RTS: Utilisation abusive de la justice et de la redevance obligatoire

Emission sur le botox: nouveau camouflet pour la SSR

La SSR avait fait appel après que le Tribunal fédéral eut estimé que dans son émission consacrée au botox, «Puls» aurait dû mentionner le sacrifice de milliers de souris.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) de Strasbourg n'est pas entrée en matière sur une plainte de la télévision suisse (SSR), a-t-elle annoncé jeudi. Il s'agissait de déterminer si une émission de santé «Puls» de janvier 2012 de la SRF consacrée au botox avait eu tort de ne pas dire que des centaines de milliers de souris périssent lors de tests pour produire cette substance.

Le 2 janvier 2012, l'émission «Puls» de la télévision alémanique SRF sur le botox portait sur les applications cosmétiques et médicales de la toxine botulique ainsi que sur les milliards empochés par ses producteurs. L'Autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP) avait accepté la même année une plainte de l'organisation alémanique CgT, qui regroupe des défenseurs des animaux.

L'AIEP estimait qu'il n'était pas légitime d'omettre la problématique des expérimentations animales liées à la production du botox. En avril 2013, le Tribunal fédéral [...]

La SSR a dès lors fait appel de cette décision devant la CEDH à Strasbourg. [...]

article complet:

Un commentaire

  1. Posté par Antoine le

    La RTSocialite dépense des sommes folles en justice avec la redevance obligatoire !
    Cela démontre que le camp du  »bien » veut avoir raison même si fondamentalement elle a tort …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.