Violences sexuelles dans le football : Ahmed G., éducateur, recruteur et prédateur…

Un éducateur d’Ile-de-France a été incarcéré pour des viols et agressions sur des joueurs mineurs. Les faits remontent à plusieurs années.

La scène remonte à mai 2012 et rappelle que le patinage n'est pas le seul sport touché par les violences sexuelles. En plein tournoi de football à Leers (Nord), un joueur de 16 ans de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne) rapporte des faits « étranges et graves » concernant son entraîneur Ahmed G. À l'un de ses éducateurs. « Il est venu me voir en me disant qu'il avait quelque chose d'important à me dire sur Ahmed, raconte Wissam (NDLR : le prénom a été changé). Il avait découvert des textos «très spéciaux» envoyés à d'autres joueurs, partis faire des essais à Guingamp (Côtes-d'Armor). Il était écrit : Vous me manquez, j'ai envie de vous faire l'amour… »

Au retour en région parisienne, les dirigeants de Bussy-Saint-Georges convoquent l'intéressé qui nie en bloc et reste sur la défensive. Ils affirment avoir signalé les faits au parquet des mineurs de Meaux et avoir exclu Ahmed G, licencié au club depuis cinq ans.

Mais l'intéressé rebondit dans le département voisin du Val-de-Marne, au Perreux puis à Villiers-sur-Marne. « Ça m'a dégoûté du milieu d'autant qu'il débauchait des joueurs de chez nous pour le rejoindre, confie l'éducateur de Bussy à l'origine du signalement. Quand je voyais des jeunes entourés d'adultes, je devenais parano… Je suis parti. »

Diaby et Lassana Diarra entendus comme témoins

Ahmed G. continue, lui, son parcours dans le foot renforcé par son statut de recruteur pour les clubs pros. Il œuvre auprès de l'AJ Auxerre et du FC Nantes. L'intéressé, qui s'était marié durant sa période à Bussy sans réussir à devenir papa, divorce. « J'ai toujours dit que c'était un excellent éducateur, précise Laurent Sabotier, le président de Bussy-Saint-Georges. Mais en cherchant un peu, on s'est rendu compte que c'était un grand manipulateur et surtout un vrai prédateur. »

Ahmed G. jouit surtout d'une belle réputation depuis qu'il a « façonné » un certain William Vainqueur jusqu'à ses débuts pros à Nantes. Il fréquente depuis l'âge de 10 ans le natif de Seine-Saint-Denis qui a grandi seul avec sa mère. Il parle du joueur « comme si c'était (son) fils ». Mais aujourd'hui âgé de 31 ans, le milieu de terrain de Toulouse (L1), passé notamment par le Standard de Liège, le Dinamo Moscou, l'AS Roma ou Marseille, a coupé les ponts depuis plus dix ans. « Il n'a pas eu de problèmes avec lui », précise l'entourage du joueur qui a été entendu en tant que témoin dans cette affaire. Selon des sources proches de l'enquête, les ex-internationaux Abou Diaby et Lassana Diarra, qui connaissaient Ahmed G, ont également été entendus par les enquêteurs de la brigade de protection des mineurs de la PJ de Paris.

«Une pluralité de victimes»

Mis en examen en février 2016 « pour corruption de mineur de 15 ans, propositions sexuelles faites à un mineur de 15 ans, agression sexuelle et viol sur mineur de 15 ans ou encore viol commis par une personne abusant de l'autorité que lui confère sa fonction », Ahmed G. avait été incarcéré avant de sortir de prison. Il a ensuite violé son contrôle judiciaire avant d'être à nouveau placé en détention le 9 février 2019. « Savoir que cette ordure est enfin derrière les verrous, ça rassure », confie un ancien agent opérant dans l'ouest de la France. Si le nombre d'enfants abusés n'a pas été précisé, une source judiciaire évoque « une pluralité de victimes ».

À l'été 2012, l'éducateur avait failli être lynché en pleine tribune du stade de Torcy par le frère d'une victime qui l'avait reconnu. Il avait échappé au pire grâce à l'intervention de la police.

Source : Le Parisien

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.