A quoi servent encore les médias ?

Jan Marejko
Philosophe, écrivain, journaliste
SyrieEICarteBon

Long reportage sur la Syrie jeudi soir 18 février sur France 2. La Syrie depuis 2011, c’est-à-dire le moment où les puissances occidentales ont déclaré que Bachar al-Assad était, pour reprendre un terme employé par Laurent Fabius, un « assassin ».  Tout de suite, à l’époque, j’ai eu l’impression que quelque chose ne bichait pas. Non pas que j’aie su qu’il ne l’était point, assassin, Bachar, mais que l’emploi de la morale en politique étrangère m’a toujours paru suspect. Il y a la politique et il y a la morale. C’est bête à dire mais si on ne le voit pas, on devient bête soi-même. Poutine un grand méchant loup ? Bachar un monstre ? Obama un ange ? Je n’aime pas qu’on me dise devant qui je dois faire une génuflexion ou m’étouffer d’indignation. Plus on m’explique qui est gentil et qui est méchant, plus j’ai envie de dire le contraire. Mais je ne le dis pas, parce que s’engager sur ce terrain me paraît vain, stupide, sans intérêt. Celui qui hier était porté aux nues est aujourd’hui traîné dans la boue – celui qu’on trainait en enfer est maintenant béatifié. A quoi bon s’exciter ?

Le reportage de France 2 mettait en évidence deux choses : premièrement que l’idée de démocratie, en politique étrangère, conduit au désastre – deuxièmement que l’idée de droits de l’homme, dans ce domaine, conduit également au désastre. Examinons ces deux idées dans l’ordre.

Croire qu’il y a un peuple innocent et opprimé qui, quelque part, souffre, est stupide et dangereux. Cette idée est maintenant associée à la démocratie et plus vite on s’en débarrassera, mieux nous nous porterons. Il n’y a pas, quelque part dans une population, un groupe de martyrs qu’il faudrait sauver et, à partir de là, sauver le peuple. Croire cela, c’est plaquer sur les affaires humaines une grille religieuse avec d’un côté les élus, de l’autre les damnés. Or, il n’y a pas, parmi nous, des très purs ou des très impurs. Nous sommes tous pécheurs. Je n’ai pas de remède miracle pour soigner les plaies de l’humanité, mais je sais ce qu’est un poison. Faire de la démocratie une religion est un poison. Ce n’est pas elle qui va nous conduire au bonheur, à une paix perpétuelle, au vivre-ensemble. Mais nos dirigeants ne le savent plus. Ils utilisent le modèle démocratique pour se présenter comme ceux qui, s’ils sont élus par des suffrages, vont tout apaiser et tout réconcilier en politique intérieure et extérieure. C’est une imposture de faux prophètes. Le résultat, on peut le voir aujourd’hui en toute clarté. La Syrie s’enfonce dans la guerre civile et des millions de réfugiés affluent en Europe.

Quant à l’idée de droits de l’homme, c’est encore pire que l’idée de démocratie en politique étrangère. A force de fonctionner sur la base d’une grande émotion devant un enfant échoué sur une plage, les dirigeants occidentaux ont fait mourir des milliers d’enfants sur les plages de Syrie, de Turquie et de Grèce. Les hommes ne sont pas des hommes parce qu’ils sont des êtres humains, mais parce qu’ils sont les membres d’un corps politique. S’émouvoir sur des drames d’individus, sans comprendre qu’ils appartiennent à ce corps, c’est vouloir soigner un bras cassé comme s’il ne dépendait pas d’un cœur, de veines et d’artères. L’action humanitaire, c’est des chirurgiens aveugles qui opèrent dans la nuit des guerres et des famines. Il y avait des brancardiers dans la Première guerre mondiale. Je ne sache pas qu’ils en aient fait diminuer l’horreur.

Comme un seul homme les médias ont accusé Bachar al-Assad d’avoir gazé sa population. Là aussi, j’ai tout de suite eu des doutes. Non point que j’attribuasse au président syrien de l’innocence ou de la pureté, mais que le chaos de groupes armés engagés dans une guerre civile me paraissait rendre pour le moins problématique l’imputation de ce crime à tel ou tel. Mon attitude me paraissait relever du bon sens. Qui est responsable d’un jet de pierre dans une énorme bataille de rue ? Ce jet de pierre est-il moral ou immoral ? Je croyais rêver en entendant les médias attribuer souverainement les responsabilités dans cette guerre civile.

