Burqa et burkini: non à la tolérance factice!

post_thumb_default

 


Les défenseurs de la burqa et du burkini invoquent le principe de « tolérance ». Cet argument spécieux est instrumentalisé par l’islam le plus dur.


Il est toujours désolant de voir une femme chercher ses mots lorsqu’une musulmane lui oppose le droit de porter la burqa. On connaît le piège à la tolérance qui s’abat immédiatement sur la première : de quel droit m’interdisez-vous de faire ce qui me plaît ? Comme l’actualité se charge de nous l’apprendre, cette conception soixante-huitarde de la tolérance (« que chacun fasse ce qui lui plaît », « il est interdit d’interdire ») est également la conception préférée des partisans d’un islam dur – militants pour lesquels, voyez comme c’est curieux, rien n’est plus important que de suivre les commandements de Dieu à la lettre.

Chacun fait fait fait… 

Comme le montre cette petite vidéo fascinante (fascinante de part sa banalité même), le droit de chacun de faire ce qui lui plaît se redouble du droit de chaque femme de se déclarer féministe du seul fait qu’elle n’a pas été (croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer) forcée dans son choix. Et en effet, que peut-on bien opposer à une femme qui déclare ne pas avoir été forcée de porter la burqa ? « Je veux simplement être seul à seul avec Dieu »‘, nous apprend-elle, avec toute la modestie dévotionnelle qui convient. Mais ce que ce récit de soi oublie toujours de prendre en compte, c’est l’utilisation de l’autre – l’autre banal, l’homme de la rue, l’homme qui est susceptible de regarder ce visage – comme tiers exclu de cette relation exclusive. Je veux bien souffrir d’un préjugé raciste insidieux (paille qu’il est toujours plus facile de voir dans l’œil voisin), mais qu’en est-il de cette instrumentalisation de l’homme du commun à des fins religieuses ? Une femme qui choisit librement de se voiler ne laisse pas de choix à l’autre que d’être en position d’obstacle – et, qui plus est, en position d’obstacle impur.

Dogmatique tolérance

Et c’est bien là que réside toute la différence entre la tolérance véritable et l’usage dogmatique qui en est fait. La tolérance ne consiste pas à faire ce que l’on veut, ni même à exalter son propre vouloir. La tolérance consiste à faire en sorte que l’autre ne soit pas mis en position d’obstacle sur la route du Souverain Bien.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par SAINT-MARC Jean-Paul le

    Outre le fait que vous refusiez de vous assimiler dans le pays qui vous accueille, je suis contre la burqua, le nikab, le hidjab etc., parce qu’ils approuvent la mort des femmes égorgées ou lapidées pour les avoir refusés, voire avoir refusé le voile !

  2. Posté par Michel Vasionchi le

    Quand la tolérance est imposée aux l’autres, ca devient de la soumission de facto..

  3. Posté par BLATERON le

    Chacun s’habille comme il veut mais nous ne devons pas cacher notre identité Divine qu’est notre visage.

  4. Posté par Bussy le

    C’est fou toute l’énergie gaspillée à cause de cette secte arriérée que nos élites bien-pensantes cherchent par tous les moyens à nous imposer !
    Cette énergie est perdue pour des causes plus importantes, l’écologie par exemple, mais de ça nos lumières s’en fichent complètement même si ça fait bien dans les cocktails d’être en pâmoison devant Greta Carbone.
    Et la tolérance, c’est aussi de tolérer que les Européens normaux refusent de voir leurs rues ternies et salies par des fantômes disgracieux.
    Si un jour des membres du Klu Klux Klan demandent à pouvoir se balader dans leur tenue de cérémonie, les laissera-t-on faire par tolérance… ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.