L’échec français avec zéro expulsion depuis le début du bras de fer avec les pays du Maghreb : « Tout le monde rentre, et personne ne sort » (MàJ : L’Algérie accepte d’accueillir « sous condition » les expulsés)

post_thumb_default

 

19/06/2022

Du nouveau concernant la question des sans-papiers algériens expulsés depuis la France. Après un bras de fer qui a duré plusieurs mois avec le gouvernement français, les autorités algériennes auraient accepté de délivrer les autorisations consulaires aux ressortissants algériens faisant l’objet de décisions d’expulsion du territoire français. Mais cela sous certaines conditions, que la France devra respecter.

La question des sans-papiers algériens faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF) constitue l’une des principales questions de divergence entre la France et l’Algérie. Une question soulevée au plus haut sommet de l’État des deux pays, sans pour autant arriver à une solution. Chaque partie accuse l’autre concernant le manque de coopération dans ce lourd dossier, qui touche des milliers de ressortissants algériens en France.

En septembre 2021, le gouvernement français a décidé de réduire de 50 % le nombre de visas accordés aux Algériens, comme mesure de représailles contre les autorités algériennes. Selon Paris, le gouvernement algérien ne coopère pas dans le dossier des ressortissants algériens visés par l’expulsion de France. Selon le ministère de l’Intérieur français, entre janvier et juillet 2021, la justice française a, en effet, ordonné 7731 obligations de quitter le territoire français et seulement 22 sont repartis chez eux, soit à peine plus de 0,2,%.

Un chiffre contesté par le chef de l’État algérien Abdelmadjid Tebboune, en personne. Ce dernier a accusé, dans une déclaration le 10 octobre 2021, le ministre de l’Intérieur français Gerald Darmanin de bâtir « un gros mensonge ». Réagissant à cette sortie, l’entourage du ministre français de l’Intérieur est revenu à la charge en affirmant que le nombre d’Algériens en situation irrégulière en France dépassait les 7 000.

Les sans-papiers algériens en France ne peuvent toutefois faire l’objet d’expulsion vers l’Algérie sans la fameuse autorisation consulaire délivrée par les autorités algériennes, pour chacun de ses ressortissants faisant l’objet d’une OQTF. Ce n’est pas tout. Depuis la crise sanitaire, aucun sans-papiers ne peut être expulsé de France sans passer un test PCR contre le Covid-19.

Voici la condition de l’Algérie pour accueillir les sans-papiers expulsés de France

Une condition qui a compliqué davantage l’exécution des OQTF contre les ressortissants algériens, pour la simple raison que la majorité d’entre eux refusent de passer ce test. En refusant de se soumettre aux tests PCR, ces sans-papiers algériens ne peuvent donc faire l’objet d’expulsion vers l’Algérie. Sachant qu’ils ne peuvent pas être obligés à faire ce test, de nombreux sans-papiers algériens se retrouvent ainsi non expulsables vers leur pays.

Mais cette question devrait être résolue, à en croire une source diplomatique algérienne citée ce dimanche 19 juin 2022 par le quotidien Le Jeune Indépendant. En effet, l’Algérie a accepté de délivrer les autorisations consulaires aux ressortissants algériens faisant l’objet de décisions d’expulsion du territoire français (OQTF) à condition qu’ils soient munis de tests PCR tels que fixés par les procédures en cours dans l’Hexagone, rapporte la même source.

La France ayant placé l’Algérie sur sa liste orange, il est donc impossible pour un voyageur en provenance de l’Algérie d’entrer en France sans se soumettre à un test PCR. Et comme l’Algérie applique le principe de réciprocité, toute personne désirant se rendre en Algérie depuis la France devra être aussi munie d’un résultat négatif d’un test PCR. C’est pour dire que si la France veut lever cette condition de test PCR sur les sans-papiers algériens visés par une OQTF, elle doit lever les restrictions de voyages pour les Algériens en plaçant l’Algérie sur sa liste verte.

ObservAlgérie / Jeune-Independent


10/12/2021

La décision française de réduire les visas octroyés aux pays maghrébins touche particulièrement l’Algérie. Selon l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (APOCE), 95% des demandes de visas pour la France sont refusées.

Selon une publication sur sa page Facebook, l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement (APOCE), se basant sur les données des agences de voyages, 95% des demandes de visa pour la France ont été refusées dont celles relatives au renouvellement de visas.

Face à ces refus systématiques, l’APOCE a demandé aux Algériens souhaitant demander un visa pour la France de reporter le dépôt de dossier auprès des autorités consulaires françaises au risque de se voir, eux aussi, refuser de visa. «On vous déconseille de déposer actuellement vos demandes de visa Schengen auprès des consulats de France», souligne l’APOCE. Selon l’association qui défend les consommateurs algériens, seulement 5% des demandes de visa déposées par les Algériens ont obtenu des réponses favorables.

Il fallait s’attendre à ce que l’Algérie soit le pays le plus affecté par la décision française de réduire les visas accordés aux pays maghrébins du fait que ceux-ci, selon Paris, refusent de reprendre leurs ressortissants en situation irrégulière en France.

[…]

Pour rappel, en 2019, la France avait octroyé un total de 275.000 visas à l’Algérie.

Le360


03/11/2021

L’échec français avec zéro expulsion depuis le début du bras de fer avec les pays du Maghreb : « Tout le monde rentre, et personne ne sort »


30/09/2021

87% des Français approuvent la réduction du nombre de visas accordés au Maroc, à l’Algérie et à la Tunisie :


29/09/2021

L’Algérie convoque l’ambassadeur de France en réaction à la décision de réduire le nombre de visas. Le Maroc avait aussi déploré mardi la décision de la France, la qualifiant d’« injustifiée ».

Le Monde


Donnant-donnant. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a, ce mercredi matin, défendu la réduction drastique du nombre de visas à destination de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, l’expliquant par la volonté de forcer ces trois pays du Maghreb à récupérer leurs ressortissants quand la France les expulse.

Le Parisien

Darmanin : “A la demande du Président de la République, la France a drastiquement réduit le nombre de visas accordés aux Algériens, Marocains et Tunisiens tant que ces pays refuseront le retour de leurs compatriotes en situation irrégulière sur notre sol.

Darmanin sur l’octroi de visas : “Tant que vous ne reprenez pas vos compatriotes, on n’accepte pas vos compatriotes


28/09/2021

OQTF : Obligation de quitter le territoire français

La France réduit de 50% les visas accordés à l’Algérie et au Maroc, et de 30% pour la Tunisie

La France va réduire drastiquement le nombre de visas accordés au Maroc, à l’Algérie et à la Tunisie A l’origine de cette décision : le fait que ces trois pays refusent de reprendre leurs ressortissants en situation irrégulière

Les chiffres des expulsions des ressortissants algériens, marocains et tunisiens n’ont jamais été aussi mauvais. Selon le tableau de bord interne de l’exécutif qu’a pu consulter Europe 1 sur les expulsions et la délivrance de visas, la France a durci le ton envers ces pays en réduisant drastiquement le nombre de visas délivrés.

[…]

Les expulsions réelles entre janvier à juillet 2021 :

Algérie : 7.731 OQ
22 Expulsions (0.2%)

Maroc : 3.301 OQTF
80 Expulsions (2.4%)

Tunisie : 3.424 OQTF
131 Expulsions (4.0%)

OQTF : Obligation de quitter le territoire français

Europe 1

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.