Armer ou désarmer les citoyens? Le Journal La Liberté censure : « Pierre Maudet, menteur ou ignorant ? »

Frank Leutenegger
Journaliste, retraité RTS,  www.swissguns.ch

La Liberté censure

A la suite d'un dossier sur les armes, paru le 5 janvier dans plusieurs journaux romands, le Nouvelliste, la Tribune de Genève, le Courrier et la Liberté. J'ai écrit un courrier des lecteurs, envoyé à tous ces journaux.

 

Pierre Maudet, menteur ou ignorant ?Dans le dossier que vous publiez sur les ventes d'armes en Suisse, Pierre Maudet, conseiller d'Etat genevois, fait deux déclarations intéressantes.

-"Il n'y a pas forcément une arme derrière chaque permis". C'est vrai Monsieur Maudet, à part dans la république populaire de Genève, il peut y avoir jusqu'à trois armes par permis (Genève est le seul canton suisse qui restreint un permis d'achat à 1 arme, partout ailleurs, on peut en inscrire 3 sur un permis.

- "Il y a aussi des personnes qui se mettent en règle et demandent un permis pour un fusil ou un pistolet qu'elles détenaient déjà avant la révision en 2008". Le président de la Conférence latine des chefs de départements de justice et police devrait savoir qu'il n'y a aucune - absolument aucune - obligation de déclarer des armes achetées légalement, mais sans déclaration, avant 2008. Affirmer le contraire est faire acte de propagande pour le désarmement du peuple.

Ces deux affirmations, parfaitement fausses, montrent que Monsieur Maudet  - soit se moque du peuple qui l'a élu et fait de la propagande anti armes (au profit de qui ?),

- soit ignore les termes et le sens de la loi qu'il est censé faire respecter... et c'est presque aussi grave, car cela montre le désintérêt qu'il a pour son travail.

Dans les deux cas, Monsieur Maudet montre qu'il n'est pas à sa place, ni comme conseiller d'Etat, ni comme président de la Conférence latine des chefs de départements de justice et police.

 

Lundi 9 janvier, j'ai reçu un coup de téléphone d'un "journaliste" (?) de la rédaction de la Liberté. Ce Monsieur, dont je n'ai pas retenu le nom, a tenté pendant près de 5 minutes de me convaincre que je ne pouvais pas écrire que Monsieur Maudet mentait ou se trompait. Car, à l'évidence, "il n'y a pas forcément une arme derrière chaque permis" et que de nombreuses personnes en Suisse on profité de l'année 2016 pour "se mettre en règle" et déclarer des armes qu'ils auraient dû déclarer en 2008 déjà.

J'ai essayé d'expliquer à ce "journaliste" (?) qu'à part dans le canton de Genève, un permis pouvait correspondre à deux voire trois armes, sans succès. J'ai essayé  de lui expliquer qu'il n'y avait aucune obligation "pour se mettre en règle" à déclarer des armes  acquises avant 2008 et qu'à ma connaissance, personne ne l'avait fait.

Je ne lui ai pas expliqué la stupidité de l'argument selon lequel  les Suisses auraient attendu 2016 pour "se mettre en règle", car à ce stade, j'en ai eu assez. Je lui ai suggéré de ne pas publier mon commentaire et d'aller se faire considérer et j'ai raccroché.

 

Censure ? Non, pas vraiment, mais la condescendance de ce petit scribouillard et sa façon d'essayer de diriger l'esprit du petit lecteur relèvent d'une dictature douce de la pensée et d'une "presque censure" encore plus douce.

 

A relever que je n'ai aucune nouvelle des autres journaux concernés.

 

Frank Leutenegger, 10.1.2017

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.