« Le Premier ministre tchèque Babiš estime que l’Europe doit envoyer un signal clair de fermeture aux migrants »

Le Premier ministre tchèque Babiš estime que l'Europe doit envoyer un signal clair de fermeture aux migrants

 

Source : https://www.novinky.cz/domaci/480917-babis-evropa-musi-migrantum-vyslat-jasny-signal-ze-je-zavreno.html

 

Dans un entretien accordé au quotidien Právo, le député européen Poche a déclaré que la République tchèque pourrait faire preuve de solidarité avec l'Italie en traitant certaines demandes d'asile sur son sol. Ces personnes recevraient l'asile dans un autre pays ou bien seraient rapatriées. Pourquoi rejetez-vous une telle option ?

 

Je suis impliqué de manière active dans la politique étrangère. C'est pourquoi j'ai fait campagne au sommet de l'UE, en compagnie du Premier ministre hongrois Orban et du V4, afin que les quotas de migrants soient abandonnés. Ce que nous sommes parvenus à faire. Lorsque je rencontre les politiciens européens, je leur répète notre point de vue qui est le suivant : Personne ne nous imposera qui que ce soit et ce sont les Tchèques qui décideront qui pourra vivre chez nous. C'est la base. C'est alors que nous pourrons nous engager dans la résolution de la migration sur le plan européen.

 

Nous devons tout d'abord envoyer un message clair de fermeture et faire comprendre que personne ne peut plus entrer en Europe. Le message doit être le suivant  : “Vous devez restez chez vous, nous vous y aiderons.“ C'est une affaire de symboles. Et quand j'ai dit que nous ne prendrions pas un seul migrant illégal, je m'y tiens.

 

Est-ce que vous ne cherchez pas un peu trop à faire peur ?

 

Je ne cherche pas du tout à faire peur. La migration est un grand problème et il faut l'arrêter. Les preuves de ce qui se développe ne manquent pas en Europe. Il suffit de constater de quelle manière des gangs ont mis le feu à 80 voitures en Suède. Entre quatre yeux, les politiciens européens vous diront la vérité mais en public c'est une autre histoire.

 

Il faut y mettre de l'ordre. Un Ukrainien peut venir chez nous sur la base d'un contrat de travail et d'une vérification de son profil. On ne peut pas accepter qu'il monte sur l'Aquarius, sans aucun papier, et qu'il se rend en Europe en demandant l'asile. Nous devons dire de manière claire que la plus grande priorité pour nous, c'est la sécurité de nos gens, comme c'est le cas pour les Etats-Unis, le Canada ou l'Australie.

 

Nous pouvons être solidaires mais cela ne doit pas se faire au détriment de la sécurité. Je suis entré en politique pour lutter en faveur des intérêts tchèques et de notre sécurité. C'est la chose la plus importante. En Europe, il y a 1,5 millions de personnes qui n'ont pas obtenu l'asile et qui se déplacent ici librement.

 

C'est ainsi que vous comptez présenter vos arguments au Premier ministre italien Conte, chez lequel vous vous rendez à la fin du mois, qui a demandé à la République tchèque de l'aider concernant les requérants d'asile?

 

Je me rendrai en Italie et à Malte. La République tchèque prépare un plan global pour régler le problème des migrants illégaux. L'Europe devrait proposer de nouveaux concepts en dehors de l'Europe. La République tchèque souhaite fournir une aide matérielle et financière qui servirait de base à un plan Marshall pour l'Afrique.

 

Tout d'abord nous devons changer de discours, nous ne devons plus donner l'impression de nous répartir les migrants lorsque ceux-ci arrivent en Europe. Nous devons améliorer les conditions de vie dans les pays de provenance des migrants, afin que l'immigration illégale cesse. Et nous devrions avoir un contrôle plus effectif des énormes sommes qui sont affectées au contrôle des frontières européennes. Ne devrions-nous pas plutôt conclure des accords similaires à celui avec la Turquie ?

 

Quand le gouvernement espagnol change de discours et accueille l'Aquarius, c'est un signal clair, qui se répand sur les réseaux sociaux, indiquant que l'Espagne accepte des migrants. Par conséquent, l'afflux de migrants est plus important qu'en Italie et, à Ceuta, des centaines de migrants prennent d'assaut la frontière espagnole. Le principe selon lequel nous devons prendre en charge les migrants qui se trouvent en mer, mène vers l'enfer.

 

40'000 personnes vivent du trafic d'êtres humains dans le monde. Ils gagnent des milliards d'euros. Et ceux qui se dirigent vers l'Europe sont les plus dynamiques car les plus pauvres n'ont pas d'argent pour la mafia des passeurs.

 

 

Merci à Alimuddin Usmani pour la traduction d'une partie de l'entretien paru dans novinky.cz  pour LesObservateurs.ch

 

4 commentaires

  1. Posté par Anna le

    Oui ,on se demande pourquoi nos politiciens n’osent pas parler ainsi. Probablement qu’ils ont peur de la meute des journalistes qui les accuseraient d’être d’extrême droite, fasciste etc… Espérons que ces journaux vont faire faillite petit à petit. Espérons que des journaux raisonnables vont un jour apparaître.

  2. Posté par Léo C le

    Le salut de l’Europe viendra sans doute de l’Est.

    Je n’aurais pas parié un rond là-dessus il y a 20 ans.

  3. Posté par John Simpson le

    Un discours de bon sens qui a été abandonné depuis belle lurette par les dirigeants occidentaux soumis…

  4. Posté par Rey le

    Il a 100% raison, bravo.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.