Noël à Hong Kong : pas de trêve pour les barbares communistes

post_thumb_default

 

Nous le savions depuis longtemps déjà, mais le pouvoir procommuniste de Hong Kong nous en a encore apporté la preuve mercredi : à Noël, la brutalité, le cynisme, bref le mal rouge ne connaissent, hélas, pas de trêve. C’est ainsi que les manifestations de militants pro-démocratie qui ont eu lieu le 25 décembre dans la ville ont une fois de plus été très violemment réprimées par la police hongkongaise téléguidée par le régime de Pékin.

Matraquages et arrestations en pagaille

La veille déjà, la police antiémeute de Hong Kong s’en était donné à cœur joie, lors de heurts avec des centaines de manifestants pro-démocratie, qui avaient duré plusieurs heures dans le quartier de Tsim Sha Tsui, l’un des plus commerçants et des plus animés de la ville. Les policiers y avaient ainsi dispersé sans pitié les manifestants à coups de matraque et de gaz au poivre, après que certains de leurs collègues en civil eurent arrêté plusieurs militants pro-démocratie à l’intérieur du centre Harbour City. Des affrontements au cours desquels l’un des policiers avait même mis en joue avec un fusil plusieurs opposants. Des incidents similaires s’étaient également produits mardi soir dans au moins trois autres quartiers de la ville. Mercredi, c’est à Mong Kok, un quartier prisé pour faire du shopping et théâtre de fréquents affrontements au cours des six derniers mois, que la police a fait massivement usage de gaz lacrymogène pour disperser la foule. Du gaz au poivre a également été utilisé dans au moins deux grands centres commerciaux lors de heurts avec les manifestants, au sein desquels de nombreux jeunes ont là encore été arrêtés par des policiers en civil mêlés à la foule. Le tout, avec un cynisme extraordinaire puisque Carrie Lam, chef de l’exécutif hongkongais prochinois, a accusé les « émeutiers irresponsables et égoïstes » d’avoir « gâché l’ambiance festive » de Noël… Un comble quand on sait à quel degré les chrétiens sont persécutés chez ses maîtres de Chine continentale, et quand on se souvient que les autorités hongkongaises ont refusé cette année de piétonniser les artères de la ville dans lesquelles l’importante communauté chrétienne de Hong Kong se rassemble traditionnellement le soir de Noël.

Les catholiques en première ligne

Des chrétiens, et tout particulièrement les catholiques, qui, rappelons-le, sont en première ligne à Hong Kong, depuis près de six mois. Pour dénoncer bien sûr la mainmise grandissante du régime communiste de Pékin sur l’île, mais aussi l’impitoyable répression dont sont victimes leurs frères de Chine continentale depuis des décennies. Et cela, malgré l’accord conclu en septembre 2018 entre le pape François et le gouvernement de Pékin. Car, depuis la signature de ce dernier, force est de constater que la répression religieuse en Chine, en particulier contre les chrétiens, n’a cessé de s’aggraver. Eglises et croix détruites, traque des familles catholiques, présence de la police politique lors des messes et même… réécriture de la Bible : le régime maoïste de Xi Jinping a littéralement sombré dans une effrayante frénésie antichrétienne. Une situation tellement dramatique que l’excellent cardinal Zen, bien connu pour son opposition courageuse et sans faille au régime communiste de Pékin, fustigeait encore, dans un entretien accordé lundi au Figaro, l’accord passé entre le Saint-Siège et Pékin en 2018, et la désolante politique de conciliation avec la Chine menée par le pape François et son secrétaire d’Etat, le cardinal Parolin. •

Cet article Noël à Hong Kong : pas de trêve pour les barbares communistes est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.