7.1.2018 : nettoyer les écuries d’Augias et celles de la RTS (suite)

7.1.2018, RTS, le 19h30 :

Pierre-Olivier Volet : […] Donald Trump a-t-il toute sa tête ? La santé mentale du Président américain est devenue le sujet de conversation numéro 1 aux Etats-Unis depuis la publication du livre du journaliste Michael Wolff […]

La RTS, via son 19h30, a la mission d’informer au mieux les téléspectateurs des nouvelles importantes du monde.

 

Voici ce que la RTS ne vous dira jamais concernant la première année de la présidence de Donald Trump, … une réussite époustouflante, voyez plutôt : https://www.dreuz.info/2018/01/07/un-an-de-revolution-trump-un-premier-bilan/

Le Président Trump est un travailleur acharné et quelqu’un de supérieurement intelligent qui se moque de la bienpensance.

Pierre-Olivier Volet a-t-il toute sa tête ? Oui, sans aucun doute.

Pierre-Olivier Volet est-il un esprit libre ? Non, sans aucun doute.

Ici, Pierre-Olivier Volet et la RTS, champions de la désinformation et du prêt-à-penser journalistique ?

Payer pour être manipulé, jamais : OUI à NO BILLAG !

 

Honte à Pierre-Olivier Volet et honte à la RTS

https://www.dreuz.info/2018/01/08/pourquoi-le-livre-anti-trump-fire-and-fury-a-toute-sa-place-dans-le-monde/ :

« Les médias se délectent du brûlot de Michael Wolff, Fire and Fury alors qu’ils veulent donner des leçons de morale journalistique et faire la guerre aux Fake News. Mais Fire and Furious, de l’aveu même de son auteur, est un livre de Fake News !

Je ne sais pas pourquoi la Maison-Blanche a laissé entrer le Wolff dans la bergerie. Je pense à une part de naïveté de jeunesse mêlée au sentiment du Président Trump qu’il n’a rien à cacher. Après tout, il est le président le plus transparent de l’histoire contemporaine : toutes ses pensées, ses impulsions et ses idées sont relayées en 140 caractères (maintenant 280) sur Twitter. Une première – sans doute pas une dernière : il a lancé un mouvement.

Je pense être, sans fausse modestie, un spécialiste du président Trump, pour avoir suivi son ascension depuis la descente de l’Escalator de la Trump Tower de la 5e avenue, le 16 juin 2015, où il a annoncé sa candidature à la présidentielle, jusqu’au dernier tweet qu’il a publié il y a 2 minutes pour signaler que le taux de chômage des Afro-Américains est le plus faible jamais enregistré dans le pays, en passant par tous ses discours, dont les plus importants et ses meeting politique.

Et je n’ai pas parlé du livre dont se repaissent les médias de la haine de Trump.

Parce que c’est un livre bourré de Fake News, et que contrairement aux accusations portées par mes confrères contre Dreuz, nous ne faisons pas dans la Fake News – eux oui.

Le fait que Wolff est un fabulateur est d’ailleurs confirmé par Maggie Haberman, une journaliste du New York Times.

Elle cite Thomas Barrack Jr qui accuse Wolff d’avoir inventé les propos qu’il lui prête.

« Barrack dit qu’il a parlé une seule fois avec Wolff, et qu’il n’a jamais tenu les propos que Wolff lui prête. « Complètement faux », vient de me dire Barrack au téléphone. »

Barrack said he spoke to Wolffe once, says he never said the quote attributed to him to Wolff or anyone. "Totally false," Barrack said by phone just now.

— Maggie Haberman (@maggieNYT) January 3, 2018

Dans les « notes de l’auteur » à la première page du livre, Wolff annonce clairement la couleur. Pas besoin de perdre son temps et d’aller plus loin.

Il écrit :

« Bon nombre des récits de ce qui s’est passé à la Maison-Blanche de Trump sont en conflit les uns avec les autres ; beaucoup, exprimés de façon Trumpienne, sont des fausses rumeurs [oui, vous lisez bien, Wolff écrit que beaucoup des choses qu’il rapporte sont des fausses rumeurs !]. Ces conflits, et cette latitude vis-à-vis de la vérité, si ce n’est avec la réalité elle-même, sont le fil conducteur de base du livre [Oui, vous lisez bien, Wolff explique que la base du livre, c’est la distance qu’il prend avec la réalité et avec la vérité !]. Parfois, j’ai laissé les intervenants proposer leurs propres versions des faits, afin de permettre au lecteur de les juger. Dans d’autres cas, j’ai, grâce à la cohérence des récits et à l’information fournie par les sources en qui j’ai pris l’habitude d’avoir confiance, accepté une version des événements que je crois [Wolff « croit », il n’est pas certain de la véracité des événements] être vraie :

Voilà pourquoi Fire and Fury ne mérite pas de figurer sur Dreuz info.

Un livre dont l’auteur avoue en préambule qu’il rapporte des ragots et des fausses rumeurs, et prend une liberté totale avec la réalité, a certainement sa place dans la machine à propagande du Monde, mais n’a rien à faire chez Dreuz.info.

