L’Italie est en ébullition après la mort d’un vendeur de rue nigérian

Après avoir dénoncé le fait que la moitié des crimes en Italie sont commis par des personnes issues de l'immigration, la presse s'est immédiatement précipitée pour crier aux deux poids deux mesures lorsqu'un Italien a tué un migrant nigérian. Le meurtre a eu lieu vendredi dans une rue piétonne de Porto Civitanova, un village de vacances populaire sur la côte adriatique, dans des circonstances encore floues.

Des témoins oculaires ont décrit ce qui s'est passé de différentes manières : selon certains, cela a dégénéré au point que la victime, Alika Ogorchukwu, âgée de 39 ans, qui travaille comme vendeur de rue, a tenté assez agressivement de bloquer le chemin de son agresseur et a exigé au moins un peu de monnaie. Selon d'autres, le fait que le Nigérian ait appelé la compagne de l'agresseur "bella" a fait sauter les plombs de l'Italien.

Quoi qu'il en soit, la rencontre s'est transformée en rixe, ce qui a mal tourné pour le vendeur de rue handicapé. Un enregistrement vidéo montre que l'agresseur réussit rapidement à mettre au sol le Nigérian et à se placer sur lui, puis le frappe au sol. Les autorités enquêtent toujours pour savoir si les coups ont été la cause de sa mort, s'il a été étouffé par la pression exercée sur lui ou si quelqu'un d'autre l'a tué.

L'affaire n'aurait probablement pas reçu autant d'attention si la vidéo n'avait pas été publiée sur Internet.

Les images se sont propagées sur les réseaux sociaux en un rien de temps et de nombreuses personnes ont immédiatement reproché au vidéaste et aux passants de ne pas être intervenus.

"C'est un fait tragique. Il y avait tant de monde autour. Ils filmaient, leur criaient d'arrêter, mais personne n'a rien fait pour les séparer !"

- déplore Daniel Amanza, responsable d'une organisation de soutien aux migrants dans la région, dans sa dclaration à l'agence de presse AP. Sur les réseaux sociaux, l'agresseur a rapidement été accusé d'être raciste, mais il n'y a aucune preuve à ce jour.

Le suspect, un Italien de 32 ans, a été rapidement arrêté par la police et inculpé de meurtre et de vol après avoir emporté avec lui le téléphone de la victime.

Il s'est avéré qu'Alika Ogorchukwu venait du Nigéria, mais vivait en Italie avec sa femme et ses deux enfants depuis plus de dix ans. Selon les médias locaux, il travaillait comme ouvrier mais a perdu son emploi après avoir été heurté par une voiture alors qu'il était à vélo, ce qui l'a laissé handicapé.

Alors que des élections anticipées se tiennent en Italie en septembre et que l'immigration est un des sujets de campagne, les politiciens se sont succédé après ce meurtre scandaleux. Les deux partis anti-immigration n'ont pas tardé non plus : le leader de la Ligue, Matteo Salvini, et la leader des Fratelli d'Italia, Giorgia Meloni, également candidate au poste de Premier ministre, ont tous deux condamné ce qui s'est passé.

"Rien ne justifie une telle cruauté. J'espère que l'agresseur paiera cher pour ce meurtre odieux ! Nous prions pour la victime", a écrit Giorgia Meloni.

Image : Des spectateurs ont filmé la rixe, mais personne n'est intervenu (Photo : Facebook)

source: https://magyarnemzet.hu/kulfold/2022/07/nigeriai-utcai-arus-halala-miatt-forrong-olaszorszag

Traduction: Albert Coroz

2 commentaires

  1. Posté par lia le

    Viva Italia !!
    Pour ma part je dénonce l’atrocité de l’attaque raciste du commissariat de Vitry lors de laquelle des policiers blancs ont été attaqué au mortier par +de 20 migrants. Ces attaques racistes contre les blancs me peinent !!

  2. Posté par Indignation sous conditions le

    Lorsque les rôles sont inversés , on ne les entend jamais, ces ONG.
    Alors que c’ est très nettement plus fréquent.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.