L’hallucinante corruption de l’ONU

Michel Garroté
Politologue, blogueur

ONU-1

   
Michel Garroté - A propos de la corruption au sein de l'ONU, Anne Dolhein écrit notament (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Il est des lanceurs d’alerte qui tentent de dire aux gens ordinaires quels scandales, quelle corruption règnent à l’ONU, mais ces révélations entraînent presque inévitablement la persécution de ceux qui osent en parler. Rasna Warah Fait partie de ceux-là. Dans son nouveau livre, UNsilenced : UNmasking the United Nations’ Culture of Cover-ups, Corruption and Impunity, elle expose ses propres accusations et celles de nombreux autres militants qui veulent en finir avec l’impunité à l’ONU. Elle raconte aussi comment elle a été victime d’attaques, de menaces et d’autres humiliations publiques alors qu’elle avait cru bon d’agir en constatant des faits de corruption et de falsification statistique au sein des Nations unies.
-
The New American Consacre un long article à ce livre pour constater que la corruption et le refus de respecter la légalité semble être « systémique » au sein de l’ONU. Loin de s’étendre sur son propre cas, Rasna Warah y met au jour de nouveaux scandales qui devraient dans des circonstances normales ébranler l’ensemble de l’institution. Il n’en est rien pourtant.
-
Le nouveau livre qui dénonce la corruption à l’ONU :
-
Loin d’être seule dans sa dénonciation des pratiques de l’ONU, Rasna Warah cite de nombreux lanceurs d’alerte. Elle-même, écrivain et journaliste kenyane, a pratiqué l’ONU de près en tant que rédactrice de plusieurs publications des Nations unies de 1994 à 2009. Elle parle donc d’expérience. Son livre évoque des lanceurs d’alerte aujourd’hui bien connus, tel Anders Kompass qui a mis au jour de nombreux cas de viols d’enfants par des « soldats de la paix » en Afrique après le refus de l’ONU d’y mettre fin. Mais les abus sexuels, les cas de corruption ou tout simplement de gabegie sont bien plus nombreux et ne reçoivent guère de publicité. En 2015, pas moins de neuf lanceurs d’alerte auprès de l’ONU ont demandé à être reçus par le secrétaire général Ban Ki-moon pour en parler, forts de 15 ans d’expérience et de récolte de données précises. Chacun d’entre eux a subi des attaques en représailles de la part de l’ONU, ce qui décourage du même coup d’autres témoins de la corruption, voire du crime, disent-ils, de passer à l’action.
-
Rasna Warah a elle-même constaté des scandales à l’ONU :
-
Rasna Warah, elle, a commencé à constater qu’il y avait un problème lorsqu’elle a voyagé en 2009 au Bahreïn avec Anna Tibaijuka, directrice exécutive chargé de promouvoir les villes « durables » pour le compte d’UN-Habitat. Au cours de la visite, des responsables du Bahreïn avaient posé la question de savoir comment leur argent était employé. Faute de réponse satisfaisante de la part de la directrice, qui semblait prise de court, Rasna Warah a décidé d’enquêter une fois rentrée au Kenya. « J’ai découvert qu’au moins 350.000 dollars, sur un don d’un million offert par le Bahreïn à UN-Habitat, étaient introuvables. Lorsque j’ai demandé à mes supérieurs s’ils savaient où était parti l’argent, ils me sont tombés dessus comme une tonne de briques, menaçant même de ne plus me parler. » C’est alors que la jeune femme s’est rendue compte que l’argent avait été probablement utilisé pour des projets personnels, voire carrément détourné au bénéfice d’individus travaillant pour l’organisation. Elle devait apprendre plus tard que le Premier ministre du Bahreïn avait été inscrit au palmarès d’honneur d’UN-Habitat pour ses efforts en vue de relever le niveau de vie des Bahreïnis. Donnant-donnant ?
-
C’est aussi à cette époque que Mme Warah a commencé à enquêter sur la manière dont sont établis les statistiques et les rapports sur l’état des villes du monde (State of the World’s Cities). Elle a pu constater des exagérations volontaires de problèmes ou encore la publication de statistiques ne correspondant à aucune étude ou recherche scientifique. Elle a constaté que certains « fabriquent des données » afin de justifier le travail de l’ONU et d’attirer des donations pour les projets de leurs agences – donations issues des deniers du contribuable. Elle accuse notamment certains rapports d’avoir créé de toutes pièces nombre de « famines » en Somalie pour bénéficier ensuite de ce qu’elle appelle « l’effet CNN », pour récupérer du financement ou orienter les politiques et créer des programmes d’aide. « La vie de millions de personnes peut être affectée par une statistique trompeuse ou erronée », assure-t-elle.
-
Les représailles de l’ONU contre ceux qui dénoncent l’impunité de ses pontes :
-
Rasna Warah s’est notamment intéressée aux statistiques sur les inégalités de revenus dans les villes, ce qu’on appelle le coefficient de Gini. Le simple fait de mener l’enquête lui a valu, dit-elle, des humiliations publiques lors de réunions de travail, la menace de ne pas voir son contrat renouvelé, et autre mesures vexatoires. Un appel au Bureau de l’éthique de l’ONU devait se solder par un constat sans suite : « Il a reconnu qu’il y a probablement eu des malversations à UN-Habitat, mais s’est dit incapable d’établir si j’avais subi des représailles », écrit-elle. C’est l’existence de ces dernières qui permet seule d’aller plus loin. Le livre, tout comme sa préface par Beatrice Edwards, directrice d’un groupe de veille, Government Accountability Project, souligne combien l’irresponsabilité et l’immunité ont conduit l’ONU à couvrir de nombreux scandales, tandis que son système de justice interne « apparaît de plus en plus opaque et arbitraire ». Seuls 3 à 4 % des lanceurs d’alerte qui se sont adressés au Bureau de l’éthique ont obtenu la reconnaissance du fait qu’ils avaient ensuite subi des représailles, ce qui laisse craindre que cette instance supposée indépendante ne protège en réalité les hauts responsables.
-
Mme Warah rappelle ainsi le cas du diplomate danois qui avait mis au jour le sabotage délibéré d’une enquête de l’ONU sur les atrocités soviétiques en Hongrie. Paul Bang-Jensen avait essayé de protéger les témoins afin de leur éviter, à eux et aux leurs, torture ou assassinat. Lui-même devait être retrouvé « suicidé » peu après qu’il eut mis en garde sa femme et d’autres personnes de ne croire en aucun cas qu’il se serait suicidé.
-
Scandale - les agences de l’ONU profitent du malheur, quand ils ne l’inventent pas :
-
Aujourd’hui, l’ONU a toujours des pratiques très contestables. Par exemple, rapporte l’auteur, les organisations d’aide internationale sont coutumiers du fait d’inonder les marchés de denrées gratuites au moment de la récolte, ce qui fait chuter les prix et incite les producteurs locaux à aller faire autre chose, avec, au bout du compte, une dépendance accrue par rapport aux agences financées par le contribuable occidental et aux grands groupes internationaux de distribution. Elle assure également que la BBC a mis en place une politique précise par rapport aux enquêtes relatives à l’ONU : pas question de lancer des accusations dures, puisque cela pourrait être perçu comme étant « contraire au développement ». Mme Warah, qui se qualifie elle-même « de gauche » note que bien des médias refusent de critiquer l’ONU de peur d’être assimilés aux militants de droite qui réclament sa fermeture.
-
Aussi la journaliste se donne-t-elle de la peine pour expliquer qu’elle croit de toutes ses forces aux idéaux de l’ONU, qu’elle estime trahis. Sur ce plan, il est facile de la contester, mais cela ne disqualifie pas ses accusations, ni le compte rendu qu’elle fait d’une réalité dont elle est personnellement témoin, conclut Anne Dolhein (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).
-
Introduction, adaptation et mise en page de Michel Garroté
-
http://reinformation.tv/scandales-corruption-impunite-onu-livre-dolhein-61644-2/
-

