Zurich : l’écriture inclusive est devenue une obligation au parlement communal. Une élue UDC s’y oppose.

Le parlement communal a jugé non recevable une interpellation n’utilisant pas le langage épicène.

En ville de Zurich, une règle en vigueur depuis l’année dernière astreint les parlementaires à respecter l’égalité des hommes et des femmes dans la formulation de motions, postulats ou autres. Chargé de veiller au respect du règlement, le bureau du Conseil a jugé que le texte de Susanne Brunner n’était pas conforme. Il lui a demandé de le reformuler car il ne parlait que d’habitants ou d’occupants. Il aurait fallu ajouter les habitantes et les occupantes. L’élue a refusé et l’interpellation a été déclarée irrecevable. Elle a déposé une deuxième version avec pour simple modification la mention que l’usage du masculin fait aussi référence aux femmes. Pas suffisant pour obtenir gain de cause.

Criant à la censure, à une restriction de sa liberté de penser, Susanne Brunner a dénoncé ce qu’elle appelle une «police du genre». Elle a décidé de porter sa cause devant le plénum, chargé de trancher.

[...]

24heures

2 commentaires

  1. Posté par JeanPaul le

    Dominique est aussi stupide que l’écriture inclusive…

  2. Posté par leone le

    J’aime bien imbécile, il est autant féminin que masculin…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.