La secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature accusée d’être « complice de la haine antiflic »

 

Grégory Joron, CRS et secrétaire général du syndicat Unité SGP-Police Madame Sarah Massoud, Madame la juge, Madame la secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature, […] De la harangue d’Oswald Baudot À partir d’une réflexion très personnelle, vous dévoilez très vite la position de votre organisation syndicale, le Syndicat de la magistrature, et employez le […]

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Socrate@LasVegas le

    @Vautrin « …lorsque le délinquant appréhendé par la police devient une victime aux yeux des juges, c’est qu’elle est définitivement ruinée. »
    Dramatiquement vrai…

  2. Posté par Vautrin le

    De fait, il ne devrait pas exister de syndicat de magistrats. L’actuel « syndicat » est totalement perverti par l’idéologie gauchiste. La magistrature ne doit pas se mêler de politique, hélas l’intrusion des juges en politique est devenue la norme en Occident. La vie politique est constamment menacée par des chats-fourrés interprétant les lois selon leur bon plaisir et selon les intérêts de ceux qui actionnent leur caste en sous-main.
    Toutefois, il est aussi patent que la police n’est plus utilisée dans son rôle régalien de sûreté, au service du bien commun. Sous Macron et son sbire de Beauvau, elle tend à devenir une milice armée de protection du régime. Cet état de faits n’est pas sans inquiéter de nombreux policiers, comme on le sait, car parmi eux il n’existe qu’une minorité de brutes épaisses heureuses d’obéir. Je veux croire que la majorité, un jour, refusera d’être utilisée comme une bande de nervis.
    C’est donc sans discernement -mais peut-on imaginer qu’un juge rouge soit capable de discernement ?- que les chats-fourrés du syndicat de la magistrature parlent globalement des « violences policières ». Ils se gardent bien de désigner les vrais coupables, ceux qui donnent ordre à la police d’agir de manière violente.
    Sans parler du laxisme judiciaire, chose honteuse et infâme, qui provoque l’ire des policiers !
    Lorsqu’une société en arrive à ce point, lorsque le délinquant appréhendé par la police devient une victime aux yeux des juges, c’est qu’elle est définitivement ruinée.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.