Les idées du « plus important des intellectuels vivants »

Stefan Racovitza
Chercheur en sciences humaines, journaliste indép.
Chomsky_MostImportantIntellectuel

Les idées du « plus important des intellectuels vivants »


Stefan Racovitza

 

Il s’agit d’Avram Noam Chomsky, citoyen américain d’origine juive, né aux États-Unis d’Amérique, à Philadelphie en Pennsylvanie. Linguiste célèbre, psychologue, philosophe, marxiste, extrémiste de gauche, anarchiste, mais surtout antiaméricain, antisémite, anti-européen, dénigreur de l’Occident et poutinophile. Dans les années 60, il a commencé son militantisme politique, en critiquant violemment les États-Unis contre leurs interventions au Viet Nam du Nord. La fin de l’intervention fut un grand traumatisme militaire pour les États-Unis, mais aussi pour une bonne partie du monde. Cela a mené à l’insertion du Viet Nam du Sud dans le Viet Nam du Nord, déjà communiste, ainsi que la transformation du Laos et du Cambodge en pays communistes, avec les sinistres conséquences qu’on connait.
Son domaine scientifique est la linguistique. Dans les années ’50, Chomsky devient très connu grâce à ses recherches concernant la « Grammaire générative et transformationnelle », qui est une théorie syntaxique, mais surtout par son militantisme d’extrême gauche. Il est encore professeur émérite de linguistique à l’Institut de Technologie de Massachusetts. Sa théorie était différente de la linguistique classique, celle du savant Genevois François de Saussure, le principal linguiste de l’époque et un des pères du structuralisme.

L’idée de base de Chomsky était que la maîtrise et la bonne utilisation d’une langue peuvent être stimulées par l’intermède d’un groupe de règles et de principes explicites qui constituent la « Grammaire générative ». Elle réunit et les analyse mécaniquement, mais seulement celles de la langue étudiée. Ainsi, elle permettra à ceux qui parlent de s’exprimer par des phrases jamais utilisées. La « Grammaire générative et transformationnelle » est une théorie qui appartient à la Linguistique générative. Quoique Chomsky rejette la linguistique du savant Genevois Ferdinand de Saussure, certains linguistes affirment que les deux théories ne sont pas très différentes. Malgré son grand succès et sa réputation, pas mal de spécialistes de ce domaine ont critiqué sa « Grammaire générative et transformationnelle ».
Je ne pourrai jamais oublier les colloques scientifiques organisés, plusieurs fois par an, par Raymond Hutin, directeur du SRP, Service de la Recherche pédagogique, qui s’appelle aujourd’hui SRED, Service de Recherches en Sciences de l’Éducation, ou j’ai travaillé comme chercheur pendant 23 ans. Un très important, intéressant et utile colloque, a été celui dont le sujet a été le Structuralisme, théorie complexe, pas simple, pas très facile à comprendre pour ceux qui ne l’avaient pas étudié à l’Université. C’était mon cas, ainsi que celui de plusieurs de mes collègues. Les deux colloques qui ont suivi ont eu comme sujets les linguistiques de Ferdinand de Saussure et celle de Noam Chomsky. La théorie de Ferdinand de Saussure nous a beaucoup aidés à comprendre sa linguistique, ses structures, ses analyses, ce que sont les phonèmes, les morphèmes (ou les monèmes), le syntagme, la phrase et d’autres termes saussuriens. Les Grammaires génératives de Chomsky, nous ont semblé êtres des pensées de grande virtuosité, mais sans conséquence applicables à l’amélioration des pratiques pédagogiques, le but principal de nos recherches.
Je connaissais depuis longtemps ses idées d’extrême gauche, son antisémitisme, ainsi que sa haine envers sa patrie, les États-Unis, envers Israël et envers l’Occident, dont il est un grand dénigrateur. Il était aussi un grand souteneur public des déserteurs de l’armée américaine. Il a écrit un «appel à la résistance contre toute forme d’autorité illégitime », ce qui a fait qu’il a été poursuivi par la justice pour complicité de « résistance active à la loi d’incorporation militaire ». D’où mon manque d’intérêt de le lire régulièrement.
Il n’y a pas très longtemps, j’ai trouvé par hasard sur un site Internet en langue roumaine, nommé AK-24, un article intitulé «Les États-Unis d’Amérique sont le principal état terroriste. L’Europe le suit». Cet article m’a fait chercher son origine que j’ai facilement trouvée, ce qui a conduit mon indignation au bout de sa trajectoire et a absolutisé ma pensée négative concernant ce militant ultragauchiste. J’ai découvert quelques articles, dont le sujet était une interview accordée par Noam Chomsky en 2015 au poste de télévision euronews.fr., mais aussi de nombreux autres, écrits par lui et sur lui. Un autre article, traduit en roumain, est intitulé : «Le Juif Noam Chomsky : Les États-Unis et Israël sont les principaux états… terroristes !!!». Dans ces articles, et pas seulement, il s’agit en réalité de ses idées et de ses convictions politiques dont Noam Chomsky a parlé dans l’interview cité, traduit en français.
Voici quelques passages de cette interview : «Il y a deux états qui se comportent agressivement au Moyen-Orient, utilisant des violences, des actes terroristes et, constamment, des actes illégaux. Les deux sont des puissances nucléaires, il s’agit des États-Unis et d’Israël. (…) La plus désastreuse campagne terroriste mondiale est celle orchestrée par Washington. C’est une campagne mondiale d’assassinats. Il n’y a jamais eu une campagne terroriste de cette dimension ». En ce qui concerne les États-Unis, l’interviewé parle des opérations avec les drones contre l’État islamique et les membres d’Al-Qaida, sur les territoires syriens, irakiens, au Yémen, au Pakistan et en Afghanistan.
Chomsky semble ignorer le 11 septembre, ainsi que le terrorisme islamique actuel en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, les barbaries de l’État islamique, les massacres des chrétiens et des musulmans chiites, mais pas seulement, ainsi que les tueries des gangs islamiques comme Boko-Haram, Al-Qaida et ses branches et beaucoup d’autres. Pour lui les vrais actes terroristes, y compris ceux d’Europe, n‘ont aucune importance, vu sa haine contre l’Occident. Pour lui, le vrai terrorisme est celui des États-Unis et d’Israël, sagement suivi par l’Europe.
(…) «Il existe une raison pour laquelle, dans les sondages de l’opinion internationale, dont les auteurs sont les agences américaines de sondages de l’opinion publique, les États-Unis sont vus comme la plus grande menace pour la paix mondiale. D’autres pays sont très loin. Il est intéressant de constater que la presse américaine refuse de publier cela. »
Chomsky refuse, pour des raisons idéologiques et politiquement correctes, la réalité du Proche et du Moyen-Orient. Il ne veut pas accepter qu’Israël est menacé par un grand danger de nature islamique. Sa chance est d’avoir l’arme nucléaire, ce que pour Chomsky est une vraie saloperie.

