Les déchets textiles de la communauté chinoise de Toscane font l’objet d’un trafic mafieux

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse
post_thumb_default

Les déchets textiles de la communauté chinoise de Toscane font l’objet d’un trafic mafieux

 

Les villes de Prato et de Pistoia, au nord de Florence, constituent un centre important de l’industrie textile italienne, où travaillent des ouvriers chinois, dans des sociétés appartenant à des Chinois.  Leur nombre est difficile à évaluer, beaucoup d’entre eux séjournant illégalement en Italie. Seules 17’000 personnes sont inscrites à l’état-civil, mais en se basant sur la consommation d’eau, on les estime à plus de 40’000. Une enquête de la direction régionale anti-mafia a maintenant révélé un vaste trafic de déchets textiles impliquant les 4830 entreprises textiles en mains chinoises de cette région de Toscane, quatre fois plus qu’il y a dix ans.

 

http://www.affaritaliani.it/cronache/cinesi-made-in-prato-pistoia-traffico-illecito-rifiuti-ci-sono-anche-italiani-619921.html?refresh_ce

 

Traduction (Claude Haenggli) : Où finissent les déchets textiles des sociétés chinoises de Prato et Pistoia ? Dans de nombreuses régions d’Italie et en Afrique, de manière illégale. C’est ce que montre une enquête de la DDA. L’opération, menée conjointement par le procureur de Florence Giuseppe Creazzo et le substitut du procureur de la direction régionale anti-mafia Leopoldo De Gregorio, a révélé un vaste système concernant les sociétés à direction chinoise des provinces de Prato et Pistoia, consistant à se débarrasser illégalement de déchets qui finissent dans diverses régions d’Italie et en Afrique. Les faits constatés relèvent d’une activité organisée vouée au trafic illicite de déchets, entre autres vers l’étranger.

 

Claude Haenggli, 8.8.2019

 

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.