3 commentaires

  1. Posté par aldo le

    La corruption est le moteur principal de toutes ces institutions internationales. Heureusement que la presse aux ordres est arrosée pour porter la bonne parole, car sans un certaine couche d’idéalisme doublée de naïveté, ils ne trouveraient plus de jeunes petites mains prêtes à travailler pour une bouchée de pain ou même zero francs, et assurer ainsi les salaires indécents des castes qui s’approprient le noyautage du monopole directionnel. Chaque pays a à sa tête des gens qui sont souvent les élus de mafias et de lobbys. Ceux qui sont expédiés à New-York ou à Genève ne sont que les copains politiques intrigants qui côtoient de ces mêmes élus, ce qui démontre que plus on mondialise moins on démocratise. On comprend là toute la capacité analytique d’Hergé qui avait d’un trait caractérisé ces individus, C.D. = cornichons diplômés. Je ne sais pas pourquoi cette analyse me fait penser à l’ex conseiller fédéral PDC Deiss dont le couronnement de ses ambitions fut d’être pantin à la tribune onusienne.

    Avec la Croix-Rouge on est placé devant le même genre d’interrogation et de conclusion. Connaissant plusieurs délégués, dont un revenu dans une caisse, et un ayant tenu trois mois après avoir compris la finalité douteuse de certains « camarades », j’ai constaté que ce goût de l’aventure couvrait parfois des vices et/ou des obsessions sexuelles que nos contrées ne tolèrent guère, mais qu’en plus, ce statut d’aventurier hors taxes était une formation propre à formater des instables qui ressemblaient d’une certaine manière aux guerriers revenant du front après des années de combats, devenus incapables de se réintégrer dans la société civile.

    C’est donc bien que dans la corruption, l’argent sert souvent de faire valoir aux déficients qui se précipitent dans ces organisations politiques pour se fabriquer une histoire propre à leur faire croire à une réussite personnelle, alors que dans une activité ordinaire ils auraient été rapidement éjectés pour incompétences. Et là je ne sais pas pourquoi je vois émerger la tête de la Sommaruga. Et la preuve on la trouve dans les commentaires des médias qui nous les décrivent souvent ces individus sur la base détails vestimentaires, parce que pour le reste c’est le néant. D’où l’adage bien fondé  » l’habit ne fait pas le moine ».

  2. Posté par Andrieux le

    Je pense qu’un tel article doit faire l’objet de diffusion massive pour éclairer au maximum le monde de la fourberie, la malignité des institutions de internationales dont l’Onu chargé soit disant d’apaiser la souffrance de ce monde et des plus défavorisés… Honteux !

  3. Posté par Hervé le

    Aujourd’hui, la corruption est devenue tellement commune que, mis à part les 30 secondes de gloire de chaque nouveau cas dénoncé, tout retombe vite dans l’oubli. Le peuple, blasé, en est arrivé à accepter comme tout à fait naturel que les hautes sphères en profitent un peu. Rien ne change de toutes façons, alors à quoi bon encore s’exalter. Les élites, elles, considèrent qu’elles ont un droit inhérent à leur poste à de petits encarts. Pour soi, pas pour les autres. Après tout, avec tout ce bien qu’ils font pour le monde. C’est le triste monde que nous avons.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.