Colonisation : l’épopée européenne qui a changé le monde

Par Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère
♦ Ainsi, pour le président Macron, la colonisation est une erreur doublée d’une faute. On le savait déjà. Après son infamante sortie algérienne sur les « crimes contre l’humanité » prétendument commis par la France outre Méditerranée, il a cru bon d’en remettre une couche à Abidjan le 21 décembre.


La colonisation est une mondialisation

Juger moralement un mouvement historique inévitable, et sur lequel il est impossible de revenir, est stupide. Le monde a été colonisé par les Européens tout simplement parce qu’il ne pouvait pas ne pas l’être. L’énergie de la « race blanche » dans sa volonté de découverte et d’expansion a changé le monde pour toujours et à jamais, comme celle de la Horde d’or mongole avait changé la Russie. Il n’y a eu en fait dans l’histoire qu’une seule véritable mondialisation : la colonisation. Parfois, il est vrai, cruelle et prédatrice. Mais aussi porteuse de progrès et de santé pour les populations soumises, en même temps qu’elle faisait reculer l’esclavage, le cannibalisme et la sauvagerie. Son histoire, notamment pour la France, a révélé des hommes d’un courage exceptionnel mais également d’une grande humanité, et donné lieu à des épopées qui participent à la fierté de notre histoire.

Des générations de petits Français ont été élevées dans la gloire de l’empire, ils voyageaient devant les cartes de territoires immenses et éloignés réunis dans un rêve civilisateur et même multiracial. La repentance obligatoire fait partie de la perte de notre conscience nationale qui est à la base de notre déclin.

On rendra justice à l’homme qui renonce à son régime spécial de retraite d’avoir souligne que c’était une erreur de la République : « Trop souvent aujourd’hui la France est perçue avec un regard d’hégémonie où les oripeaux d’un colonialisme qui a été et qui fut une erreur profonde, une faute de la République…»

Le paradoxe de l’ex-colonisé

Macron croit à nouveau (adieu de Villiers !) que tout commence avec la République. C’est son droit mais c’est une ânerie incontestable. On retiendra donc que c’est plus l’erreur d’un système politique trahissant ses valeurs que d’un pays assumant son histoire. L ‘« erreur » de la République est souvent une page de gloire de la France. D’ailleurs c’est la République universelle qui a transformé la colonisation en un nivellement idéologique ; la France n’en demandait pas tant.

Que pense le président de notre premier empire, du Canada à l’Inde en passant par les Antilles et puis le Sénégal et l’Algérie ? La France a été, derrière son ennemi héréditaire l’Angleterre qui gouvernait les mers, la deuxième puissance coloniale du monde. Il lui reste la francophonie et un empire maritime gigantesque et prometteur autour d’archipels oubliés. Il est une génération de Français qui par la lâcheté de nos dirigeants, sont nés dans un empire et se préparent à mourir dans un hexagone. Un hexagone qui vit une ancienne fierté comme une honte.

Il est vrai que cette République ressemble peu à la France impériale de Faidherbe et Gallieni. Quand on voit les conséquences démographiques et humaines de la colonisation, on peut comme Macron penser que c’était une erreur — qui pourrait nous être fatale. S’il y a grand remplacement, c’est la fille bigarrée de la colonisation et de l’échec des colonisés à vivre mieux chez eux sans nous. Fuir son pays pour se réfugier chez l’oppresseur dont on se vante de s’être débarrassé, quel paradoxe !

Mais cette erreur était malgré tout inévitable. Pourquoi Colomb a-t-il découvert Amérique ? Parce qu’il en avait les moyens techniques et surtout le courage humain. La colonisation est la conséquence d’une supériorité matérielle, mais aussi d’un sentiment naïf d’apporter le progrès — une nouvelle « pax romana ». La colonisation est une conquête et toute conquête est une brutalité comme l’auraient dit les Gaulois acceptant cependant le terme de civilisation gallo-romaine. Une colonisation subie puis acceptée dans ses conséquences irréversibles. Voilà, avec l’acquisition de la langue française, le chemin de la vraie indépendance des colonisés qui ne seront plus jamais ce qu’ils ont été. L’Amérique latine ne retournera jamais à l’époque des Aztèques et des Incas, n’en déplaise aux indiens, et le Maroc n’effacera jamais Lyautey et Casablanca. Les pourfendeurs de la colonisation sont souvent des obscurantistes qui confondent régression et authenticité et qui ont trouvé le moyen de justifier leurs échecs pitoyables depuis 70 ans.

Pour eux comme pour nous, il n’y a finalement qu’une chose pire que la colonisation et c’est la décolonisation. Car la première était peut être une erreur, toutefois inscrite inévitablement dans la marche du monde, mais la seconde a multiplié les fautes évitables. Le « temps béni des colonies » est peut être un fantasme mais le temps maudit des décolonisations est, pour certains pays, une indiscutable réalité.

Pierre Boisguilbert
24/12/2019

source:

Un commentaire

  1. Posté par Anne Lauwaert le

    La décolonisation c’est simplement empêcher les pays colonisateurs de protéger leurs colonies et leurs populations pour les rendre vulnérables et pouvoir s’emparer de leurs richesses. Le fils du président Roosevelt l’explique dans son livre « Mon père m’a dit » = ne jamais rendre les colonies à la France et s’emparer des ressources des ex-colonies.
    https://ripostelaique.com/les-echanges-entre-roosevelt-et-churchill-des-1941.html
    Semblablement Larry Devlin ancien chef de la CIA à Léopoldville écrit dans son livre « Chief of Station Congo » que les Russes voulaient l’uranium du Katanga et comme les Américains le voulaient aussi ils y ont foutu le bordel. Et le mythique Lumumba n’a été qu’une marionnette des Russes…
    Dans son excellent « Raj Quartet » qui se déroule pendant les dernières années de la colonisation anglaise en Inde, Paul Scott explique que la colonisation a imposé la paix comme un couvercle sur les conflits locaux, le départ du pouvoir colonial a ouvert la boite de Pandore et laissé réactiver toutes les violences qui avaient été réprimées mais n’avaient jamais disparu. C’est ce qui s’est passé aussi au Congo et qui dure toujours. Souvenez-vous de la BD « Kivu » et écoutez ce que nous dit Odiane Lokaku https://www.youtube.com/watch?v=n-Yhi5UivT4
    La colonisation a-t-elle été une erreur? Ce n’est pas ce que dit Alexandre Benalla https://resistancerepublicaine.com/2019/12/23/colonisation-benalla-tacle-macron/?
    Ni Ernest Tigori https://www.youtube.com/watch?v=GicYKkchZng
    Par contre la décolonisation a certainement été une catastrophe.
    Maintenant nous en sommes aux nationalistes comme Kemi Seba qui appellent les Africains à rentrer chez eux pour reconstruire leurs pays. https://lesobservateurs.ch/2019/12/13/kemi-seba-militant-panafricaniste-son-opinion-sur-limmigration-et-laquarius-decapant/#comment-305817
    Et nous,(Belges) qui étions au Congo avant la catastrophe, nous y vivions dans une société multiculturelle avec des ressortissants de nombreux autres pays (Suisses, Français, Portugais, Indiens, Chinois, des Juifs, aussi rescapés des camps, etc. ) si nous avions pu continuer à aller à l’école avec des enfants indigènes et grandir ensemble, nous serions devenus la classe dirigeant du pays le plus riche et prospère de la planète.
    https://atelier-ca-della-fiola.blogspot.com/p/congo.html

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.