Israël, une démocratie authentique, la seule du Proche Orient, est depuis très longtemps la cible d’innombrables attaques terroristes, dont les auteurs sont les musulmans de Palestine et de Gaza, provinces soutenues par l’Iran. Pendant de nombreuses années, Gaza a lancé des milliers de roquettes sur le territoire israélien. Il est évident qu’il n’y avait pas d’autres solutions d’arrêter ces attaques qu’une action militaire contre le territoire de Gaza, ce qui est arrivé en 2014. Il ne faut pas non plus oublier que l’ONU, l’Iran et d’autres pays, ainsi que la presse politiquement correcte de l’Occident, ont condamné Israël pour les attaques du Gaza, sans parler des raisons de cette défense. Les nombreux actes terroristes des musulmans de Gaza et de la Palestine contre les citoyens d’Israël, surtout ceux de Jérusalem, continuent.

  1. Chomsky ne veut non plus se rappeler les guerres déclenchées contre Israël par la Syrie, l’Égypte, la Jordanie et l’Irak à partir de 1948-1949. Toutes ont fini par l’échec des agresseurs. Ce qui ne l’empêche pas de déclarer qu’Israël, après les États-Unis, est le deuxième état terroriste du monde, quoiqu’aucun de ces pays n’a jamais utilisé les armes nucléaires, à l’exception des États-Unis au Japon, vers la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Ces affirmations ont été les raisons du journal israélien Haaretz d’écrire que Noam Chomsky «est un déserteur, un traître et un ennemi de son peuple».

En 2007, Bin Laden a déclaré que Noam Chomsky «fait partie des intellectuels que le peuple américain devrait prendre en compte ». Un peu plus tard, à la télévision Al Jazzera, le même terroriste a comparé la politique américaine avec la Mafia. M. Chomsky a élaboré une liste des manœuvres américaines, par lesquelles les États-Unis imposent sa domination mondiale avec ses effets criminels.

