Nos lecteurs. Rappel : « Supprimons le GIEC, bureaucratie climatique », TVLibertés, ZOOM, 16.09.2021

Merci à Ph. J.

Normalien, mathématicien, maître de conférences à Paris XIII, Benoît Rittaud a défrayé la chronique en publiant, en 2010, "Le mythe climatique". Dénonçant l'émergence d'une climatomancie, Benoît Rittaud se définit comme un climato-réaliste et considère que le GIEC a fait son temps avec ses "bandes-annonces hollywoodienne". Poursuivant, sous les critiques violentes, son étude de la manière dont la science contribue à forger nos représentations collectives, Benoît Rittaud vient de publier "Géocratia". Des salons de l'Elysée aux cabanes zadistes, entre histoires individuelles et diplomatie internationale, "Géocratia" ouvre la porte sur un monde angoissant dans lequel, convaincus de l'urgence de leur cause, certains sont prêts à tout pour faire taire la science et ses défenseurs. Ce monde sera-t-il bientôt le nôtre ?

Un commentaire

  1. Posté par antoine le

     »Supprimons le GIEC, bureaucratie climatique »
    Je dirais supprimons le GI(E)C sans le  »E » d’experts !
    C’est une organisation POLITIQUE, pas scientifique qui dépend de l’ONU.
    Quelques lectures :
     »L’urgence climatique est un leurre » de M. F. Gervais
     »L’histoire du climat depuis l’an mil » (tome I et II) de M. Le Roy Ladurie
    Ceci permet de mieux cerner le problème de l’hystérie climatique actuelle.
    La crise actuelle de l’énergie et ses conséquences financières font passer l’escrologie au second rand. C’est d’ailleurs pour cela qu’on n’entend plus parler de saint Greta … !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.