Brûler les livres : une spécialité nazie. Les antifascistes sont les nouveaux fascistes.

UNE CENTAINE DE BLACK BLOCS S’EN EST PRIS TRÈS VIOLEMMENT À LA NOUVELLE LIBRAIRIE.

Connaissez-vous la Nouvelle Librairie, une boutique dissidente au cœur du Quartier latin, à deux pas de la Sorbonne et du Sénat ? La gauche ne supporte pas que cet établissement qui défend l’identité française et européenne, qui est attaché aux frontières et au recours au peuple ait pignon sur rue.

Le journal L’Express a publié un défi aux militants d’extrême gauche sous la forme d’un article intitulé « Une librairie d’extrême droite à l’assaut du Quartier latin ». C’était le début d’une longue série de pressions, de tentatives d’intimidation, d’appels au boycott qui a connu son apogée le samedi 9 février en début d’après-midi.

Les différents objets envoyés contre la vitrine et le libraire.

« Deux Gilets jaunes sont entrés dans la boutique pour me prévenir que des antifas étaient en train d’arriver. Ni une, ni deux, j’ai évacué la petite dizaine de clients présents avant que ça ne dégénère, m’a raconté Hippolyte, le libraire. »

« J’ai tenus les casseurs à distance avec une bombe de gaz lacrymo et l’un d’entre eux m’a agressé avec une matraque télescopique tandis que j’essayais de refermer le rideau métallique ! Des CRS qui surveillaient le cortège ont fait dégager ces militants d’extrême gauche, mais ils sont vite repartis en direction du Sénat où une bagarre avait éclaté. »

Vous connaissez le goût des casseurs d’extrême gauche pour la violence. Les casseurs sont revenus à la charge à peine dix minutes plus tard, plus déterminés que jamais à détruire la Nouvelle Librairie.

Ils ont repris les tirs de projectiles pour casser les vitrines, mais ils ont surtout tenté de forcer la grille qui les empêchait d’entrer dans le magasin. Un homme enragé a foncé contre la porte une bêche à la main, manquant de peu de blesser Hippolyte.

Comme me l’a dit le libraire : « Sans le film antieffraction qui a retenu la vitre, la pelle aurait traversé la porte et je vous parlerais depuis mon lit d’hôpital ! »

Les Gilets jaunes ont empêché que la situation ne dégénère complètement.

Finalement, c’est une petite dizaine de manifestants pacifiques qui a mis fin à cette attaque d’une rare violence en s’interposant entre les casseurs et la librairie. L’un d’entre eux a même déclaré : « Je vous boycotte, mais je ne veux pas que les antifas cassent votre librairie. »

Un lieu comme la Nouvelle Librairie ce n’est pas seulement une bouffée d’air frais, c’est surtout un bastion au cœur de Paris, une vitrine, une tribune pour des idées différentes. C’est pourquoi il est indispensable de procéder aux réparations!

Après le passage des Black blocs, il ne faut pas simplement changer la porte d’entrée et les vitrines, il est primordial de les renforcer ! Pour cela, il est nécessaire de débourser 10000 € pour changer les trois vitres cassées et la porte par des vitres blindées.

Cela laisse malgré tout deux vitrines avec une moindre protection, ce point faible pourrait s’avérer dangereux à l’avenir. Grâce à votre soutien, je suis persuadé que nous pourrons atteindre les 5000 € supplémentaires pour remplacer l’ensemble des vitres.

C’est donc bien de 15 000 € dont nous avons besoin pour remettre la librairie sur pied.

Contre les antifas, vous pouvez faire la différence !

Faire un don

dégradation NL 2

10,00

Dégradation – Nouvelle Librairie –

2 commentaires

  1. Posté par poulbot le

    Cela démontre une nouvelle fois que la Gauche dans sont entier déteste d’autres opinions que la sienne , pour cela elle emplois les casseurs de l’extrême gauche et les anti-faf pour détruire tout ce qui permettrait aux citoyens (nes) de ce pays de ce faire une opinion autre que la doctrine officiel enseigner depuis l’age de la scolarité .

  2. Posté par Marquis le

    On attend le petit commentaire outré de « Cenator »…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.