Aïd el Kebir, un risque sanitaire très élevé

Jordi Vives
Journaliste, Rédacteur
Aïd el Kebir

La fête musulmane de l’Aïd el Kebir qui se déroule ce 12 septembre soulève des critiques importantes de la part de certains professionnels de la santé animale en France. En effet, l’association Vigilance Halal présidée par le docteur Alain de Peretti, veut alerter, aujourd’hui, sur les risques sanitaires liés à l’égorgement de milliers d’ovins lors de la fête la plus importante de la religion musulmane.

Introduction de la Fièvre Catarrhale Ovine en France lors de l’Aïd el Kebir 2015

En 2015 la conséquence immédiate de l’Aïd el Kebir fut l’introduction de la fièvre catarrhale ovine (FCO) sur le territoire français. « Lors de l’Aïd du 24 Septembre 2015, 300.000 moutons environ ont été abattus, en majorité importés de zones « contrôlées » des Balkans infectées par le virus FCO ; les contrôles laxistes y permettent des trafics de moutons venant de Turquie et même au-delà » explique l’association Vigilance Halal avant d’ajouter que « le risque d’introduction de la FCO était donc maximum et en Juillet 2015, l’administration se fendait d’une directive auprès de tous les services sanitaires pour les alerter. Pourtant début Août, la directive annuelle aux préfets concernant l’Aïd ne mentionne pas le risque FCO ! Le premier cas de FCO survient début Septembre ; seuls les éleveurs français seront concernés par les mesures de restriction des déplacements d’animaux, et l’Aïd se passera sans encombre si bien qu’un mois après le premiers cas clinique, la moitié du territoire est touchée ! »

Le risque des abattoirs temporaires

Si l’abattage d’animaux en-dehors des abattoirs reste interdit (quoique difficilement contrôlable) durant l’Aïd el Kebir, Vigilance Halal soulève la question des abattoirs temporaires qui sont autorisés par l’État mais dont le contrôle par les autorités sanitaires reste problématique. D’ailleurs l’association a demandé au ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, le 6 juillet dernier, d’interdire purement et simplement ces abattoirs. Sans réponse du ministre, Vigilance Halal a déposé un référé au Conseil d’Etat ce mardi 6 septembre.

Du côté de l’État, le sujet n’est pas évoqué. Pourtant, à l’approche de l’Aïd el Kébir, les préfectures diffusent par voix de communiqué les consignes. Ainsi la préfecture des Pyrénées Orientales a rappelé que « l’abattage hors d’un abattoir agréé est interdit. L’abattage clandestin est sévèrement réprimé (délit passible de 6 mois d’emprisonnement et de 7 500 € d’amende) avec saisie des carcasses. La mise à disposition de locaux, de terrain, d’équipements permettant de réaliser un abattage hors abattoir est une complicité de délit et condamnable à ce titre ».

Jordi Vives, Les Observateurs.

6 commentaires

  1. Posté par Marie H. Carroll le

    Un corps mort ne perd pas de sang, donc la fin de la souffrance met du temps à venir dans le cas de l’abattage hallal ou cacher, ou même dans celui des porcs, des veaux, des poulets, des dindes, des lapins, toute viande que l’on veut blanche, il faut que cela cesse, j’en appelle à tous.

  2. Posté par tuffet le

    Pourquoi les lois ne sont pas appliquées pour TOUS ???? Qui peut ou veut m’expliquer! dés que je fais moi quelque chose d’interdit je me fais punir? pourquoi 2 poids 2 mesures. Et 1515 ça rappelle quelque chose à quelqu’un ?

  3. Posté par Sergio Morosoli le

    Où sont les équipes des défenseurs des animaux ? En réunion syndicale, je suppose.

  4. Posté par Damien le

    Chez eux, dans leur pays, mais pas en France: la République est laïque et les bêtes doivent être abattues selon la loi française.

  5. Posté par GABEGIE STOP le

    « Aïd el Kebir, un risque sanitaire très élevé »

    Surtout pour les Moutons !

    * nous devrions INTERDIRE ce genre de Pratique Barbare.

  6. Posté par C. Donal le

    Et pas de remise en question du côté des adeptes du système totalitaire chariatique. Ils vous présenteront l’argument d’homme de paille de notre propre consommation. Alors qu’il y a un monde entre l’abattage contrôlé tel que nous l’avons mis en place, et le massacre tel qu’ils le pratiquent, en incluant en plus l’éducation des enfants par leur présence au massacre.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.