Tout de même ! Entre un général assyrien du VII siècle avant J.-C. et une femme blanche américaine du XXIe siècle, il y a quelques différences, et l’allusion à cet épisode de l’Ancien Testament est assez hypocrite de la part de cette artiste, qui a bel et bien appelé son œuvre de 2012 « Judith et Holopherne ».
    « Voilà un épisode célèbre de l’Ancien Testament qui, pour une fois, ne cantonne pas la femme au rôle de potiche ou, pire, d’immonde pêcheresse. Judith a inspiré énormément d’artistes dont le Caravage ou Artemisia Gentileschi. Il faut dire qu’une scène représentant une magnifique jeune femme décapitant un puissant homme de guerre ne manque pas de piquant! » http://www.etaletaculture.fr/culture-generale/judith-decapitant-holopherne/
    https://www.artsy.net/artwork/kehinde-wiley-judith-and-holofernes

  5. Posté par bigjames le

    Encore un super artiste con- temporain….

  6. Posté par Samuel D'Assenc le

    J’imagine sans trop de difficultés la polémique si un journal américain avait révélé à la place de cette information que l’artiste choisi par Donald Trump pour réaliser son portrait officiel peignait des femmes blanches en train de décapiter des femmes noires.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.