John Bolton menace l’Inde, qu’il soupçonne de vouloir rompre le blocus pétrolier contre le Venezuela

post_thumb_default

 

Les menaces implicites formulées contre l’Inde par John Bolton, conseiller du président des Etats-Unis à la sécurité nationale, ne sont pas passées inaperçues dans le sous-continent.

Le 12 février, John Bolton a partagé sur son compte Twitter un article de l’agence américaine d’informations économiques Bloomberg intitulé «Le Tsar du pétrole du Venezuela courtise l’Inde après une frappe à 20 milliards de dollars», et l’a accompagné du commentaire : «Le soutien des nations et des entreprises au vol par Maduro des ressources du Venezuela ne sera pas oublié.»

L’agence rapporte que Manuel Quevedo, le ministre vénézuélien du Pétrole, a fait une apparition surprise à Petrotech, important salon de l’énergie qui s’est tenu près New Delhi. Manuel Quevedo, qui est également le président de la compagnie d'Etat Petroleos de Venezuela SA (PDVSA), y a déclaré que son pays voulait accroître ses ventes de brut à l'Inde et que les mesures prises par les Etats-Unis avaient entraîné une perte de 20 milliards de dollars pour l'économie du Venezuela.

De son côté, l’Hindustan Times, un des principaux quotidiens anglophones indiens, explique que les exportations de pétrole du Venezuela se sont orientées vers l’Inde depuis l’entrée en vigueur des nouvelles sanctions américaines, le 28 janvier. Ces dernières tentent d’empêcher PDVSA d’exporter son pétrole, sauf s'il se fait payer sur des comptes contrôlés par les Etats-Unis.

Parmi les clients récalcitrants aux sanctions américaines, l’Inde est en effet, à court terme, plus précieuse encore que la Chine, car elle accepte de payer les livraisons en cash. Pékin et Moscou, en revanche, se font livrer au titre de remboursements d’importants prêts consentis au groupe pétrolier public vénézuélien.

300 000 barils par jour malgré les sanctions

Actuellement, avec plus de 300 000 barils par jour, les raffineurs indiens absorbent près du quart des exportations de brut vénézuélien échappant encore aux sanctions.

De plus, l’Inde continue de soutenir le gouvernement vénézuélien contre les pressions de Washington. Les médias indiens rapportent par exemple que le mois dernier, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré : «L'Inde et le Venezuela entretiennent des relations étroites et cordiales. Nous estimons qu'il appartient au peuple vénézuélien de trouver des solutions politiques lui permettant de résoudre ses différends par le biais d'un dialogue constructif et de discussions sans recourir à la violence.»

Toutefois, les menaces de John Bolton doivent être examinées au prisme d'un contexte bilatéral qui dépasse la seule question des achats de brut vénézuélien sous sanctions. A quelques mois des élections législatives, le Premier ministre indien a mis en place une politique commerciale de réponses aux droits de douane imposés par les Etats-Unis sur les exportations d’acier et l’aluminium de nombreux pays, dont l’Inde, ainsi qu’aux restrictions à l’octroi aux ouvriers indiens de visas de travail américains.

Delhi a ainsi adopté une série de mesures en matière de stockage de données, de commerce électronique et de réglementation des contenus en ligne, qui ont suscité de vives inquiétudes parmi les entreprises américaines.

Nations and firms that support Maduro’s theft of Venezuelan resources will not be forgotten. The United States will continue to use all of its powers to preserve the Venezuelan people’s assets and we encourage all nations to work together to do the same. https://t.co/4MmHyjFY8K

— John Bolton (@AmbJohnBolton) 12 février 2019

Quelques mois auparavant, Delhi avait également irrité Washington en maintenant ses achats de systèmes de défense antimissile et antiaérienne russes S-400.

Selon la presse indienne, l’Inde est loin de figurer parmi les priorités de Washington en matière de disputes commerciales, derrière la Chine bien sûr, mais même derrière le Canada. Malgré tout, les Etats-Unis envisageraient de retirer à l’Inde le bénéfice du système de préférences généralisées (SPG), un régime commercial permettant des importations de produits indiens sans droits de douane pour plusieurs milliards de dollars aux Etats-Unis.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.