Lors de la récente intervention russe en Syrie, les médias se sont empressés de dire que cette intervention ne visait pas Daech mais les ennemis de Bachar al-Assad. Là encore, le simple bon sens nous faisait poser une question élémentaire. N’y a-t-il pas des djihadistes parmi les ennemis du président syrien ? La réponse est évidemment oui ! Dès lors les frappes russes ne frappent-elles pas Daech au moins en partie ? La réponse, là aussi, est positive.

L’émission de France 2 signalait enfin la fermeture de l’ambassade de France à Damas en mars 2012, au moment où l’ambassadeur, Éric Chevallier, tentait d’expliquer au gouvernement français qu’il n’y avait pas une très pure opposition démocratique luttant contre le très monstrueux gouvernement syrien. On doit se frotter les yeux et les oreilles lorsqu’on prend note de cette information. Comment l’Elysée, héritier d’une longue tradition diplomatique, a-t-il pu prendre une décision aussi délirante. Une seule explication : l’ambassadeur français n’entrait pas dans les catégories de la bien-pensance. Il menaçait le déni de réalité orchestré par les autorités politiques françaises.

De 2011 à aujourd’hui la plupart des médias nous auront ainsi roulés dans la farine d’une approche si simpliste et si manichéiste des affaires humaines que nous aurons été mis en présence non de la réalité, mais de la culture hors-sol des puissances occidentales. Comment celles-ci ont-elles pu embobiner les journalistes, difficile à dire ! Mais une chose est sûre : si les journalistes n’ont pas une solide culture politique couplée avec un solide bon sens, on peut leur faire avaler n’importe quoi. Quant aux correspondants étrangers, les pauvres, ils doivent jouer le rôle d’un témoin direct de la réalité et ils en sont évidemment incapables. Ce n’est pas parce qu’on est sur place qu’on voit mieux ce qui se passe. C’est même plutôt le contraire comme l’a montré Stendhal avec Fabrice del Dongo, présent à Waterloo mais ne comprenant rien à ce qui se passait.

Ce ne serait pas une mauvaise chose de demander aux étudiants en journalisme de commencer avec la Chartreuse de Parme, de continuer avec Guerre et paix de Tolstoï avant de lire des historiens militaires comme Victor Hanson.

Les médias ne servent presque à rien si nous voulons comprendre ce qui se passe dans le monde. Mais il y a pire. Non seulement ils ne servent à rien mais en plus ils sont devenus les collaborateurs serviles des puissants de ce monde, comme l’étaient les journalistes à l’époque de Staline.

Mais ne désespérons pas ! Ces réflexions m’ont été inspirées par une émission de... télévision !

Jan Marejko, 21.2.2016

 

8 commentaires

  1. Posté par lucie le

    vous avez le choix de ce que vous avalez ! le monde actuel malgré toutes ses bonnes intentions va-t-il mieux jour après jour ? ou y a-t-il toujours quelqu’un ou quelque chose qui boycotte toutes les bonnes intentions ???

    http://www.gouvernement.fr/on-te-manipule

    http://on-te-manipule.com/

  2. Posté par laurent le

    Il est devenu interdit en France de pratiquer le journalisme d’investigation. Bolloré, patron de vivendi et de canal +, ami de Sarkozy, pratique la censure et comme l’a révélé le journaliste de Canal+ (Special Investigation)Jean-Baptiste Rivoire, il ne reçoit « plus aucun projet d’enquête sur le monde bancaire » depuis son interdiction par Bolloré de l’enquête sur le crédit mutuel. Mais d’autres sujets ont été refoulés, soit 7 sur 11 car la direction doit donner préalablement la permission d’enquêter. Nombreux sont les sujets refusés : « Volkswagen, entreprise de tous les scandales », « Le monde selon Youtube », « François Homeland » (une enquête sur le président et les guerres), « Attentats: les dysfonctionnements des services de renseignement », « Les placards dorés de la République » (sur les emplois fictifs dans la haute fonction publique), « La répression made in France », et enfin, « Nutella, les tartines de la discorde ». Moyennant quoi, le français n’est pas dupe puisque Bolloré a perdu 218.000 abonnés en moins de 6mois sur la chaîne cryptée.

