Grandes manœuvres russes aux frontières de l’OTAN

post_thumb_default

 

De notre correspondant à Varsovie – Selon les informations officielles données par la Russie, les manœuvres conjointes de la Russie et de la Biélorussie, Zapad (« Ouest ») 2017, qui se dérouleront près des Pays Baltes et de la Pologne, en Russie, en Biélorussie et dans l’enclave russe de Kaliningrad, impliqueront 12 700 soldats. C’est donc en dessous du seuil des 13 000 soldats à partir duquel les règles de l’OSCE imposent des contraintes plus importantes en termes d’accès d’observateurs étrangers. Sur ces 13 000 soldats, 7 200 seront alignés par l’armée biélorusse. Il y aura aussi dans ces manœuvres, toujours selon les chiffres officiels, 600 véhicules blindés, dont 250 chars d’assaut, 200 pièces d’artillerie, des hélicoptères et dix navires de la flotte russe en mer Baltique. C’est moins que pour les manœuvres de l’OTAN l’année dernière en Europe centrale et orientale (31 000 hommes pour les seules manœuvres Anaconda 2016) et c’est moins que les 25 000 militaires ayant officiellement participé aux dernières manœuvres Zapad en 2013.

Mais on pourrait retourner au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov son argument, quand il avait déclaré, à propos d’Anaconda 2016 : « Je suis convaincu que tout homme politique sérieux et honnête est bien conscient que la Russie n’essaiera jamais d’envahir un pays membre de l’OTAN. Nous n’avons pas de tels projets. » Est-ce bien sérieux et honnête en effet de feindre de croire que la Pologne et les pays Baltes, épaulés par 4 000 à 5 000 militaires de l’OTAN désormais stationnés sur leur territoire, pourraient vouloir s’en prendre militairement à la Russie ou même à la Biélorussie ? Car le scénario de Zapad 2017, c’est une intervention en Biélorussie et dans l’enclave de Kaliningrad face à l’infiltration de groupes terroristes organisée justement depuis ces pays. En 2013, il s’agissait de réagir à un soulèvement fictif de la minorité polonaise en Biélorussie. Les pays voisins de la Russie avaient alors affirmé qu’en tenant compte des autres manœuvres coordonnées avec Zapad 2013, plus de 70 000 soldats avaient en réalité participé à cet exercice.

Cette année, plusieurs pays, dont les pays Baltes, la Pologne, la Suède et l’Allemagne, affirment que les manœuvres Zapad 2017 qui se dérouleront du 14 au 20 septembre impliqueront en réalité environ 100 000 hommes, ce que Moscou nie catégoriquement. Pour le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg qui s’exprimait dimanche sur la BBC, les manœuvres Zapad 2017 ne sont toutefois pas préparées avec la transparence requise par les règles de l’OCDE, ce qui est d’autant plus inquiétant à ses yeux que d’autres manœuvres organisées par la Russie dans le passé ont masqué le début d’une agression militaire contre un pays voisin : contre la Géorgie en 2008 et contre l’Ukraine, en Crimée, en 2014. Stoltenberg a aussi fait remarquer que par le passé la partie russe avait plusieurs fois menti sur le nombre réel de militaires participant à ses manœuvres pour limiter la présence d’observateurs de l’OTAN.

Si l’OTAN ne prévoit pas de manœuvres particulières pour répondre à l’exercice Zapad 2017, la Suède, pays non-membre de l’OTAN, lançait lundi ses manœuvres Aurora 2017 avec la participation de 19 000 soldats suédois, mais aussi d’environ 1 500 soldats danois, norvégiens, finlandais, estoniens, lettons, lituaniens, français et américains. Il s’agira de simuler la défense d’une île suédoise contre une attaque de la Suède « par un pays fictif, venue de l’est ».

Cet article Grandes manœuvres russes aux frontières de l’OTAN est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.