France : Une enseignante agressée par des parents « Je ne suis pas française, je suis gitane. Je te croise dehors, je te crève. »

Midi Libre publie la vidéo tournée par l'institutrice agressée et insultée par une mère et une grand-mère, lundi 30 septembre, à l'école Jules-Verne, à Agde, dans l'Hérault. Les deux femmes ont été placées en garde à vue.

C'est violent. Peut-être beaucoup plus psychologiquement que physiquement. La vidéo que Midi Libre a décidé de publier montre à quel point l'univers de l'école est le miroir d'une société éruptive. Les faits se sont déroulés à Agde, dans l'Hérault, lundi 30 septembre, à l'école Jules-Verne.

 

A 1:28

"Je ne suie pas française, je suis gitane."

A 1:46

"Je te croise dehors, je te crève."

 

Claque, insultes et menaces de mort

L'explication musclée dans le bureau du directeur entre une enseignante, la mère et la grand-mère d'un élève tourne vite au pugilat. Une claque, des insultes et des menaces de mort. Cet extrait qui est filmé par l'institutrice livre la réalité du quotidien de certains enseignants parfois désemparés face à la violence de l'entourage familial.

[...]

Midilibre.fr / Actu.fr

 

10 commentaires

  1. Posté par Cathy le

    Hallucinante la vidéo, la violence psychologique. La grand mère a des yeux de dingue, une vraie folle qui ment comme un arracheur de dents.. elle se plaint de l agressivité de la maîtresse pour ensuite dire que son petit fils est habitué à la voir menaçante… il serait temps de se demander comment on en est arrivé là. Ces deux cas sociaux agissent en toute impunité, ce qui aurait été le cas si la victime n avait pas filme… le directeur est une belle couille molle en tout cas!

  2. Posté par Forceetcourage le

    Je suis choquée par ces images. Manifestement, cette grand-mère n’a pas compris que les enseignants du primaire assurent la surveillance et gèrent les conflits entre les élèves au cours de la récréation et avant le début de la classe (le matin et juste après l’interclasse). Donc, si l’élève en question était impliqué dans une bagarre, c’est tout à fait normal qu’il soit recadré par n’importe quel enseignant. Si certains parents ne respectent plus le corps enseignant, leurs enfants inscrits dans ces écoles en seront tout simplement incapables. L’attitude de cette mère et de cette grand-mère est contestable. Ces deux femmes devraient prendre conscience de la gravité de leurs actes et de leurs propos et devraient également être convoquées par la police pour un rappel à la loi concernant les menaces de mort proférées notamment. Concernant la pauvre enseignante, durant un certain temps, il serait judicieux de lui proposer une protection policière. On ne sait jamais. C’est très difficile de se retrouver dans une situation pareille dans l’exercice de son métier. Je souhaite donc à l’enseignante beaucoup de courage au quotidien ainsi qu’au corps enseignant de manière générale.

  3. Posté par Jadore le

    Comme c est beau.
    Il ne faut pas juger. Il faut admettre et même plus, être promoteur de cet art du savoir-vivre ensemble qu on nous vente dans tous les médias….
    Bon courage…..

  4. Posté par dany guillet le

    honteux .l’academie doit faire sont travail pour sanctionner les parents gitans ou pas

  5. Posté par Tommy le

    Le plus choquant, c’est la passivité du directeur, qui laisse sa collègue se faire insulter et menacer par ces deux primitives sans opposer la moindre réaction…

    Les directeurs scolaires sont nommés selon leur appartenance politique surtout.
    Et ne pas être de gauche rend la nomination impossible.

    Les gitans ont les mêmes attitudes que les musulmans.
    Clanisme, violence verbale et physique, fourberie, mensonges, puis victimisation lorsqu’ils n’ obtiennent pas ce qu’ils veulent.

    Pas française, mais gitane?
    Mais française pour toucher les allocs toutefois..

  6. Posté par Socrate@LasVegas le

    Les gauchistes associés aux lobbyistes (=ue), ont encouragé l’anti-démocratique montée de tous les COMMUNAUTARISMES, témoins de la destruction criminelle de notre société!

  7. Posté par miranda le

    Est-ce que les enseignants sauront voter aux prochaines élections si le ou la candidate à la présidence propose de restaurer l’AUTORITE DES PROFS?

    Des parents comme ceux-là méritent une très forte amende, ou quinze jours d’interdiction de leur enfant à l’école. Comme ça ils se souviendront que manquer de respect à un prof, CA NE SE FAIT PAS.

    Sinon messieurs et mesdames enseignants, continuez le vote « bisounours », continuez à idéaliser enfants et parents d’aujourd’hui. Mais ne venez pas vous plaindre.

    UNE IDEE pour faire revenir, discipline, respect du prof, respect des camarades : UN CAHIER CITOYEN DE PROPOSITIONS POUR L’ECOLE où chacun exposerait ses idées pour arriver à retrouver une école qui soit NORMALE comme celle que nous avons connue.

    PARENTS CARAMELS MOUS ne participez pas à un tel cahier, « s’il existe un jour ».

  8. Posté par Irène le

    le plus triste dans cette histoire est que les enseignants ne se defendent pas et font voir qu’ils ont peur , alors qu’il faudrait faire le contraire .

  9. Posté par Horizon le

    L’enseignement, un métier valorisant… ouais… tu parles !

  10. Posté par Bussy le

    Voilà à quoi on arrive quand on laisse s’installer chez soi des crevures !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.