Hong Kong met en garde contre toute ingérence alors que des manifestants réclament l’aide américaine

post_thumb_default

 

Lors d'une conférence de presse ce 10 septembre, le chef de l'exécutif pro-Pékin de Hong Kong a réagi aux revendications d'opposants politiques qui, dans le cadre du mouvement de protestation qui secoue la mégapole depuis le début de l'été, sollicitent ouvertement une aide américaine.

Appelant Washington à privilégier les «intérêts mutuels» entre les Etats-Unis et Hong-Kong, Carrie Lam a notamment mis en garde contre une ingérence américaine. «Il est extrêmement inapproprié pour un pays de s'ingérer dans les affaires de Hong Kong», a-t-elle déclaré aux journalistes, estimant qu'un tel cas de figure pourrait porter atteinte aux relations commerciales privilégiées entre la nation nord-américaine et le territoire semi-autonome chinois.

Deux jours après un important rassemblement de l'opposition devant le consulat des Etats-Unis à Hong Kong, lors duquel les manifestants avaient appelé le Congrès américain à adopter un projet de loi exprimant son soutien au mouvement de contestation, Carrie Lam a dit espérer que «plus personne à Hong Kong ne se mobilis[e] pour demander aux Etats-Unis d'adopter une telle loi».

L'exécutif de Hong Kong et Pékin avaient déjà, auparavant, dénoncé ce qu'ils considèrent être des tentatives américaines d'ingérence. Le 8 août par exemple, le ministère chinois des Affaires étrangères exprimait son «profond mécontentement» vis-à-vis des autorités américaines après la révélation par la presse d'une rencontre entre le chef de la section politique du consulat général américain de Hong Kong et des militants anti-gouvernement.

Une semaine plus tard, des médias publics chinois publiaient une vidéo pointant l'existence de liens entre Washington et des personnalités politiques au cœur du mouvement de contestation.

#HongKong 🇭🇰 : la presse chinoise 🇨🇳 épingle les liens entre les #EtatsUnis 🇺🇸 et le «gang des quatre»#Chine#HongKongProtests

➡️ https://t.co/QQjNOgRorYpic.twitter.com/WuR71L8Gnm

— RT France (@RTenfrancais) August 19, 2019

Les Etats-Unis partagés entre interventionnisme et pragmatisme ? 

Au fil des manifestations qui secouent la mégapole chinoise semi-autonome, nombre de personnalités politiques américaines ont exprimé leur soutien à la mobilisation de ceux qu'ils estiment être les porte-paroles de la démocratie.

«Puissions-nous tous être solidaires du peuple de Hong Kong lorsqu'il se prononce en faveur de la démocratie, de l'absence de répression et d'un monde qu'ils aspirent à voir», tweetait par exemple, le 13 août, la démocrate Hillary Clinton, ancienne rivale de Donald Trump.

Un constat visiblement partagé en haut lieu dans le camp républicain, comme en témoigne, la réaction du chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell qui, le 12 août, félicitait le peuple de Hong Kong de «se défend[re] bravement contre le Parti communiste chinois alors que Pékin tente d'empiéter sur son autonomie et sa liberté». Le sénateur américain avait également mis en garde l'exécutif chinois : «Toute répression violente serait totalement inacceptable. Comme je l'ai dit au Sénat : le monde regarde.»

Pour sa part, le président américain Donald Trump, loin de s'imposer comme le plus interventionniste pour l'heure, a adopté une position plus pragmatique alors que la guerre commerciale qui sévit entre Washington et Pékin s'est nettement intensifiée depuis le début du mois d'août. Comme le rapporte l'AFP, Donald Trump a ainsi appelé à une résolution pacifique de la crise politique, tout en rappelant qu'il revenait à la Chine de gérer ce conflit.

Si les relations sino-américaines se développent sur le fil du rasoir, Pékin a également critiqué ce 10 septembre l'attitude de Berlin. «Quelques médias et politiques allemands tentent de renforcer leur attractivité et d'attirer l'attention sur eux en se servant de séparatistes anti-Chine. Faire du show politique est [une méthode] extrêmement erronée», a dénoncé Hua Chunying, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, après une récente rencontre entre le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, et l'opposant politique hongkongais Joshua Wong.

Fabien Rives

Lire aussi : L'ECHIQUIER MONDIAL. Hong Kong : un territoire entre deux feux

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.