Les politiciens opposés à No Billag interprètent mensongèrement les statistiques.

Menteurs-Esope

Les politiciens opposés à No Billag interprètent mensongèrement les statistiques.

 

Un groupe de politiciens et politiciennes majoritairement de gauche, allant de la propagandiste de l'Union européenne Christa Markwalder à la verte Adèle Thorens, fait campagne contre l'initiative voulant supprimer la taxe obligatoire pour la radio et la télévision avec l'argument "pas de Billag, pas de Suisse". Ces partisans du subventionnement par les contribuables des médias d'Etat mettent en avant le fait que 94% de la population est atteinte chaque semaine par des émissions de la SSR. La suppression de la taxe mettrait donc en danger l'existence de la SSR (mensonge connu), le service public et même la démocratie. Mais cet argument est absolument fallacieux, car pour faire partie de ce pourcentage, il suffit de recevoir pendant 24 secondes, à un moment quelconque de la semaine, n'importe quel programme, même le plus stupide (et le choix est grand).

 

https://bazonline.ch/schweiz/standard/ohne-srg-keine-schweiz/story/21826836

 

Traduction (Claude Haenggli) : Comment ces 24 secondes peuvent sauver la démocratie, Adèle Thorens, qui l'a prétendu, ne l'a pas précisé. La radio-télévision d'Etat n'atteint en réalité pas tellement de gens. En cumulant les émissions d'information qui ont le plus d'audience dans toutes les régions linguistiques du pays, la radio d'Etat atteint tout juste 900'000 auditeurs et la télévision d'Etat moins d'un million de spectateurs par jour.

Avec mes meilleures salutations

Claude Haenggli, 11.1.2018

 

8 commentaires

  1. Posté par Gaston Siebesiech le

    Avis de recherche: mais ou sont bien passé de Weck et son ami de Chepper?
    Rocheee Schlawinski s‘est écrit un livre pour qu‘il se rappelle de lui. Il semble qu‘il est très impressionné sur son livre, au point qu‘il va s‘interwiever en personne.

  2. Posté par P. le

    Le problème Un chapon cha pond pas (pseudo m…ique, mais très drôle :-), c’est que si NO BILLAG est refusé, même si la redevance devait descendre à 1.–/jour, la SSR ne maigrirait pas. Il lui suffirait d’attendre 1 an ou 2, supprimer 1 ou 2 radios peu écoutées, puis de demander une hausse de la redevance. Ce qui lui sera accordé. Et dans les 5 ans, je suis prêt à parier que la redevance sera aussi haute qu’aujourd’hui et que rien n’aura changé.

    Si la SSR avait voulu évoluer dans la bonne direction, elle aurait du (pu) le faire après le vote de 2015. Las, elle n’a rien fait. Et ne fera rien si c’est NON le 4 mars.

    Si en 2015, la Confédération avait abaissé la redevance à 200, voire 250 francs, cette initiative n’aurait jamais eu aucune chance de passer. Ils ont voulu snobé le client-captif. Tant pis pour eux.

  3. Posté par bigjames le

    Bien entendu, Ueli Windisch pourrait également être papable pour la direction générale en 2020 par exemple….si seulement.

  4. Posté par bigjames le

    Une direction alternée à la tête de la SSR.
    Année paire, un directeur général ouvertement de droite, style Roger Koeppel, qui nomme ses collaborateurs et journalistes.
    Année impaire, un gauchiste ou un PLR.
    Et une redevance de 100.- avec option de l’année que vous voulez soutenir.
    Mais pour l’instant OUI à NO BILLAG

  5. Posté par Socrate@LasVegas le

    « … a pour avantage de fournir des informations suisses, ce qui devrait ravir les patriotes. »
    Le problème principal est leur tri, leur commentaire TOUJOURS partial de gauche, les pratiques discriminantes : ex un politicien de droite (au téléphone) est opposé à un politicien de gauche (dans le studio => qualité audio meilleure) ET au commentateur qui vien SYSTEMATIQUEMENT à son secours lorsqu’il est en difficulté pour accabler l’opposant…Ou encore toujours les mêmes intervenants extérieurs, etc, etc…
    Pour moi la SSR est manipulatrice d’opinion c’est LA raison pourquoi je voterai OUI à NO BILLAG!

  6. Posté par Dominique Schwander le

    1 franc par jour c’est bien trop pour ceux qui ne regardent pas la TV ni n’écoutent la radio. 1 franc par jour c’est aussi bien trop pour des émissions de triste qualité et de plus en plus partiales.

  7. Posté par Un chapon cha pond pas le

    Étonnant ! On se ballade entre les deux extrêmes et l’on ne tient pas compte de tous ceux qui apprécient la RTS. Il est certain qu’on peut l’améliorer considérablement, mais de là à la supprimer… Billag doit être remplacé sous peu, par une structure meilleur marché, c’est déjà prévu. La redevance modifiée s’élèverait à 1franc par jour. Est-ce vraiment trop ? Vouloir maintenir un service public, n’a rien à voir avec la gauche, contrairement aux idées qui fleurissent sur ce forum. La RTS soutient largement la comparaison avec la plupart des chaînes françaises et a pour avantage de fournir des informations suisses, ce qui devrait ravir les patriotes…

  8. Posté par Derek Doppler le

    « La Suisse n’existe pas » Ben Machin, Ada Truc, Jean-Luc Gauchiste, Simonetta Marxista, Adèle Cosmopolito, etc., etc… –> Extase, c’est tellement progressiste, on valide, on en redemande, oh ouiiii!!!
    Et maintenant, les mêmes: « pas de Billag, pas de Suisse » sur l’air de « pas de bras, pas de chocolat ».
    Ramassis de dégénérés.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.