Bruits de bottes, quels moyens pour la France ?

post_thumb_default

 

NDLR : nous publions ci dessous l’analyse argumentée d’un officier sur l’état réel de notre armée, qui permet de comprendre l’absurdité totale de notre président bien aimé, qui pense qu’une gonflette « photoshoppée » est un acte de courage et de virilité.

Article publié sur le site Burdigala presse.

Ce qu’il est convenu d’appeler, sans la moindre ironie bien sûr, le « corps de bataille » de l’Armée française, dispose de 4 régiments de 54 Chars Leclerc, le reste de la dotation étant réparti entre l’ESAM (École du Matériel), l’EAABC de Saumur, le 1er RCA de Canjuers (formation de base des équipages) et la DGA (Délégation Générale à l’Armement). Chacun de ces régiments comprend 4 escadrons à 13 chars.
Nous serions donc, au moins en théorie, en mesure d’aligner 16 escadrons à 13 chars, soit 216 chars.
En théorie, car il faut bien sûr tenir compte d’un taux de disponibilité de 65% (et, à cet égard, connaissant d’expérience, pour, comme nombre de mes camarades, avoir moi-même contribué à les trafiquer, le crédit qu’il faut accorder à ces indicateurs de disponibilité, il est probable que le taux est surévalué) !
Notre corps de bataille serait donc réduit à … 140 chars et, à titre de comparaison, on se souviendra que la France, en mai 1940, alignait environ 3 700 Chars (il est vrai très mal exploités, Charles de Gaulle n’avait été ni écouté ni suivi), et, s’agissant ici d’entrer en guerre sur le terrain contre la Russie (!), on rappellera que, en juin 1941, l’Ostheer alignait 3 548 chars et que la bataille de Koursk (la plus gigantesque bataille de chars de l’histoire) mobilisa 8 000 chars.

Comment avons-nous pu en arriver là ? Les « dividendes de la paix » de Laurent Fabius ou la « fin de l’histoire » de Fukuyama n’y sont certes pas pour rien, non plus que les  soustractions laborieuses de nos brillants énarques de Bercy, mais, pour autant, j’avoue qu’il m’arrive parfois, lorsque mes camarades de promotion (ils sont pour la plupart généraux, l’Armée française ressemblant beaucoup à cet égard à l’armée mexicaine) se risquent à raconter leurs « campagnes », de les rappeler, en toute amitié bien sûr, à plus de modestie et de décence au regard d’une situation dont, gamelle oblige et leur silence (Discipline ! Que de lâchetés médiocres on commet en ton nom !) ayant valu acceptation, ils sont tout de même un peu responsables.

Certains journalistes, tenant compte du ratio courant combattants / supports propre aux armées modernes et constatant donc que l’Armée française ne pouvait aligner en première ligne que… 20 000 hommes (ce sont les derniers chiffres avancés par le CEMAT Pierre Schill), en déduisaient qu’elle ne pourrait tenir, en l’état, qu’un front de 80 km ; c’était à mon sens se montrer bien optimiste : toutes les armées du monde abordant l’ennemi sur deux échelons, notre première ligne, une fois entièrement déployée « en bataille », ne comprendrait que… 70 chars, correspondant, dans un dispositif (très) relâché, à un front d’une quinzaine de kilomètres, et on se souviendra à cet égard que, en Ukraine, la ligne de front est … d’un millier de kilomètres.
Encore le constat n’est-il ici que quantitatif. En effet, outre le fait que l’entraînement de nos unités blindées-mécanisées a été, contraintes budgétaires obligent, réduit à sa portion congrue (la priorité étant portée sur les OPEX), il faut bien constater que notre armée s’est sans doute laissée parfois griser par les succès un peu faciles mais tellement bien montés en épingle (il fallait bien cacher la misère) de récents conflits asymétriques (les mauvaises langues, à propos de la « guerre » du Mali, parlent parfois de « parties de chasse ») et le risque existe que nous soyons tombés, et Bazaine en était un bon exemple, dans les travers de nos généraux des années 1870, dont la seule expérience coloniale n’a pas
longtemps fait illusion confrontée à une armée allemande « industrialisée ».

