Merkel en Pologne : des adieux dans la continuité

 

Pologne/Allemagne – Les prochaines élections aux Bundestag, auxquelles elle n’est plus candidate, ayant lieu dans moins de deux semaines, Angela Merkel, qui aura dirigé l’Allemagne pendant presque seize années – presque aussi longtemps à trois mois près qu’Helmut Kohl qui fut initialement son mentor –, fait désormais ses adieux. C’est dans ce cadre qu’elle s’est rendue ce samedi 11 septembre en Pologne – un pays qui fut la patrie de son grand-père paternel, Ludwik Kaźmierczak. La chancelière allemande y a rencontré son homologue polonais Mateusz Morawiecki mais n’a bizarrement pas eu d’entretien avec le président Andrzej Duda.

Harmonie germano-polonaise face à la crise avec la Biélorussie

Lors d’une conférence de presse commune avec le chef du gouvernement polonais, Mme Merkel a notamment évoqué la présente crise migratoire à la frontière biélorusse, une question sur laquelle Berlin semble soutenir Varsovie :

« L’Europe doit faire plus pour sa sécurité […] Nous voyons des attaques hybrides à la frontière orientale, des pressions sous la forme de réfugiés. Nous devons aider humainement et en même temps nous devons protéger les frontières extérieures de l’Union européenne. […] Je trouve totalement inacceptable que de telles attaques hybrides soient menées en utilisant ces personnes »,

des propos qui ont réjoui Mateusz Morawiecki qui se félicite que l’Allemagne ait désormais « des positions nettement plus proches » de celles de la Pologne sur cette question importante.

« Nous avons le plein soutien de la Commission européenne, ainsi que du gouvernement allemand, pour défendre l’Europe contre l’immigration illégale »,

a-t-il ainsi constaté avec satisfaction.

Divergences sur Nord Stream 2

Concernant la question du gazoduc germano-russe Nord Stream 2 – où les avis allemand et polonais sont divergents –, Angela Merkel a rappelé, un peu sur la défensive, que l’Allemagne s’est « engagée à  garantir  que  les approvisionnements en gaz soient garantis » pour l’Ukraine, des garanties qui n’ont toujours pas convaincu M. Morawiecki qui craint pour « la sécurité de [la] région » que la Russie considère toujours comme son pré-carré selon le chef du gouvernement polonais.

Sur la question dudit État de droit opposant le gouvernement polonais aux autorités européennes, Mme Merkel a indiqué préférer « résoudre [ces] problèmes par le dialogue » en se référant par ailleurs aux pourparlers déjà engagés entre Mateusz Morawiecki et la vice-présidente de la Commission européenne, Věra Jourová, qui s’est également rendue à Varsovie il y a quelques jours.

Arrogance allemande vis-à-vis de la Pologne 

Contrairement aux usages habituels, la chancelière allemande n’a pas eu d’entrevue avec le président polonais Andrzej Duda qui assistait le 11 septembre à une cérémonie commémorative à Katowice en Haute-Silésie. Or, tandis que certains journaux allemands ont voulu y voir un hypothétique refus de M. Duda de recevoir Mme Merkel, la raison semble être que la chancellerie allemande a tout bonnement omis de prendre un rendez-vous avec la présidence polonaise. Comme l’a souligné le secrétaire d’État à la Chancellerie du président polonais, Andrzej Dera,

« si quelqu’un veut rendre visite à quelqu’un, il prend rendez-vous »,

or, apparemment, pour la chancellerie allemande, le simple fait d’annoncer la visite d’Angela Merkel à Varsovie aurait dû suffire pour que le président polonais modifie son agenda sans qu’on l’y convie expressément, ce dernier cafouillage diplomatique de l’ère Merkel résumant bien l’attitude allemande actuelle vis-à-vis de l’Europe centrale.

The post Merkel en Pologne : des adieux dans la continuité first appeared on Visegrád Post.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.