Les vraies raisons de la menace de blackout. Vidéo de Thomas Matter, Conseiller national UDC zurichois.

post_thumb_default

Les vraies raisons de la menace de blackout. Vidéo de Thomas Matter, Conseiller national UDC zurichois.

13 juillet 2022

La ministre de l’énergie Simonetta Sommaruga avait d’abord alerté sur des risques de pénurie d’électricité pour 2025, pour finalement avancer la date fatidique à l’hiver 2022/23. Mais quelles sont les vraies raisons de cette catastrophe annoncée ?

Une heure de coupure d’électricité coûterait à la Suisse jusqu’à 200 millions de francs, un jour entier entre 2 et 4 milliards de francs.

Thomas Matter pointe la responsabilité des représentants officiels de l’économie. En effet, pour la votation de mai 2017 portant sur Stratégie énergétique 2050, l’association faitière Economiesuisse n’avait pas donné de mot d’ordre. Elle a donc consenti à cette stratégie qui nous prive aujourd’hui d’un approvisionnement en énergie sûre, abordable et produisant peu de CO2 [NDT : le nucléaire].

Mais Economiesuisse a aussi soutenu la libre circulation des personnes à coups de millions de francs dans les différentes campagnes de votations.

Or, l’ouverture du marché du travail suisse en 2004 aux ressortissants de l’Union européenne a eu pour conséquence une augmentation massive de la population, qui se traduit entre autres par des besoins accrus en énergie. La preuve avec ces chiffres de l’Office fédéral de l’énergie : en 20 ans, la consommation d’électricité a baissé dans l’industrie et l’agriculture, mais augmenté dans les transports publics, les services et surtout les ménages (+18,7%).

Bien que la consommation d’électricité par personne ait reculé de 10% grâce aux économies dues aux efforts et aux progrès techniques, elle a nettement augmenté en chiffres absolus, prenant l’ascenseur en même temps que le nombre d’habitants.

Depuis 2001, la consommation d’électricité des ménages a augmenté de presque 20%, tandis qu’environ 700 000 nouveaux ménages « sortaient de terre » sur la même période.

Jusqu’en 2004, la Suisse était chaque année exportatrice nette d’électricité. Depuis la libre circulation, elle est régulièrement importatrice nette.

Conclusion : après l’échec de la politique énergétique rouge-verte, l’augmentation de la population, elle-même causée en premier lieu par l’immigration, est la cause principale des besoins accrus en électricité et surtout de notre perte d’indépendance en la matière.

 

Evolution de la consommation d'électricité depuis 2001 :

 

Adaptation et traduction Caroline 22.08.2022

 

3 commentaires

  1. Posté par Ral Bol le

    Selon les mesures du conseil fédéral au bon peuple Suisse : non mais de qui se moque ton ?
    Pour prendre des réfugiés entre 60.000 et 70.000 personnes depuis cette guerre il faudrait procéder à un petit calcul de la dépense en eau ,gaz ,électricité ,pollution ,des déchets ,et la liste est longue alors franchement les mesures du conseil fédéral et sa campagne à la poubelle.

  2. Posté par Ral Bol le

    La solution est simple !

  3. Posté par antoine le

     »La preuve avec ces chiffres de l’Office fédéral de l’énergie : en 20 ans, la consommation d’électricité a baissé dans l’industrie et l’agriculture, mais augmenté dans les transports publics, les services et surtout les ménages (+18,7%) »
    – Stopper l’immigration de masse illégale !
    – Arrêtons le regroupement familial !
    – Remigration de TOUS les illégaux ! C’est la loi suisse, appliquons la Loi !
    – Expulsion effective de tous les migrants violents ! Cela a été voté et accepté par le Peuple
    Alors chers politiciens de TOUS les partis politiques suisses, on commence quand ?
    Et selon quel agenda ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.