Aquila de France, Algérienne chrétienne et anti-islam, lanceuse d’alerte.

Elise Elisseievna
Auteur, Militante féministe
aquila de france

Aquila de France, Algérienne croyante et anti-islam, lanceuse d’alerte.

 

Le livre dont je vais vous parler n’est pas un livre ordinaire. A ce jour, il est le seul témoignage d’une femme du Maghreb, à la fois croyante et radicalement anti-islam. Le seul livre expliquant réellement la guerre civile de 1992-2002 en Algérie.

Le but de ce livre, est de faire comprendre aux Français, aux Européens en général, la menace immense que l’islam représente pour eux.

Les atrocités de la guerre civile algérienne se produiront ici, et à une bien plus grande échelle, nous prévient Aquila de France. Elle montre à partir des textes sacrés de l’islam, à partir des rites de l’islam, pourquoi il ne pourra en être autrement, tant que l’islam demeurera en tant que foi dans le monde.

La démonstration d’Aquila est implacable.

Et si elle est exigeante envers les musulmans, envers les femmes, (de même qu’envers les occidentaux dont l’attitude la déçoit manifestement), elle explique avant tout le phénomène d’emprise de masse que vivent les musulmans d’aujourd’hui. C’est par miracle qu’elle-même  y a échappé, estime-t-elle.

La démonstration d’Aquila est donc que le mal ne vient pas des personnes musulmanes – sa narration des années noires d’Algérie montre combien elles en ont été victimes - , mais de l’esprit des textes sacrés de l’islam.

 

1975, Nino Ferrer chante «  Le Sud ».

Cette même année, au sud, en Kabylie, nait Aquila, qui aujourd’hui s’appelle «  de France ».

A quatre ans, un matin, elle voit sa mère s’habiller, se parer, Aquila est heureuse de voir sa beauté, puis … sa mère se couvre d’un grand voile blanc … Ce jour-là commence la colère d’Aquila contre la soumission des femmes.

A sept ans, elle fait part de sa décision à sa mère : elle ne veut pas que le traditionnel trousseau de future mariée soit préparé pour elle, jamais elle ne portera le voile qui en fait partie …

A l’école, Aquila apprend l’arabe, langue étrangère pour les enfants kabyles, et l’islam. Elle devient alors clairement anti-islam.

Elle terminera ses études à l’Université et commencera une vie professionnelle de cadre commerciale en Algérie avant de partir pour la France, en 2004.

En France, elle se convertie au christianisme. Malgré le refus d’un prêtre … qui lui recommande avec arrogance de comprendre sa religion et de « demeurer » musulmane - alors qu’elle ne l’a jamais été.

 

Les Trissotin et autres « incroyables » de notre temps se flattent de prétendre que l’islam serait si varié et complexe, allant du vrai islam aux sectes « telles le kouffarisme » ( sic et dixit une ex-ministre), qu’il serait en réalité impossible d’y rien entendre.

Aquila de France nous explique très clairement ce qu’est «  le vrai islam ». Elle explique très clairement aussi comment les musulmans le comprennent et le vivent.

Elle analyse les mécanismes d’emprise mentale et spirituelle des textes et des rites – rejoignant la thèse des professeurs Urvoy dans leur livre « L’action psychologique du coran » -, ainsi que les aspects économiques du cercle vicieux de la stagnation sous la loi islamique. La misère n’est pas la cause des violences, mais la conséquence des violences et absurdités perpétrées au nom d’un texte.

Elle nous révèle les idées réelles de musulmans apparemment intégrés et ordinaires, leurs animosité envers les non musulmans, leurs espoirs de conquête de l’Europe. L’antisémitisme véhément, virulent, partout répandu …

 

Aquila n’est pas anti-américaine mais elle rappelle le rôle pervers des USA, alliés à l’Arabie Saoudite dans la diffusion actuelle de l’islam.

Elle ridiculise la justification donnée aux opérations d’intervention militaire de l’Occident, au Mali, en Lybie, en Syrie … en rappelant l’évidence que ces opérations ne peuvent en rien changer la pensée de musulmans nés en Europe et agissant ici pour la soumettre à l’islam.

A l’opposé des complotistes antisémites, Aquila démontre que la cause première des actes sanguinaires des « terroristes » est bien leur allégeance à l’esprit du texte du Coran, et non l’action, certes coupable, des Etats occidentaux qui récupèrent cette violence meurtrière en soutenant tel ou tel groupe « islamiste ».

Aquila n’est pas féministe. Elle n’explique pas la soumission des femmes par une analyse sociale d’inspiration marxiste. Elle ne l’excuse pas en réalité, de même qu’elle n’excuse pas la soumission des hommes à « Allah »... De même qu’elle n’excuse pas notre aveuglement face à l’islam.

Pour elle, face à l’islam, nous sommes dans un combat spirituel, contre le mal.

Et nous n’avons pas d’excuse pour ne pas mener ce combat.

 

Ce livre inflige un démenti cinglant à toutes les thèses anesthésiantes.

Celle selon laquelle il faudrait faire une confiance béate aux nouveaux arrivants : ainsi, ils seraient amenés par notre modèle de conduite ( !) ouverte à adopter nos valeurs.

Celle selon laquelle les « pieux mensonges » seraient nécessités par une prétendue incapacité des musulmans à entendre une critique de leur religion.