C’est donc des unités sans expérience sérieuse de la haute intensité que nous opposerions à des unités russes qui ont tout appris de deux ans de conflit.

De qui notre Président se moque-t’il donc en proclamant d’un air martial « nous sommes prêts », rappelant le « nous vaincrons parce que nous sommes les plus forts » de septembre 1939 ? A-t-il perdu tout sens des réalités ? Tout cela n’est pas sérieux et la seule réaction que ses rodomontades pourraient déclencher chez Vladimir Poutine est, éventuellement, le rire.

Pour autant, gardons-nous bien de « piquer l’ours russe » : nous avons déjà positionné un escadron de 13 chars Leclerc en Roumanie, nous avons sans doute détaché quelques Officiers dans les États-Majors OTAN bien à l’abri dans les bases américaines entourant l’Ukraine, sans doute avons-nous au sol quelques équipes de recherche du 13e RDP et quelques membres du SA de la DGSE, alors, restons-en là.

Rappelons-nous que la grammaire élémentaire de la dissuasion interdit absolument à deux nations « nucléaires » de s’affronter ouvertement, autrement que par proxy (la montée aux extrêmes clausewitzienne qui est l’essence de tout conflit armé étant impossible), et oublions donc notre projet fumeux d’envoyer la Légion à Odessa face aux infiltrations des Forces spéciales russes : les Spetznaz ne sont pas les terroristes d’AQMI, et, avant de vouloir remettre de l’ordre à Odessa, sans doute devrions-nous nous intéresser à certaines de nos grandes villes et à certains de nos Quartiers pudiquement qualifiés de non-droit.
Joël FRANCOIS
Saint-Cyr 69-71
Infanterie mécanisée (Escadron de chars AMX 13/90, Compagnie AMX 10 P)
[email protected]

EuroLibertés : toujours mieux vous ré-informer … GRÂCE À VOUS !

Ne financez pas le système ! Financez EuroLibertés !

EuroLibertés ré-informe parce qu’EuroLibertés est un média qui ne dépend ni du Système, ni des banques, ni des lobbies et qui est dégagé de tout politiquement correct.

Fort d’une audience grandissante avec 60 000 visiteurs uniques par mois, EuroLibertés est un acteur incontournable de dissection des politiques européennes menées dans les États européens membres ou non de l’Union européenne.

Ne bénéficiant d’aucune subvention, à la différence des médias du système, et intégralement animé par des bénévoles, EuroLibertés a néanmoins un coût qui englobe les frais de création et d’administration du site, les mailings de promotion et enfin les déplacements indispensables pour la réalisation d’interviews.

EuroLibertés est un organe de presse d’intérêt général. Chaque don ouvre droit à une déduction fiscale à hauteur de 66 %. À titre d’exemple, un don de 100 euros offre une déduction fiscale de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Quatre solutions pour nous soutenir :

1 : Faire un don par virement bancaire

Titulaire du compte (Account Owner) : EURO LIBERTES
Domiciliation : CIC FOUESNANT
IBAN (International Bank Account Number) :
FR76 3004 7140 6700 0202 0390 185
BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP

2 : Faire un don par paypal (paiement sécurisé SSL)

Sur le site EuroLibertés (www.eurolibertes.com), en cliquant, vous serez alors redirigé vers le site de paiement en ligne PayPal. Transaction 100 % sécurisée.
 

3 : Faire un don par chèque bancaire à l’ordre d’EuroLibertés

à retourner à : EuroLibertés
BP 400 35 – 94271 Le Kremlin-Bicêtre cedex – France

4 : Faire un don par carte bancaire

Pour cela, téléphonez au 06 77 60 24  99

Cet article Bruits de bottes, quels moyens pour la France ? est apparu en premier sur Eurolibertés.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Serguei le

    Moi aussi !!!

  2. Posté par Nemo le

    Et vous, qu’en pensez vous ?
    Je pense que dans l’équation il y a un inconnue . C’est le nombre de français et d’européens civils ET/OU militaires qui en ont plein le c.l de l’europe, de micron, du wokisme, de la dictature gauchiarde, de l’invasion migratoire et du reste , et qui n’attendent qu’une occasion de rejoindre les russes pour se débarrasser de cette chienlit européo/mondialiste .
    Moi j’en suis .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.