Pays-Bas : les demandeurs d’asile obtiennent des dizaines de millions d’euros de dédommagement

Les services de l’immigration néerlandais vont devoir payer des dizaines de millions d’euros à des réfugiés dont la demande d’asile n’a pas été traitée dans les délais. Les dédommagements versés vont dépasser 5, 5 millions d’euros cette année, 17 millions en 2020 et encore 16 millions d’euros en 2021.

Les lenteurs de l’administration néerlandaise coûtent cher aux contribuables du royaume. Car pour n’avoir pas traité à temps les demandes d’asile de réfugiés, la facture réglée par les services de l’immigration et de la naturalisation (IND) ne cesse de s’alourdir. Les réfugiés inscrits sur des listes d’attente patientent parfois jusqu’à deux ans avant l’étude de leur dossier pour obtenir ou pas un titre de séjour ou la nationalité néerlandaise. Pourtant, la loi stipule que le réfugié doit être fixé sur son sort six mois après son arrivée aux Pays-Bas.

Du coup, les migrants qui se sont tournés devant les tribunaux du pays pour demander réparation ont obtenu gain de cause. Après avoir été condamnés à verser 1,5 million d’euros de dédommagement en 2018, ces services de l’immigration rattachés au ministère de la Justice et de la Sécurité ont dû régler 5,5 millions depuis le début de l’année à des demandeurs d’asile. […] Pour remédier à ce gâchis financier, le ministère a prévu d’embaucher 650 personnes pour étoffer l’effectif des services d’immigration. « Le recrutement de personnel et sa formation sont des processus lents », a toutefois averti le ministère de la Justice.

Les coupes dans les dépenses décidées en 2017 par le ministre de la Justice actuel, Ferdinand Grapperhaus, sont à l’origine de cette situation. Une politique qui s’est traduite par des réductions de postes au sein de l’IND, alors que les Pays-Bas accueillent davantage de réfugiés année après année. Après avoir autorisé l’arrivée de 14.700 nouveaux demandeurs d’asile en 2017, 20.353 réfugiés sont entrés légalement sur le territoire en 2018. Depuis début 2018, ce nombre a atteint 16.530 personnes, en provenance de zones en conflit ou dangereuses. Le ministère a d’ores et déjà prévenu que les cafouillages risquaient de se prolonger au-delà de 2021. […]

Les Echos

Via Fdesouche

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    Quand on lit ça, on se dit « ce n’est pas vrai, ce n’est pas possible ». Qui est derrière cette manoeuvre pour que les demandeurs d’asile SACHENT ALLER AUSSI LOIN?
    Quand on sait combien les néerlandais sont généreux et combien ils ponctionnent les classes cadres pour que règne la paix sociale, on est outré que ce peuple puisse subir cela. Un de mes amis, cadre, se voit prendre la moitié de sa retraite, chaque mois. Et ce qui lui reste lui permet de juste vivre décemment, sans folies. Que penserait-il si des gens de l’extérieur attaquent le système et « le dévalisent » pour avoir « subi un retard ». Quand on sait en plus qu’il n’y a pas assez d’effectifs pour traiter les dossiers rapidement.
    Réfugiés, migrants, immigrés deviennent de plus en plus rusés face à notre système vache à lait.
    Qui les aide, qui leur apprend à abuser du système? J’espère que les néerlandais feront leur petite enquête. Sinon, ils se feront dévorer.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.