92 % des Français jugent que l’insécurité a progressé à travers le pays, 68 % demandent que soit toléré « un recours à la force plus large que ce qui est permis   »

post_thumb_default

 

À moins de quatre mois des Jeux olympiques, nos concitoyens n’ont jamais autant broyé du noir. Affichant leur défiance vis-à-vis du gouvernement, 60 % ont équipé leur domicile et un tiers se protègent par eux-mêmes. Trois lieux suscitent leurs inquiétudes: les “quartiers”, les transports en commun et les grandes villes.

Les Français redoutent le chaos et pensent que le pays s’enfonce chaque jour davantage dans l’ultraviolence . Le dernier baromètre « sécurité des Français » Fiducial/Odoxa pour Le Figaro le confirme sans ambiguïté : 92 % d’entre eux jugent que l’insécurité gagne du terrain ces dernières années dans l’Hexagone, 55 % estimant même qu’elle a « beaucoup » augmenté. «  Résultat de cette perception unanime, 82 % des Français partagent les propos du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, lorsque ce dernier parle d’“ensauvagement d’une partie de la société” » , notent les analystes qui relèvent que «  les sympathisants de Renaissance, de LR et du RN le pensent tous (93 % à 95 %)  » tandis qu’«  à gauche, ces propos font davantage débat, même si une majorité des sympathisants de LFI (55 %), socialistes (63 %) et écologistes (65 %) sont d’accord  » avec le premier flic de France. Si tout le monde – ou presque – s’accorde donc sur le diagnostic, les Français affichent leur défiance envers le gouvernement et sa capacité à apporter un remède efficace aux maux qui gangrènent le pays. Notre baromètre est formel : plus que sceptiques, 72 % de nos concitoyens ne croient pas que l’exécutif puisse assurer leur sécurité face à la délinquance, celle des cambriolages et des agressions qui pourrissent leur quotidien. «  Les sondés sont aussi une nette majorité (62 %) à ne plus lui faire confiance pour les protéger du terrorisme » , précisent encore les analystes, qui relèvent que «  sur le temps long, la tendance de cet indicateur est clairement négative. […]

«  Au-delà des peurs et du sentiment d’insécurité, les Français sont concrètement exposés  » à l’insécurité, préviennent les auteurs du baromètre. Chiffres à l’appui, ils révèlent que plus d’un sur deux (56 %) avoue en avoir souffert personnellement. Dans le détail, près de 39 % déclarent avoir été harcelés ou agressés dans la rue et dans les lieux publics. Près d’un quart (23 %) a été cambriolé et 19 % ont déjà été victimes d’une agression physique. «  Enfin, précise l’étude, ils sont près d’un sur dix à nous confier avoir été la cible d’un vol à l’arraché, d’un pickpocket ou d’un car-jacking (12 %) ou d’une agression sexuelle (8 %) ».[…]

Réclamant une réponse plus musclée de la part de la police et de la gendarmerie, la population appelle très majoritairement (68 %) à ce que soit toléré « un recours de la force plus large que ce qui est permis   ». « Strictement encadré par la loi, le recours à la violence est, pour certains, trop restrictif et empêche les forces de l’ordre d’être efficaces dans leur mission » , insistent les analystes du baromètre. Ce constat, limpide, rejoint la volonté même de la plupart des agents et des militaires sur le terrain. […]

Dans ce panorama dégradé, note l’étude Fiducial/Odoxa pour Le Figaro , «  trois lieux suscitent un très fort sentiment d’insécurité dans le pays  ». Sur le podium, le baromètre cite d’abord les quartiers, où 83 % des habitants disent vivre dans la crainte en dépit des coups de menton donnés par tous les ministres de l’Intérieur, qui ont promis la « reconquête républicaine » et claironné la fin des « zones de non droit » . Suivent les transports publics, qui accueillent 65 % de voyageurs inquiets pour leur inté grité physique, mais aussi les grandes villes, peuplées de 61 % d’habitants qui ne se disent plus rassurés dans les rues.[…]

Le Figaro

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.