Extrêmement coûteuse et nuisible : NON à l’initiative du PS pour l’allègement des primes

post_thumb_default

 

En 1996, la nouvelle loi sur l’assurance maladie (LAMal) a été introduite après un vote populaire. Seule l’UDC a combattu la loi et mis en garde contre l’explosion des coûts. Il en est résulté une monstruosité surréglementée par l’Etat et valant des milliards. La mère de la LAMal était la ministre de la Santé de l’époque, la socialiste Ruth Dreifuss. Avant la votation, la conseillère fédérale socialiste a promis à la population des soins médicaux « de haute qualité », « abordables pour tous et chacun ». La concurrence entre les médecins, les hôpitaux, etc. devait rendre leurs prestations « inévitablement moins chères » et les coûts supplémentaires devaient rester « dans des limites raisonnables ».

Parmi les opposants figurait Ueli Maurer, alors conseiller national, qui avait mis en garde contre les milliards de coûts supplémentaires : « Nous ne devons pas faire une loi que nous ne pouvons pas payer ». La révision n’apporterait qu’une redistribution qui serait payée deux fois « par la classe moyenne, c’est-à-dire par nous », via une augmentation des primes et des impôts. En 1999 encore, Ruth Dreifuss affirmait : « Nos mesures de maîtrise des coûts sont chaque année plus efficaces ». C’est toutefois le contraire qui s’est produit. La loi sur l’assurance-maladie a été l’une des plus coûteuses à induire en erreur la population suisse. En 1996, la prime moyenne était de 128 francs. Aujourd’hui, elle est de 359 francs. Et aujourd’hui, c’est justement le PS qui se plaint le plus de la charge des primes mais qui omet de dire qu’il est le principal responsable de l’échec de la LAMal.

Le conseiller fédéral PS Alain Berset a dirigé le département de la santé DFI jusqu’en 2023. Pendant son mandat, les primes d’assurance maladie ont augmenté de plus de 50%. En d’autres termes, le PS et le conseiller fédéral Alain Berset on eut 12 ans pour apporter des réformes permettant de freiner durablement la croissance des coûts.

Les coûts de l’initiative du PS sont exorbitants : il faut compter jusqu’à 12 milliards de francs supplémentaires d’ici 2030. La Confédération devrait prendre en charge au moins deux tiers des coûts, le reste étant à la charge des cantons, c’est-à-dire de la classe moyenne. Le Conseil d’Etat soleurois, par exemple, met d’ores et déjà en garde contre les hausses d’impôts.

C’est pourquoi le 9 juin, votons résolument NON à l’initiative du PS sur les primes !

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.