Le Danemark fait un pas de plus vers l’expulsion de ses demandeurs d’asile vers le Rwanda (MàJ)

 

11/09/2022

Après plus d’un an de négociations, une déclaration bilatérale ouvre la voie à l’expulsion de migrants en attente de protection vers le pays d’Afrique centrale, le temps que leur dossier soit étudié.

Une brique de plus dans la forteresse. En juin 2021, le gouvernement social-démocrate danois réalisait un rêve de l’extrême droite en faisant voter une loi autorisant à sous-traiter l’accueil – ou l’enfermement – de migrants dans un pays tiers, le temps d’évaluer leur demande d’asile. Désormais, le projet controversé prend forme.

S’il était en discussion avec plusieurs Etats africains, en faisant miroiter des millions d’euros d’aide au développement, c’est avec le Rwanda que le royaume inaugure une déclaration de coopération bilatérale «envisageant l’établissement d’un programme par lequel les demandeurs d’asile […] pourraient [y] être transférés pour l’étude de leur dossier, ainsi que l’option d’une installation au Rwanda», qui compte pourtant plus de 127 000 refugiés sur son sol, selon le Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

Le Royaume-Uni a tenté le même procédé

A titre de comparaison, le Danemark n’enregistre qu’un ou deux milliers de demandes d’asile par an. Le résultat de politiques migratoires particulièrement dures, dans un pays où les idées venues de l’extrême droite imprègnent presque tout le spectre politique national. Signe du raidissement anti-réfugiés, le gouvernement avait préparé, au printemps 2021, l’expulsion de centaines de Syriens vers leur pays d’origine en proie à la guerre et aux exactions, après des années passées dans le petit pays scandinave.

Pour autant, le Danemark ne fait pas figure d’exception en Europe. De l’autre côté de la mer du Nord, le Royaume-Uni a tenté le même procédé de délocalisation des demandes d’asile. Malgré un accord similaire signé avec le Rwanda, validé par la Cour de justice britannique après un recours intenté par des d’associations, le premier vol prévu en juin dernier a été entravé in extremis par une décision de la Cour européenne des droits de l’homme. Les velléités du Danemark de sous-traiter les demandes d’asile à plus de 6000 kilomètres de son territoire pourraient subir le même sort.

Libération

(Merci à BB)


03/06/2021

Les réfugiés ne sont plus les bienvenus au Danemark. Le Parlement danois vient d’adopter une loi qui prévoit que tout demandeur d’asile au Danemark sera, une fois sa demande enregistrée et à quelques rares exceptions près type maladie grave, envoyé dans un centre d’accueil en dehors de l’ Union européenne.

Celui-ci serait financé par le royaume nordique, mais l’ensemble de la procédure serait confiée au pays hôte. S’il n’obtient pas le statut de réfugié, le migrant sera prié de quitter le pays tiers. Mais même s’il l’obtient, la loi fraîchement adoptée prévoit que ce soit là-bas et pas au Danemark.

[…]

Copenhague a affirmé discuter avec cinq à dix pays, tout en refusant de les nommer. Les pistes évoquées dans la presse danoise vont de l’Egypte à l’Ethiopie, mais c’est surtout avec le Rwanda que les discussions semblent les plus sérieuses. Le ministre des Migrations Mattias Tesfaye s’était rendu en avril dans le pays africain, qui avait un temps envisagé d’accueillir des demandeurs d’asile pour le compte d’Israël.

Un protocole d’accord a été signé sur la coopération en matière d’asile et de migration, sans toutefois mentionner l’externalisation de la procédure d’asile. « Le Parlement (rwandais) ne l’a pas encore discuté » et « si jamais cela arrive au Parlement, je voterai contre car je considère que c’est contre les valeurs humaines », a dit Frank Habineza, député rwandais d’opposition interrogé en amont du vote danois.

20Minutes


30/05/2021

Le JDD – 30 Mai 2021


12/05/2021

Le gouvernement social-démocrate danois cherche à décourager l’arrivée de réfugiés en quête de protection, quitte à les orienter vers des pays non-européens, parfois peu réputés pour le respect des droits humains.

L’extrême droite européenne en rêvait. Les sociaux-démocrates danois sont prêts à l’accomplir. A Copenhague, les députés débattent actuellement d’un projet de loi qui, s’il est adopté – et il devrait l’être sans difficulté – permettra au Danemark de sous-traiter l’accueil des demandeurs d’asile ainsi que la prise en charge des réfugiés à un ou plusieurs pays tiers, aux rangs desquels le Rwanda fait figure de favori.

Selon le projet de loi, les migrants qui arrivent au Danemark seront enregistrés et leurs empreintes digitales contrôlées pour s’assurer qu’ils n’ont pas demandé l’asile ailleurs en Europe. Puis, ils seront mis dans un avion, direction l’Afrique, où un pays tiers prendra le relais.

Le texte précise que « le Danemark n’aura pas à fournir de protection au cas où l’étranger obtiendrait l’asile après la fin du traitement effectif de la demande d’asile dans le pays tiers. En revanche, la protection devra être assurée par le pays tiers concerné. Si l’étranger se voit refuser l’asile, ce sera également le pays tiers en question qui devra prendre en charge l’expulsion de la personne en question ». Le Danemark compte se décharger de toute responsabilité.

Le Monde

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Delestre.Dominique le

    Ça fait envie !

  2. Posté par antoine le

    L’exemple à suivre pour la Suisse !
    Le Peuple a voté une loi concernant l’expulsion de migrants violents; la  »j »ustice ne l’applique pas …

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.