En mai 2011, il réaffirme qu’il n’existe aucune preuve sérieuse qui puisse démontrer que Bin Laden et Al Qaida sont à l’origine de la tragédie du 11 septembre, et que donc Obama a menti. Une autre affirmation prétend qu’avoir tué Bin Laden a été un assassinat planifié, qui multiplie les violations du droit international, mais aussi que les crimes de Bush dépassent de beaucoup ceux de Bin Laden. Voici encore quelques « génialités » de Chomsky :
- «Les dettes des pays européens sont les effets d’une Europe raciste».
- «Les signes de l’optimisme européen sont Siryza et Podemos». (Ces deux partis, de Grèce et d’Espagne, sont d’extrême gauche).
- «Quand l’Amérique latine était sous le contrôle des États-Unis, elle était le centre mondial de la torture».
- Invité à un talk-show diffusé par le poste de télévision Russia Today, Chomsky a été nettement en faveur de la Russie de Vladimir Poutine…

Ce qu’il croit et ce qu’il attend, c’est la nécessité d’une force globale, plus importante et plus puissante que les États-Unis, qui puisse régulariser le monde, évitant ainsi les catastrophes capables de détruire le monde. C’est évident qu’il se réfère au danger américain.
- Depuis peu, l’Iran a obtenu de la part de la communauté internationale un accord nucléaire, qui interdit la fabrication des armes nucléaires. Qui peut croire qu’un régime comme celui iranien respectera les conditions de cet accord? Il y en a qui y croient, ou refusent d’accepter la réalité. Parmi eux, Noam Chomsky, dont voici ce qu’il a affirmé : «Aucun analyste de la stratégie, ayant sa tête sur ses épaules, ne peut croire que l’Iran pourrait utiliser l’arme nucléaire ». La première fois que l’Iran a voulu avoir l’arme nucléaire a été au temps de Saddam Hussein. On sait déjà que ce pays n’est pas loin de l’avoir et qu’il n’arrête pas de menacer de détruire définitivement Israël, y compris et surtout sa population, les Juifs et les chrétiens étant les premiers ennemis de l’Islam, suivis par les autres mal croyants, donc infidèles d’Allah. Les massacres des chrétiens par les djihadistes, en Syrie, Irak, Libye, Nigéria, Niger, Kenya, Tanzanie, Soudan, Somalie, Pakistan et ailleurs, ne disent rien au « plus important intellectuel en vie », comme Chomsky est nommé dans plusieurs publications, de gauche bien sûr, y compris sur Internet.
Chomsky déclare que les plus grands dangers qui menacent l’humanité viennent des États-Unis, d’Israël et de l’Europe. Ses idées, ses convictions, ses déclarations et ses « analyses » politiques sont excessives, ultragauchistes, plus qu’anarchistes, et la plupart, complètement à côté de la vérité. Il lui manque la lucidité, l’objectivité, ainsi que le bon sens historique, politique et social. Ses divagations d’extrême gauche sont inspirées, entre autres, par le bolchevisme qui le conduit. Au-delà de ses mérites linguistiques, être d’accord avec ses élucubrations politiques est un non-sens et un record de l’aberration.

Stefan Racovitza,  22 novembre 2017

6 commentaires

  1. Posté par JeanDa le

    Monsieur Vautrin, quel plaisir de vous lire !
    Je voudrais vous encourager à écrire des articles pour LesObservateurs.ch :)
    Si si, vraiment !

  2. Posté par Panache l'Écureuil le

    Noam Chomsky, le plus important des intellectuels vivants? Tu parles, Charles!
    Volet linguistique:
    * vouloir faire l’impasse sur Ferdinand de Saussure et son ouvrage pionnier, « Cours de linguistique générale », c’est rejeter les sédiments mêmes de la linguistique. Pour faire une comparaison, c’est un peu comme jeter aux poubelles de l’histoire Émile Durkheim (1858-1917), pionnier de la sociologie moderne (« Les règles de la méthode sociologique », #Champs Flammarion n°198). Saussure restera comme figure incontournable dans le domaine de la linguistique; Chomsky, j’en suis moins sûr. Et merci à @Vautrin de nous éclairer sur ce topique.
    * Volet politique:
    * il y a quelques années, Chomsky a affirmé, sur ce ton docte qui est le sien, qu’il est du devoir de la France, en tant qu’ancienne puissance, de payer des réparations à Haïti. Même en Angleterre, pourtant peu suspecte de francophilie prononcée, d’aucuns ont trouvé cela particulièrement hilare. Il faut dire que cela fait plus de deux siècles que Haïti n’est plus une colonie française, après avoir fait sa propre révolution dans le sillage de 1789!
    *Sur le plan politique, on a parfois l’impression que Chomsky réagit davantage par l’affect que par l’intellectuel. Les deux ne sont évidemment pas incompatibles s’ils se nourrissent l’un l’autre, mais c’est à se demander souvent s’il possède, comme on pourrait l’attendre de la part d’un intellectuel universaitaire digne de ce nom, une pensée vraiment structurée et cohérente.
    * « Chomsky a été nettement en faveur de la Russie de Vladimir Poutine » (…). Poutine se prononce (comme toute personne sensée) en faveur d’un monde multilatéral, non unilatéral. Chomsky ne me donne pas l’impression d’abonder dans ce sens si, comme l’affirme l’article, il croit en la nécessité d’UNE force globale capable de prendre le relais des États-Unis et de régulariser le monde (je crois que le mot juste serait « réguler »).
    * A l’instar d’un dégaineur de révolver, Chomsky dégaine à tire-larigot les mots « racisme, torture, impérialisme, etc, bref, toute la panoplie du parfait psittaciste gauchiste. Mais a-t-il oncques dénoncé l’impérialisme islamiste et son corrolaire, le terrorisme islamiste? Que nenni!
    Pour rester honnête, je n’oublierai pas de mentionner un fait qui milite en faveur de Chomsky. Son ouvrage-phare « La fabrication du consentement » reste plus que jamais d’actualité. Comme quoi, même une poule aveugle trouve parfois un grain…

