Article de Gábor Hertelendy : Hongrie : la page de l’avocat Tamás Gaudi-Nagy bloquée par Facebook.

 

MN.png 

Facebook fait face à une tempête de critiques pour avoir censuré du contenu que l’entreprise n'aime pas. 

Par Gábor Hertelendy 

Le directeur exécutif du Service national de protection juridique (NJSZ), l'avocat Tamás Gaudi-Nagy, a déclaré au Magyar Nemzet

" Dimanche, j'ai publié sur les médias sociaux mon propre reportage photo, ainsi que les reportages du quotidien hongrois Magyar Nemzet et de l'agence de presse hongroise MTI, qui avaient couvert les manifestations contre la Budapest Pride la veille. 

Quelques heures plus tard, Facebook a bloqué ma page et l'a rendue inaccessible, en invoquant une violation des principes de la communauté, bien qu'aucune violation spécifique n'ait été mentionnée ; il n'y a pas eu de telle violation."

Tamás Gaudi-Nagy a fait partie de ceux qui ont tenu une contre-manifestation et un discours sur l'avenue Andrássy, organisés par l'association European Patriots Unite, puis ont pris part à une autre contre-manifestation organisée par les Budaházy sur la place Fővám. 

Tamás Gaudi-Nagy réclame 100 millions de forints (environ 280 000 euros) de dommages-intérêts punitifs à Facebook si son site de réseau social n'est pas rétabli immédiatement : " J'ai donné à Facebook vingt-quatre heures pour réactiver ma page, car mes publications ne contenaient pas de discours de haine et ne violaient aucun principe. Si ce n'est pas le cas, j'intenterai une action en justice contre l'exploitant du réseau social afin de rétablir ma page et de réclamer des dommages et intérêts d'un montant de 100 millions de forints (environ 280 000 euros)." a déclaré l'avocat, ajoutant que sa page de réseau social, qui compte 20 000 adeptes, fonctionne depuis 10 ans et est considérée comme importante parmi les organisations de défense des droits et les personnalités publiques hongroises (à titre de comparaison, la Society for Fundamental Rights, proche de Soros, compte 60 000 adeptes, et le Comité Helsinki de Hongrie 40 000). 

Tamás Gaudi-Nagy a également souligné que Facebook n'est pas la première entreprise à appliquer deux poids, deux mesures pour juger arbitrairement les opinions, en s'en prenant aux messages à contenu patriotique et aux personnalités publiques qui défendent les valeurs traditionnelles. Auparavant, la page du réseau social du leader du parti "Mi Hazánk" ("Notre patrie"), László Toroczkai, qui compte 170 000 adeptes, avait été bloquée ; M. Toroczkai a depuis gagné un litige contre Facebook en première instance. 

Parce que Tamás Gaudi-Nagy a également défendu deux militants hongrois de Transylvanie, István Beke et Zoltán Szőcs, qui ont été innocemment condamnés pour "terrorisme" par un tribunal roumain en 2018, Facebook a supprimé sa publication et l'a bloquée pendant 30 jours. 

Selon l'avocat, de plus en plus de personnalités publiques engagées au niveau national y seront confrontées dans un avenir proche, à l'approche des élections, et il est donc inévitable que Facebook soit légalement réglementé pour protéger la liberté d'expression en Hongrie. 

Source : Magyar Nemzet 

(Tamás Gaudi-Nagy a été député, élu sur les listes du Jobbik, de 2010 à 2014. Il avait, en 2014, jeté deux drapeaux de l'UE par une fenêtre du Parlement hongrois : https://www.youtube.com/watch?v=B5OiE_gpGiE&t=48s).

(https://magyarnemzet.hu/belfold/letiltotta-gaudi-nagy-tamas-oldalat-a-facebook-10130801/)

Tamás Gaudi-Nagy.jpg

Tamás Gaudi-Nagy

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par pierre frankenhauser le

    C’est comme les petits scribouillards de 20min.ch, qui censurent des commentaires qui ne leur plaisent pas, malgré le respect des règles.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.