Merci, Obama, d’avoir libéré des terroristes talibans qui sont maintenant les chefs du gouvernement afghan

24 septembre 2021  - par Black Kira

Quatre prisonniers échangés par Obama contre le sergent américain Bowe Bergdahl occupent à présent des postes élevés dans le gouvernement taliban. Plusieurs des talibans occupant des postes importants à la suite de l'échange de prisonniers ont des liens étroits avec al-Qaïda.

De Guantanamo au leadership des talibans

Quatre des cinq détenus de Guantanamo, qui ont été libérés par l'ancien président Barack Obama en 2014 en échange de l'ancien sergent de l'armée américaine Bowe Bergdahl, occupent désormais des postes de direction au sein du gouvernement taliban, a rapporté la chaîne de télévision afghane TOLOnews.

Les terroristes libérés ont été, presque sans exception, nommés ministres ou directeurs.

L'un des prisonniers libérés, Abdul Haq Wasiq, sera à nouveau le directeur du renseignement des talibans, après avoir occupé ce poste avant les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis. Les agences de renseignement américaines ont découvert que Wasiq était étroitement associé à al-Qaïda lorsqu'il occupait ce poste à l'époque.

Mohammad Nabi Omari, Khairullah Khairkhwa, Mohammad Fazl, Norullah Noori et Abdul Haq Wasiq. Source : Pentagone

Mohammad Nabi Omari, Khairullah Khairkhwa, Mohammad Fazl, Norullah Noori et Abdul Haq Wasiq. Source : Pentagone

Thomas Joscelyn, chercheur principal à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), a noté que Mohammad Fazl reprendra également son rôle de secrétaire adjoint à la Défense.

"Des responsables américains ont découvert que Fazl avait travaillé avec des cadres supérieurs d'al-Qaïda, dont Abdel Hadi al-Irak, l'un des lieutenants supérieurs d'Oussama ben Laden",

a écrit Joscelyn dans un tweet .

Le FBI a mis sa tête à prix: il est devenu ministre de l'Intérieur

Après leur prise de pouvoir en Afghanistan, les talibans ont annoncé que Mohammad Nabi Omari, détenu d'une autre ancienne base navale de Guantanamo (GTMO) étroitement associée à al-Qaïda, dirigerait la province de Khost.

Sirajuddin Haqqani, le chef d'un groupe militant connu sous le nom de Réseau Haqqani, est actuellement ministre de l'Intérieur par intérim du gouvernement taliban. Les États-Unis avaient mis sa tête à prix pour 10 millions de dollars. Haqqani est l'un des deux chefs adjoints des talibans depuis 2016.

Le sénateur du Nebraska GOP Ben Sasse a  publié une déclaration sur la formation du gouvernement taliban, qualifiant la confiance que le président Joe Biden et les responsables américains ont placée dans les talibans de « pathétique ».

"Le président Biden s'accroche toujours au fantasme fou de rendre les talibans plus gentils et plus doux",

écrit Sasse. "C'est une impossibilité. C'est justement parce que le FBI avait mis sa tête à prix pour 5 millions de dollars que Haqqani est maintenant le nouveau ministre de l'Intérieur taliban : c'est un terroriste assoiffé de sang. Il est armé, dangereux, et contrôle un pays que nous venons de quitter", a-t-il  souligné.

Les yeux du monde sur l'Afghanistan

Un porte-parole du département d'État américain a également commenté la formation du gouvernement intérimaire des talibans :

« Nous savons que les talibans ont présenté cela comme un cabinet intérimaire. Mais ils seront jugés sur leurs actions, pas sur leurs paroles. Nous avons clairement exprimé notre attente que le peuple afghan mérite un gouvernement inclusif », a déclaré le porte-parole.

"Nous continuerons d'obliger les talibans à honorer leurs engagements,

et à permettre un transit sûr pour les ressortissants étrangers et les Afghans munis de documents de voyage, notamment en autorisant les vols au départ d'Afghanistan vers d'autres destinations convenues », a-t- il poursuivi. « Nous réitérons également notre attente claire que les talibans veillent à ce que le territoire afghan ne soit pas utilisé pour menacer d'autres pays et permettent à l'aide humanitaire de venir en aide au peuple afghan. Le monde regarde avec les yeux d'Argus », a-t-il  conclu.

La Maison Blanche a déclaré qu'elle n'était "pas pressée" de reconnaître les talibans en tant que gouvernement officiel de l'Afghanistan, ajoutant que la reconnaissance des États-Unis dépendait des actions des talibans tandis que le groupe annonçait la formation de son nouveau gouvernement.

Image de couverture : Pentagone, AFP (éd.)

https://makronom.mandiner.hu/cikk/20210924

Traduction: Cenator

voir aussi: https://conservativefighters.co/news/freed-by-obama-taliban-leader-was-released-from-gitmo-in-2014-swap/

https://www.nowtheendbegins.com/taliban-5-islamic-terrorists-freed-by-obama-in-exchange-for-army-deserter-bowe-bergdahl-now-in-afghanistan/

2 commentaires

  1. Posté par Sonny Walker le

    Oui, je cherche un mot plus fort que »naivete » , quand on a pu ecouter des politiques ou autres journalistes occidentaux, hesiter et penser que les talibans de 2021 pourraient peut-etre avoir change ..? Comment qualifier au 21eme siecle , de tels abrutis ? Ces dingos devraient se suicider direct au lieu d attendre les fadas d en face !

  2. Posté par baechler le

    « Les yeux du monde sur l’Afghanistan » ?.. Pour ma part, je me demande s’il ne s’agit pas une nouvelle fois d’une vitrine sur le Monde, présentant ce que sont les racines véritables de l’Islam – dont les pays d’occident tentent naïvement de se débarrasser, par la transformation désespérée de cette religion et son système de lois (et par conséquent du mode vie quant à tous les aspects de la quotidienneté des musulmans) en une autre corpus civilisateur – à savoir, précisément celui de la civilisation occidentale… Une naïveté un brin vertigineuse, à la fin.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.