Attentat de Nice : les gendarmes étaient à Avignon pour protéger Hollande

Hollande

INFO PANAMZA. Le rapport de la police des polices a passé sous silence le motif-clé de l'absence de gendarmes et CRS à Nice pour le 14-Juillet : ils avaient été mobilisés à Avignon pour le "dîner privé" de François Hollande.

Le 28.09.2016 à 17h54

Lors du procès de l'affaire de pédophilie d'Outreau, les chaînes de télévision avaient pu -fait exceptionnel- retransmettre en direct les audiences.

À propos de l'attentat de Nice qui a causé la mort de 86 personnes, aucun média audiovisuel n'a souhaité diffusé le seul débat de fond qui s'est tenu sur le sujet à l'Assemblée nationale.

Dans l'après-midi du 6 septembre, la commission des lois a auditionné la patronne de l'IGPN, police des polices, à propos de son rapport relatif à la sécurisation de la Promenade des Anglais au soir du 14 juillet.

Dans la soirée du 6 septembre, Panamza avait déjà souligné que l'IGPN n'avait pas voulu et pu accéder aux images pourtant cruciales de la vidéosurveillance de Nice.

Aujoud'hui, mercredi 28 septembre, un nouvel élément d'information nécessite d'être souligné. Membres de la commision des lois, les députés de l'opposition (LR) se sont étonnés (à 1h40 et 1h42) que le rapport de l'IGPN -qui indique que 5 villes de la "zone de défense et sécurité sud" (Marseille, Toulouse, Montepellier, Carcassone, Avignon) ont bénéficié ce soir-là de la protection de forces mobiles (CRS et gendarmes)- passe sous silence le motif de l'affectation pour Avignon : la présence non annonçée de François Hollande (en compagnied'Audrey Azoulay, ministre de la Culture) pour un "dîner privé" suivi de sa venue au Festival pour assister à la dernière représentation locale des "Damnés", curieuse pièce de théâtre sur la montée du nazisme (qu'il ira finalement voir le 24 septembre à La Comédie Française).

Précisément : une unité de force mobile avait donc été refusée à Nice pour être affectée à Avignon et protéger le président de la République.

Eric Ciotti a notamment insisté (à 1h02 et 1h38) sur le fait que, "pour la première fois", Nice n'ait pas disposé de telles forces de protection pour le 14-Juillet, contrairement aux éditions de 2015 (60 gendarmes) et 2014 (37 CRS). En cette année 2016, seuls des policiers municipaux (42) et nationaux (64) étaient présents pour encadrer la fête de la "Prom'Party".

Source et article complet

6 commentaires

  1. Posté par Oliver le

    Chef de l’état ou pas, il dispose déjà de pas mal de service de protection, il venait à un dîner privé, pas à une sortie publique, comme valls, il y a peu, plusieurs dizaines de véhicules de crs mobilisés pour son déplacement.
    Sans compter les ex ministre d’ici et la qui bénéficient d’une protection de leur habitation par des gendarmes ou policiers aux frais du contribuable. Ces fonctionnaires seraient plus utile sur le terrain pour renforcer les autres unités, les politiques ont les moyens financiers de se payer une protection privée.
    Bref sinon oui, la coïncidence est troublante

  2. Posté par maury le

    Ce que j’en dis c’est qu’il porte la poisse !ou alors que certaines horreurs auraient pût être évitées,mais pour ça il aurait fallut une certaine volonté manquante (comme pour les attentats de Paris!)

  3. Posté par Marc Antoine le

    Donc on comprends l’empressement de mohamed Hollandi à mettre la main sur la videosurveillance.

  4. Posté par De Landsheere Jacques le

    Ce qui est surtout étrange, c’est que l’attaque ait justement eu lieu dans la seule ville où le service d’ordre était déforcé.
    Quand on sait en outre que l’attaquant avait effectué des reconnaissances auparavant, c’est encore plus troublant.
    Au final, l’Intérieur a de plus menti sur la composition du service d’ordre.
    Ça fait vraiment beaucoup!

  5. Posté par Vautrin le

    Ouais ! « A force de chercher la petite bête on en vient parfois à dire n’importe quoi. » Eh bien ! La protection d’un raout présidentiel impromptu serait-elle un motif pour déplacer des forces de police de gendarmerie pour protéger un petit satrape élyséen, lorsque la fête nationale rassemble des milliers de personnes dans une ambiance terroriste ? Allons donc ! Le malfaiteur de l’Élysée pouvait fort bien demeurer dans son antre, au lieu d’aller se goberger aux frais de la Princesse ! Un chef d’État, ça ? Non, un glouton !

  6. Posté par Birgit le

    D’un autre côté c’est aussi et surtout le chef d’état français, non ?
    A force de chercher la petite bête on en vient parfois à dire n’importe quoi.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.