  3. Posté par SD-vintage le

    Israël n’est pas un état colonial. Sinon, j’approuve l’article. Cela m’a toujours fasciné de voir des nationalistes européens soutenir Chomsky ou Soral et Dieudonné par antisémitisme alors qu’ils sont les prochains sur la liste. Chomsky c’est la même doctrine que la Française Danielle Obono, députée de Mélanchon, et raciste anti blancs soutenue par Dieudonné.

  4. Posté par Yolande C.H. le

    Il y aura toujours des conflits et des guerres sur cette planète et elles ne peuvent être que territoriales : il faut donc choisir son camp, celui que l’on veut défendre. Les deux parties en opposition, si les pertes sont ou risquent d’être trop massives, peuvent s’entendre sur un intérêt commun, le premier étant de ne pas s’exterminer parmi (un traité de paix qui ne peut être basé que sur une confiance réciproque). Mais croire que la paix puisse se créer en accueillant les partisans de l’autre camp, c’est favoriser la perpétuation des conflits et la dévastation qui en est le résultat.

    Les conflits aujourd’hui sont d’ordre économique : des territoires qui ont un savoir-faire (on n’a pas de pétrole, mais on a les idées), et les autres qui ont les ressources naturelles (liées au territoire). Et ce sont les ressortissants de ces pays bien dotés qui affluent par centaines de milliers vers ceux qui ont développé force compétences. Mais il n’y a pas vraiment de confiance réciproque entre ces deux camps : de plus, les fleurons de l’Europe sont rachetés par ceux qui leur vendent le « carburant », alors que le savoir-faire est distribué gratuitement ou presque…Pour survivre, l’Europe commence déjà à se vendre !

  5. Posté par Lionel le

    Je lis avec toujours beaucoup d’intérêts les articles de votre site. Toutefois, bien que n’étant pas familier avec Chomsky, je tiens à vous rappeler une chose : les colonisateurs, en Israël-Palestine, ne sont pas arabes, mais israélien. Si vous deviez voir des comparaisons, prenez la conquête des USA sur les natifs amérindiens. Dans les films sur le far-west, les tribus ont toujours le mauvais rôle et le cowboys le bon. Mais personne de cultivé ne soutiendrait aujourd’hui cette version binaire.

  6. Posté par Vautrin le

    Intéressant. Nim Chimpsky -pardon, Noam Chomsky- n’a dit qu’une chose sensée : le langage est inné, une langue s’apprend. Pour le reste, il n’a rien de commun avec Saussure. Notamment le LAD (language acquisition device) chomskyen est copié sur l’algorithmique des ordinateurs, idée répandue dans les années 60-70 que l’on retrouve non seulement chez les linguistes mais aussi chez ceux qui prétendaient s’occuper de « communication », comme la secte de Palo-Alto. Et que, malheureusement, on rencontre encore. À l’inverse, Saussure avait parfaitement compris que l’analyse implicite du son et du sens en réciprocité produisait « de la forme et non de la substance » (CLG, livre II, chapitre IV). La grammaire générative et transformationnelle a vécu, elle a eu le temps de faire quelques dégâts à l’École et n’a pas permis -et pour cause- de fournir des algorithmes utiles à l’informatique.
    Chomsky est représentatif de toute une génération d’universitaires Américains que l’on pourrait qualifier de « gnostiques », détestant le monde à commencer par leur pays, célébrant le culte de l’Autre Suprême pourvu qu’il soit exotique. On les a vus mobiliser les campus pour installer à Saïgon un régime dont eux-mêmes n’auraient pas voulu à Washington. Le malheur est que cette clique a fait des petits -le « progressisme » et les thèses généristes, par exemple- et que ses idées ont traversé l’Atlantique. En leur temps, il fallait dix ans pour corrompre l’Europe, aujourd’hui c’est devenu instantané ou presque. Je pense que plus personne ne lit les « Syntactic Structures », mais les délires gnostiques de Chomsky, eux, persistent et détruisent.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.