Celle enfin selon laquelle il faudrait des réformes, des pactes avec l’islam …

 

Aquila de France montre au contraire la cohérence et le verrouillage du mécanisme totalitaire des textes.

Elle montre que les musulmans peuvent parfaitement entendre cette critique, et que les mensonges sur l’islam, sont tout sauf intelligents ou généreux : quand ils ne sont pas juste de cyniques manipulations intéressées, ils constituent en réalité des actes de lâcheté et de complicité.

Quant aux « morts-vivants » tuant dans cet état d’hypnose qu’elle nous décrit, il n’y a pas d’autre possibilité que de les arrêter par la force.

 

Aquila de France démontre ainsi que la seule solution pour que le sang des victimes cesse d’être versé, est que les musulmans sortent de leur « camp de concentration portatif », de leur prison mentale. La seule solution est « un monde sans islam ».

Un livre indispensable, à lire et faire lire d’urgence.

 

Aquila de France «  Pour un monde sans islam – Une Algérienne réfugiée en France témoigne » Editions Tatamis.

 

ELISE ELISSEIEVNA, novembre 2016

 

Nb : le livre est régulièrement en rupture sur Amazon mais peut être commandé directement à l’éditeur : https://editionstatamis.com/2016/07/26/pour-un-monde-sans-islam/ "

 

4 commentaires

  1. Posté par elisseievna le

    Aquila de France sait parfaitement de quoi elle parle, elle explique dans son livre ses études de l’islam dans la langue arabe coranique.

  2. Posté par Stefan Metzeler le

    Chère Fadila, ça fait 20 ans que j’avais eu le malheur d’acheter une copie du Coran, au salon du livre, et de le lire. Un malheur, je dis, parce que ça m’a totalement désillusionné sur la nature de l’Islam.
    J’étais, à vrai dire, en état de choc que quelqu’un pouvait prêter attention à ces versets violents et souvent douteux, pleins de haine envers ceux qui oseraient ne pas s’y soumettre.
    Prenez le verset 2:7. Qu’est-ce qu’il nous dit? Que Allah déciderait qui va croire ou ne pas croire. Donc nous serions des marionettes sans la moindre liberté de choix, puisque Allah ferme les yeux, les oreilles et les coeurs des non-croyants. Et ensuite, il dit qu’il va « lourdement les punir », ces marionnettes que nous serions, pour avoir agi exactement selon sa volonté.
    C’est en ce dieu là que vous croyez? Non? C’est pourtant ce « dieu » que le Coran décrit – un être malade, sadique.
    J’ai consulté un ami, expert de l’Islam, anciennement chef d’un département universitaire voué à l’Islam, Arabophone de naissance, traducteur du Coran, et j’ai vérifié si tous les versets qui m’avaient déplu avaient été bien traduits et bien interprétés. Il me l’a confirmé.
    Le texte du Coran n’est pas difficile à comprendre. La partie qui est intelligible est même très, très facile à interpréter.
    On comprend sans autre l’intention et l’inspiration de Mohammed. Elle ressemble furieusement à tout autre créateur de secte de l’histoire de l’humanité, car l’Islam s’apparente beaucoup plus à une secte qu’à une religion.
    Comme toutes les sectes, il est en guerre contre toutes les autres croyances, il cherche à éloigner ses nouveaux membres de leur famille, il veut empêcher les femmes Musulmanes à avoir des maris non-Musulmans, il impose des règles pour les habillements et la nourriture dont le seul et unique but est de créer une séparation entre « croyants » et « non-croyants ». Ce sont des choses communes à toutes les sectes.
    J’espère que vous ne croyez pas sérieusement que la viande de porc serait mauvaise? Des milliards d’êtres humains en mangent et se portent très bien, sont en bonne santé et vivent plus longtemps que la majorité des Musulmans, par exemple en Suisse, au Japon, en Chine etc.
    Si la viande de porc était mauvaise, j’aimerais bien connaître le code génétique « haram » et s’il se retrouve chez les sangliers et aussi chez les cochons du Vietnam ou les Tapirs? Et comment pourriez-vous le savoir? Peut-être vous mangez un être génétiquement proche du cochon qui est aussi Haram, mais on ne vous l’a jamais dit…
    Et j’espère que vous ne croyez pas vraiment que les femmes qui ne portent pas de hijab ou de niqab iraient en enfer? En quoi est-ce que cela aurait de l’importance pour un dieu? Le niqab ne fait même pas partie de l’Islam, pourtant celles qui le portent pensent que c’est une obligation.
    Comme vous voyez, toutes ces idées ne sont que des conventions sociales.
    Il est grand temps de placer les êtres humains, les individus et la coexistence pacifique en dessus de toute considération religieuse.
    Si un dieu existe, je suis absolument certain qu’il aimera plus ceux qui cherchent à éviter les conflits que ceux qui cherchent à vivre selon des règles sociales archaïques et totalement dépassées et inadaptées.
    A méditer.

  3. Posté par fadila le

    Que la fraternité et l amour regneront nous souhaitons la paix dans le monde entier. L humanité avant les religions

  4. Posté par fadila le

    Il serait plus interessant si le livre avait le theme ( Pour un monde sans violence ) On ne critique pas la chose qu on ignore ou ne métraise pas . L étude des religions n est pas facile . L ecriture necessite une profonde connaissance du sujet a traiter et le contact avec les interessés est tres important . Ca c est mon avis .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.