Daech est-il devenu le meilleur ennemi des grandes puissances en Syrie ?

Jordi Vives
Journaliste, Rédacteur
daech-jordi-vives

Au fil des années, Daech est devenu l'ennemi numéro 1 de la quasi-totalité de la planète. A force de coups d'éclats particulièrement sanglants mais savamment filmés, les jihadistes de l'Etat Islamique sont parvenus à s'imposer dans les médias du monde comme la principale, voire l'unique, organisation islamiste, reléguant Al-Qaida et feu Oussama Ben Laden aux oubliettes de l'histoire. Résultat des courses, aujourd'hui Daech est devenu aux yeux de la communauté internationale et particulièrement des opinions publiques, l'incarnation du mal absolu. Une logique qui veut que toute personne combattant ce « mal » est forcément un soldat du « bien », de la justice, de la liberté, mieux, des droits de l'Homme ! Une vision manichéenne qui n'a pas échappé aux dirigeants des grandes puissances.

La guerre contre Daech, réalité ou prétexte ?

Quel pays aujourd'hui ne fait pas la guerre à Daech ? Tout le monde veut participer à la grande croisade contre l’État Islamique. Enfin, disons plutôt que tout le monde dit qu'il veut participer à cette croisade. La réalité des motivations de chacun est bien souvent très différente du but affiché. Tout pays, quel-qu’il soit, qui voudrait participer aujourd'hui au conflit syrien, se doit de justifier son intervention par la nécessité de lutter contre Daech, c'est une obligation morale.

Été 2015, alors que les forces gouvernementales de Bachar El Assad sont mises en difficulté par une coalition de forces rebelles comprenant des organisations jihadistes mais pas Daech, Vladimir Poutine décide d'intervenir massivement pour soutenir son fidèle allié qui fait d'ailleurs appel à lui. Une opération militaire que la Russie justifie par la nécessité de combattre l’État Islamique. Pourtant, si certaines actions sont menées contre Daech, l'offensive aérienne russe vise en grande partie les troupes de la coalition rebelle qui menacent directement les forces gouvernementales.

La Turquie et l'Arabie Saoudite en croisade contre Daech ?

Aujourd'hui, la lutte contre Daech est de nouveau mise en avant par deux pays qui ont annoncé leur volonté d'intervenir en Syrie, la Turquie et l'Arabie Saoudite. Une justification qui a de quoi en surprendre plus d'un, tellement l'action de ces deux pays depuis le début de la guerre en est à l'opposé. Pire, l'intervention de la Turquie et de l'Arabie Saoudite est clairement tournée vers des forces qui, elles, combattent l’État Islamique.

Empêtrée dans un conflit intérieur avec sa minorité kurde depuis plus de trente ans, l'intervention de la Turquie en Syrie vise avant tout les forces du YPG, le parti kurde de l’Union démocratique syrien, qui connaît actuellement un certain succès face à Daech (grâce, entre autres, à l'appui de l'aviation russe). Une situation qui sur le plan diplomatique peut paraître pour le moins inédite puisqu'à l'heure où l'OTAN pourrait intervenir directement dans le conflit syrien, la Turquie, pays membre de l'OTAN, bombarde des troupes kurdes qui sont armées et entraînées par les États-Unis et la coalition anti-Daech.

Combattante kurde du YPG.

Combattante kurde du YPG.

De son côté, l'Arabie Saoudite, sous couvert de mener la lutte contre l’État Islamique, pourrait intervenir en Syrie pour contrer la présence de son grand ennemi et fidèle allié de Bachar El Assad, l'Iran. C'est pour cela que Ryad n'a jamais caché sa volonté de voir le gouvernement syrien allié aux Chiites, s'effondrer. Afin de stopper l'influence grandissante de l'Iran sur la Syrie et l'Irak, l'Arabie Saoudite n'hésite pas à soutenir tous ceux qui s'opposent aux forces chiites, ce qui se traduit sur le terrain par un soutien sans faille des Saoudiens envers les groupes islamistes sunnites.

Loin de la grande guerre entre le « bien » et le « mal » tant vantée dans les discours des diplomates, le conflit syrien devient, un peu plus chaque jour, le théâtre des petits intérêts géopolitiques de chacun.

Jordi Vives, le 16 février 2016

Un commentaire

  1. Posté par conrad.hausmann le

    Etat islamique : Une création financée par certains Moslems d’Arabie Saoudite et soutenue par les Occidentaux principalement les cowboys. Partout où ils passent, ils sèment la m… et laissent des tonnes de munitions aux mains de leurs « ennemis ». La « guerre permanente » est leur stratégie de domination mondiale !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.