  3. Posté par Robcla le

    Eternel problème de la perversion actuelle de la plupart des médias ! D’où le côté indispensable des médias alternatifs…

  4. Posté par Christian Pougnier le

    Comme le dit Philippe de Villier les médias sont une sorte de tamis idéologique au service de grands groupes ou des états ce qui revient au même.
    Le pire c’est que la plupart des journalistes ne s’en rendent pas compte . Ils croient devoir leurs diverses promotions à leur talent alors qu’ils les doivent à leur conformisme .
    Ils ne mentent pas, ils omettent .!!!
    Ils ont défini ce qui est le bien et leur vision des événements doit coller à cette définition.
    Bachar étant le méchant, on parlera des millions de Syriens déplacés mais restant dans leur pays, sans préciser qu’ils sont réfugiés chez Assad.
    On vous dira que la BNS accumule des milliards de perte sans vous dire que c’est la conséquence de cette arrimage contre nature à l’Euro que nous payons.
    On ne vous racontera pas trop l’histoire de l’Ukraine de peur que vous compreniez mieux la position de Poutine et des Russes.
    On ne vous retranscrira jamais la totalité d’un discour de Blocher vous risqueriez d ‘adhérer à l’UDC.

  5. Posté par Derek Doppler le

    La bonne question est « À qui servent encore les médias? »

  6. Posté par JeanDa le

    Ah je rêve encore de la radio romande de mes jeunes années (années 60-70) où des REPORTERS-JOURNALISTES qui nous présentaient des dossiers bien élaborés, complets et qui se voulaient objectifs (le pour/le contre mais sans prise de position; les partisans/les opposants au cours de débats respectueux des opinions divergentes, sans que l’animateur coupe la parole, sans favoritisme). La radio présentait des faits, des opinions diverses, bref : DES INFORMATIONS sans chercher à manipuler (ou étais-je trop jeune pour la détecter ?).
    D’autre part, l’école nous formait pour prendre de la distance, éviter les jugements à l’emporte-pièces et surtout RÉFLÉCHIR ! Maintenant, j’ai la nette impression qu’on veut nous empêcher de réfléchir puisque les journaleux l’on déjà fait pour nous. Il suffit d’ouvrir la bouche et d’avaler leur infâme mixture.
    Non, les médias ne sont pas inutiles, ils sont NUISIBLES.

  7. Posté par petitjean le

    les médias et leurs journalistes ne servent qu’à une chose : manipuler l’opinion !!
    médias et journalistes dans leur immense majorité ne sont plus que des organes de propagande au service de la mondialisation voulue par nos zélites, imposée par les USA, car ce sont eux qui commandent !
    les patrons des médias, les journalistes sont mobilisés pour asséner la « vérité officielle ». On peut d’ailleurs très bien imaginer que la CIA et d’autres officines US sont à l’œuvre dans ces médias pour imposer leur ligne éditoriale.

    il suffit de relire la Charte des journalistes pour mesurer à quel point cette profession nous TRAHI:
    http://snj.fr/node/19
    aussi
    http://www.dreuz.info/2016/02/08/medias-les-sujets-dont-il-faut-parler-sont-decides-par-le-gouvernement-dit-lex-chef-de-la-zdf/

  8. Posté par Sancenay le

    Un journaliste allemand repenti a expliqué comment lui et ses confrères étaient payés par  » les puissances occidentales  » pour manipuler le monde ( ndlr: en vue d’une mondialisation unipolaire). Il ne vous a pas échappé cher Jan Marejko que Monsieur Fabius , qui incarnait la criminelle politique que vous dénoncez avec justesse, s’ est vu mettre au placard-certes doré- dans le même temps où les mêmes journalistes que précédemment publiaient tout à coup sur les ondes le dernier brouet – Dieu merci,sensiblement plus limpide celui-ci- qu’on venait de leur faire ingurgiter sur la question syrienne.
    Cela paraît simplement signifier que la raison du « plus fort » reste la loi de la diplomatie , mais que « le plus fort » d’hier a du céder au plus intelligent d’aujourd’hui. La France, semble avoir compris qu’elle doit de toute façon suivre . Qui s’en plaindra ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.