Les délégués UDC refusent l’initiative sur le logement et l’article de censure

Réunis aujourd’hui à Niederglatt (ZH), les délégués de l’UDC Suisse ont adopté les mots d’ordre pour les votations populaires du 9 février prochain après avoir fait une première analyse critique des élections fédérales. Ils refusent avec 334 votes contre 2 pour et 2 abstentions l’initiative populaire « Davantage de logements abordables » et à l’unanimité l’extension de la norme pénale contre le racisme.

500 délégués et hôtes de l’UDC se sont réunis aujourd’hui à Niederglatt (ZH) pour le congrès du parti. Après une analyse critique des résultats des élections fédérales, ils ont fixé les consignes de vote en vue du scrutin populaire du 9 février 2020. Les délégués refusent à l’unanimité l’initiative populaire « Davantage de logements abordables » et l’extension de la norme pénale antiraciste. Ils ont ainsi suivi les recommandations du Comité de l’UDC Suisse.

« Les loyers ont déjà baissé »
Durant le débat contradictoire, les conseillers nationaux UDC Verena Herzog (TG) et Hansjörg Knecht (AG) ont réussi à convaincre les délégués de la nécessité de rejeter les deux projets. Selon Hansjörg Knecht, l’initiative de l’association des locatrices et locataires est non seulement inutile, mais surtout nuisible. Le nombre de logements vides a atteint son plus haut niveau depuis vingt ans. « Si on concentrait ces 75’000 appartements vides à un seul endroit, on aurait affaire à une localité aussi grande que la ville de Berne », a-t-il expliqué. La construction de nouveaux logements continue en force en raison des bas taux d’intérêts. Cette offre excédentaire a provoqué une baisse des prix sur le marché des logements de location: « Selon l’observatoire immobilier du bureau de consultation Wüest Partner, le niveau actuel des loyers est inférieur de 5,8% à celui de 2015. » Les grandes villes mènent une politique du logement indépendante. Par exemple, 25% des logements de la ville Zurich appartiennent à des maîtres d’ouvrage d’utilité publique. « L’exigence des initiateurs d’une proportion de 10% de logements soutenus publiquement est donc plus que satisfaite. » Cette initiative est nuisible parce qu’elle force les cantons et les communes à investir dans l’achat de biens fonciers sans tenir compte des besoins réels. Les restrictions de construction imposées par la Confédération provoqueraient une pénurie de logements et pousseraient les prix à la hausse.

« En réalité, il s’agit d’une censure »
Verena Herzog est intervenue avec succès pour le rejet de la norme pénale contre le racisme. La Constitution fédérale garantit aujourd’hui déjà la protection contre des discriminations de toutes sortes, a-t-elle rappelé. Des lois supplémentaires sont donc inutiles et mêmes nuisibles: « Toute personne qui osera s’exprimer publiquement de manière critique sur des orientations sexuelles s’exposera à une plainte pénale », a-t-elle averti. Cette extension de la norme pénale servira à criminaliser des opinions et sera abusée pour faire taire des adversaires politiques malaimés: « Ce qu’on essaie de nous vendre comme une ‘protection contre la discrimination’ est en réalité une loi de censure qui menace la liberté d’opinion, de conscience et aussi la liberté économique sans pour autant résoudre le problème sur le fond. »

Les délégués approuvent le rapport sur les élections
Les délégués de l’UDC Suisse ont profité de cette assemblée pour dresser un bilan des élections fédérales 2019. Ils ont approuvé l’intention de la direction du parti de faire un rapport en collaboration les partis cantonaux sur les causes qui ont provoqué les lourdes pertes et sur les mesures à prendre pour redresser la situation.

source:

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.