Le Courage, « le fonds qui manque le plus » !

post_thumb_default

 

chômageEntre étalage de la compassion et suspecte rétention d’informations autour de la catastrophe de l’A 320, le gouvernement aura du mal à cacher l’autre mauvaise nouvelle, l’augmentation du chômage. Il a beau essayer de compenser avec de meilleurs chiffres que prévus sur le déficit budgétaire de 2014 en prétendant avec un rare toupet que l’exécutif maîtrise la conduite du véhicule, la réalité est que dans un contexte qui s’est amélioré sans que notre pays y soit pour quoi que ce soit, les autres font mieux que nous. Cette fiction d’un rôle déterminant du pouvoir, quand l’attitude de celui-ci consiste essentiellement à scruter l’horizon, masque mal l’immobilisme et la timidité des réformes qui le caractérisent. Chez les deux derniers de la classe européenne, il y a la Grèce qui chahute et gesticule, et il y a la France, un pilier de l’école qui raconte des fariboles à ses parents, ici les électeurs, pour cacher la faiblesse des notes et l’absence de travail.

L’Europe offre des visages contrastés. Hors Euro, le Royaume-Uni bénéficie de sa souveraineté monétaire et engrange les résultats de ses réformes courageuses pour réduire la dépense publique. Il caracole en tête avec un chômage à 5,7%, une croissance de 2,6% et une hausse du pouvoir d’achat de 2,1%. Malgré l’Euro, l’Allemagne continue d’afficher sa bonne santé et son chômage à 6,5% alors qu’il tangentait les 10% il y a 10 ans. Autour d’elle, une zone active prospère avec l’Euro, comme l’Autriche et les Pays-Bas ou sans comme la Pologne. Le sud de l’Europe souffre, mais l’Espagne, le Portugal et plus récemment l’Italie enregistrent de nettes améliorations dues aux réformes engagées pour restaurer leur compétitivité par la flexibilité du travail, la réduction de la dépense publique, et la diminution des impôts. En deux ans, le chômage est descendu de 17,5% à 13,1% au Portugal. Le nombre des chômeurs espagnols a diminué de 300 000 en 2014. Lorsque le chômage diminuait de 0,4% sur un an dans l’Union Européenne, il augmentait en France de 4,6 % et de 04 % sur un mois.

Non seulement les chiffres de l’emploi en France sont mauvais, mais une analyse plus précise montre à quel point ils traduisent le délabrement de notre économie et plus profondément de la société elle-même. Le taux d’emploi est de 73% au Royaume-Uni, de 77% en Allemagne, mais seulement de 69% en France malgré le nombre très supérieur d’emplois publics. Cela montre à quel point le potentiel de création de richesses est gâché par notre mauvaise gouvernance. Les emplois aidés coûteux et improductifs travestissent la réalité du chômage des jeunes, mais celui des seniors, c’est-à-dire de ceux qui après 50 ans désespèrent de retrouver du travail atteint 1,1 million et ne cesse de croître. La durée du chômage augmente également avec son cortège de problèmes annexes liés à la cellule familiale ou à l’éducation des enfants. En Février, on compte 0,8 % de chômeurs de plus d’un an supplémentaires. Si l’on prend en compte toutes les catégories de chômeurs, on passe de 3,4 millions à 5,8 millions.

L’autisme gouvernemental sur la montée des angoisses et sur le mécontentement populaire l’amène à croire que les Français voteront pour rejeter une idéologie excessivement stigmatisée. Non ! Ils voteront pour rejeter une politique qui leur paraît inefficace et même nuisible. Il y a 600 000 Chômeurs de plus depuis l’élection de François Hollande. L’UMP sera la grande bénéficiaire de ce rejet. Pourtant, depuis la stupide dissolution de 1997, les fautes lourdes de la gauche, les 35h, la folie fiscale n’ont pas été réparées par une politique en demi-teinte de mesures compliquées et parcellaires. La défiscalisation des heures supplémentaires avant 2012, comme le Pacte de responsabilité après, n’ont pas marqué les esprits suffisamment pour donner l’élan nécessaire à un redressement. Pour obtenir cet effet, il faut créer le sentiment d’une révolution, d’un virage à 180 degrés. Autrement dit, il faut du courage, et c’est dans notre pays, chez les politiciens attachés à leurs sinécures et à leurs prébendes, le fonds qui manque le plus. La France a bien changé depuis La Fontaine !

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.