Médias. Trois projets pour éviter la disparition du Matin papier

Le dernier numéro en version papier est prévu pour le 21 juillet. Les employés et les syndicats espèrent des aménagements de politique ou la reprise du titre par les investisseurs.

Les employés et les syndicats se mobilisent pour empêcher la disparition du Matin papier. Ils ont présenté des projets alternatifs afin d'éviter la perte du titre ou de réduire sensiblement le nombre de personnes touchées par la restructuration.

[...]

La première proposition est de maintenir la version papier du Matin sans suppression d'emplois, avec des aménagements de politique commerciale, de distribution, de prix et de nouvelles recettes notamment.

«Nous avons des investisseurs bien ancrés»

La deuxième solution envisage une reprise du titre par la rédaction du Matin avec des investisseurs. «Nous avons des investisseurs bien ancrés en Suisse romande», a précisé à Keystone-ATS la secrétaire centrale d'impressum Dominique Diserens. Elle n'a pas tenu à préciser le nom ni le nombre d'investisseurs intéressés mais ceux-ci «devront avoir les reins solides». Quant au troisième modèle, il prévoit un site Matin.ch beaucoup plus développé et doté de moyens nettement plus considérables pour créer une offre numérique solide.

Prolongation du délai de consultation exigée Le personnel demande une prolongation du délai de consultation avant licenciement collectif au 2 juillet afin en particulier que des investisseurs potentiels puissent s'annoncer pour poursuivre les négociations avec la direction de Tamedia. [...]

(nxp/ats) 25.06.2018

article complet:

7 commentaires

  1. Posté par Sergio le

    Quel investisseur serait assez idiot (à part l’État) pour se risquer dans un tel guêpier ?

  2. Posté par Fanfouet le

    Ce sont les rouleaux de la rotative qui sont bien « encrés »…. Mais encore faut-il fabriquer un produit qui soit vendable et qui plaise au public-cible ! Or de plus en plus de lecteurs ont marre de la bienpensance dégoulinante, de l’anti-Trumpisme et anti-Blocherisme primaire (vous souvenez-vous d’une seule phrase positive concernant Trump dans LeMatin ces deux dernières années ?), de parti-pris tellement grossiers et sentant si fort le socialisme orthodoxe et inconditionnel, à croire que le comité de rédaction se compose de Ch. Levrat, C. Sommaruga, J. Ziegler et quelques deuxièmes couteaux du PS.
    Le résultat est parfaitement indigeste, et sauf rendre obligatoire l’abonnement à ce pauvre pamphlet monocolore (un Billag 2 peut-être ?…), sa disparition passera inaperçue et le deuil ne sera pas porté !

  3. Posté par Socrate@LasVegas le

    LOL J’adore les voir se débattre…reprendre encore une bouffée d’air alors que la panique les gagne…cela prolongera juste un peu la noyade…On est aux premières loges! :-))

  4. Posté par Hotch le

    Franchement, appeler ça un investissement, il fallait oser. Ça montre bien l’attitude de ces « journalistes » face aux réalités.
    Le seul plan viable s’ils veulent maintenir leur publication serait de l’imprimer sur du papier molletonné 3 ou 4 couches, tout en interdisant la vente de papier hygiénique (avec un risque non négligeable : les gens préfèreront quand même acheter celui de la veille à moitié prix).

  5. Posté par Antoine le

    A force de TROMPER les lecteurs, ceux-ci n’en veulent plus, juste bon comme papier  »Q ».
    A la fin, on tira la chasse d’eau …

  6. Posté par pierre frankenhauser le

    Une autre solution: changer les petits scribouillards bienpensants à la botte de par de vrais journalistes, neutres, objectifs et indépendants. Si j’étais riche, je rachèterais ce torchon pour en faire le pendant romand de la Weltwoche, avec aussi des journalistes des Observateurs comme contibuteurs.

  7. Posté par bigjames le

    Ils sont très marrants. Des investisseurs bien ancrés ? Du pipo, comme d’habitude.
    Ils comptent sur l’état, certainement.
    Comme pour feu l’hebdo. Aux oubliettes !!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.