Fin de la discussion – si j’ose m’exprimer ainsi car les journalistes ne discutent pas, ils récitent.»

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

 

« Voilà pourquoi Fire and Fury ne mérite pas de figurer sur Dreuz info » mais il mérite de figurer sur la RTS.

Merci Pierre-Olivier Volet, merci la RTS.

 

Louis Jämes, 10.01.2018

8 commentaires

  1. Posté par bigjames le

    @Urs
    Vous avez la possibilité de vous exprimer sur ce site sans être censuré.
    Vous ne déboursez pas un centime pour consulter les milliers d’articles qu’il contient.
    Vous pouvez contribuer financièrement à la vie de ce site de façon volontaire.
    Là est la grande différence. Vous saisissez la nuance.
    En plus vous avez accès à de véritables informations!

  2. Posté par Urs le

    La RTS ayant l’outrecuidance de ne pas reprendre la ligne éditoriale très très droitiste et ultra-conservatrice des Observateurs, la voici clouée au pilori par des personnes qui fonctionnent exactement de la même manière que les bien-pensants qu’ils dénoncent. Non seulement, le téléjournal n’est de loin pas le seul enjeu de cette initiative (ce que les initiants se gardent bien de mettre en évidence), mais vous-mêmes politisez à outrance le débat (ce que vous reprochez justement à la RTS en la taxant systématiquement de repère de crypto-bolchéviques ou d’islamo-gauchiste). Vous vous auto-proclamez « libérés de la pensée unique » mais vous fonctionnez exactement de la même façon que ceux que vous dénoncez : celui qui ne pense pas comme vous est immanquablement voué à l’ostracisation par vos « commissaires politiques ». Bref, les Observateurs, étant leur ligne éditoriale extrêmement politisée (ce qui dans le fonds ne me gêne absolument pas et constitue un des piliers de notre démocratie) est très mal placé pour donner des leçons sur des concepts aussi flous que la bien-pensance, la pensée unique, ou la bobocratie. La seule chose qui pourrait me déranger serait que Darius Rochebin nous gratifie tous les soirs d’une propagande dictée par le parti socialiste, ce qui n’est objectivement pas le cas (bien que Monsieur Rochebin soit au téléjournal ce que l’Illustré est à la presse écrite). Alors oui, mettons de l’ordre chez Billag dont l’administration floue et dans doute trop bureaucratique mériterait sans aucun doute une rationnalisation efficace. Mais vouloir littéralement supprimer la RTS pour des raisons purement idéologiques comme on peut le lire ici dans les commentaires, c’est bien évidemment un point de vue radical pour ne pas dire extrémiste.
    Urs

  3. Posté par Gaston Siebesiech le

    Le Oui s‘impose aux vertébrés capable de reflexion et capable de survivre sans l‘aide de l‘état.

  4. Posté par Le raisonneur le

    Dans le même 19h30, Mme Anne Fournier (correspondante à Paris) fait état en deux minutes des accusations formulées par Mediapart contre les Services secrets français, au motif que ceux-ci seraient responsables de n’avoir pas anticipé l’assassinat du prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray. Sans rappeler qui étaient les coupables de cet odieux assassinat, cette dame fait référence au site de l’islamophile Edwy Plenel…
    Peu après, le dessinateur Chappatte cite, en rappelant Charlie Hebdo : « on a assassiné des gens pour leurs idées ». Là encore, le dessinateur ne dit pas qui a assassiné ses collègues de Charlie, mais il dit « on », comme si tous les téléspectateurs (vous, moi, lui) étaient coupable de ces assassinats.
    Décidément, certaines personnes ont bien de la peine à mettre des mots sur les faits !
    Et le pire (et rien que cela justifie de voter OUI à No-Billag), c’est que le journaliste Pierre-Olivier Volet (quelle médiocrité !) ne bronche pas ! Alors qu’il devait intervenir et dire à son interlocuteur : « Mais quand vous dites, « on » a assassiné, je vous rappelle que les auteurs de ces massacres sont des islamistes. » Non, il laisse faire, tout comme sa collègue correspondante à Paris se rallie à l’opinion de Mediapart en reprenant l’argument selon lequel les Services secrets seraient coupables d’avoir laissé faire, alors que chacun sait pertinemment qui étaient les assassins. Tout cela est vraiment dégueulasse !

  5. Posté par Anton le

    Mais oui, coupez leur…les vivres !

  6. Posté par Jerry Jack le

    Je n’apprécie pas spécialement Trump mais quand j’ai vu la prestation de Volet au TJ accompagné de son complice Chapatte, j’ai fini par ressentir de la sympathie pour ce Donald Trump et un mépris grandissant pour les deux acolytes minables qui distillaient leur haine sur une chaîne soi-disant publique. Et ça tartinait, et ça retartinait, et ça tournait en rond ad nauseam. Stop¨! Ce que nous voulons, c’est des informations. Nous nous foutons royalement de l’avis des énergumènes qui nous les présentent. « No Billag », plutôt deux fois qu’une.

  7. Posté par Antoine le

    Voilà encore un argument pour voter OUI à no billag !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.