Suisse romande: «Il n’y a pas que les femmes qui ont leurs règles»

article complet (abonnés): https://www.24heures.ch/il-ny-a-pas-que-les-femmes-qui-ont-leurs-regles-384390539278

*******

Carla Montet: Voici l'Occident rendu cinglé par les fanatismes néo-marxistes.
Ces demeurés font encore croire que nous avons un avenir tellement radieux que notre préoccupation devrait tourner autour de leurs constructions mentales des 56 genres, et devrait être de faire la chasse aux inégalités qui alimentent leurs causes.

Le néoféminisme se confond totalement avec tous les domaines de la lutte néocommuniste: il est anticapitaliste, antiraciste, contre le patriarcat hétérosexuel, et ne fait plus qu'un avec la cause migratoire.

La Grève féministe 2022 est d'ailleurs complètement dédiée à cette "conjonction des luttes".

Ce 14 juin, les 50'000 féministes romandes "en colère" ont réclamé - logique féministe oblige - l'égalité pour les rentes AVS tout en cotisant moins et en travaillant moins longtemps. Elles ont défilé sous les drapeaux et des slogans de l'extrême gauche, et des slogans plein de vulgarités.
Tout observateur disposant d'un minimum de bon sens appellerait à dégenrer la logique néo-féministe et non la société.

Le Courrier.ch relève:

"Quelques jeunes femmes marchent les seins nus, l’une, en soutien-gorge, a écrit dans son dos: «Libérez-nous du mâle!» "

 

" «Si vous ne savez pas ce que sont des hommes cisgenres, c’est que vous en êtes probablement un», lance une organisatrice, précisant qu’on parle de personnes dont le genre ressenti est en accord avec celui assigné à la naissance." 

(source avec photos Keystone: https://lecourrier.ch/2022/06/14/le-poder-feminista-de-la-vague-violette/)

Nous avons souvent publié sur le sujet du transgenrisme, un des délires idéologiques créés artificiellement pour servir l'idéologie progressiste.

Chaque personne sensée sait qu'en réalité, la transidentité est une chimère, il n'y a que des jeunes mal dans leur peau, avec une identité en pleine formation, qui se laissent influencer, manipuler, puis mutiler à vie.
Personne n'est né dans un mauvais corps par ailleurs parfaitement SAIN, cette épidémie n'a rien à voir avec l'hermaphroditisme congénital, qui est rarissime.

Médicaliser le genre de naissance qui fonctionne normalement, en faisant croire à un jeune qui se cherche que changer de genre est possible et bénéfique, cela devrait tomber dans le domaine du pénal dans une société qui n'est pas dépravée.

L'Occident juge avec arrogance les pays conservateurs "intolérants", "transphobes", qui rejettent ces courants idéologiques, et criminalisent toute remise en question du militantisme LGBT.

Les personnes qui entament une transition de genre sont toutes, sans le savoir, instrumentalisées par des idéologues criminels, par des ennemis de notre civilisation. Les forces obscures qui produisent ce genre de changement sociétal haïssent la vie, et tout ce que nous sommes, nos traditions, notre civilisation.

Certains responsables de l'enseignement en Suisse romande, avec l'aide appuyée des médias, ont importé cette mode déconstructionniste des États-Unis, tout comme les autres folies déconstructionnistes, et la menstruation est devenue l'un des sujets à exploiter pour servir leurs causes.

C'est ainsi que Cesla Amarelle, l'ancienne ministre socialiste de l’éducation du canton de Vaud, a imposé dans les écoles durant son mandat, les toilettes dégenrées et la distribution des protections hygiéniques.
Les médias se sont empressés de relayer l'idée que la Suisse romande a un grave problème de précarité menstruelle scolaire, tout en rappelant que la Suisse est l'un des pays les plus riches au monde.
Aucun journaliste n'a trouvé étonnant que le reste de l'humanité qui n'a pas notre niveau de vie n'a pas de problème de précarité menstruelle.

Bien entendu, ces justiciers ne relèveront jamais qu'il n'y a pas plus de raison de fournir des protections hygiéniques dans les écoles aux filles que de fournir rasoirs et mousse à raser aux garçons.

Le thème des protections féminines est devenu même objet de contestation, un sujet parlementaire, aboutissant dans notre parlement féminisé à la suppression du TVA sur les protections hygiéniques.

C'était une aubaine à saisir pour les collectionneuses d'injustices sociales, un élément à ajouter à la liste de leurs postures victimaires. Jusque-là, on aurait encore pu y trouver une certaine logique: seules les femmes ont des règles, et la cause "tampax" a remporté une victoire.
Mais nos néoféministes, dotées d'une capacité de raisonner qui va bien au-delà, affirment qu'être une femme est une simple construction sociale.
Par conséquent, elles revendiquent une société dégenrée, inclusive, une société où «on ne naît pas femme mais on le devient», pour conclure qu'«il n’y a pas que les femmes qui ont leurs règles».

Le but de ces revendications, c'est de détruire la féminité, déconstruire la pudeur et la dignité des femmes, leur capacité à être le relais de ce qu'elles ont reçu de la civilisation occidentale. Il n'y a que nos pires ennemis qui ont pu inventer de telles demandes.

Image: Grève des femmes, Lausanne 2019

Ces manifestations féministes sont parfaitement illustrées par ces décervelées aux seins nus, tout comme par les réclamations égalitaristes pour pouvoir se mettre à torse nu à la piscine comme les hommes, se battre au nom de l'égalité pour supprimer la TVA sur les tampons, exposer des images des organes génitaux féminins en public: tout cela avilit la femme, détruit son intimité, tout le charme qui entoure son genre.

Pour nos gauchistes, tous les tabous restants doivent sauter, car les tabous sont liés aux traditions, qui empêchent que leur règne vienne. Et comme ce sont les femmes, avec les migrants, qui ont remplacé le prolétariat, il faut parallèlement nommer l'ennemi, la masculinité, mais en exclusivité celle des hommes blancs.

Avant l’avènement du monde post-moderne, le pénis a été montré et magnifié, mais aujourd'hui il est devenu l'arme de l'agression et il serait impensable que les hommes se livrent au même genre de mise en valeur dans l'espace public que ce qui est actuellement très en vogue chez les féministes:


Toutes ces grèves féministes sont composées majoritairement de bobos blanches privilégiées, qui agissent sans jugeote pour le côté festif, pour meubler leur existence. Incapables de saisir les enjeux réels, elles se laissent mener par le bout du nez par un poignée de marxistes radicalisés au service d'une idéologie qui les dépasse.
Il n’y a pas que les femmes qui ont leurs règles ? Elles n'en sont pas à ça près !

Nous vivons sous la tyrannie de la pensée unique, le mot "diversité" est un ordre, imposé jusqu'à l'identité du genre. Le progressisme permet dorénavant aux hommes de menstruer, l'histoire est en marche, notre monde inégalitaire est périmé et doit basculer vers la justice révolutionnaire dégenrée et multiculturelle, c'est-à-dire... le néant.

***

Image en avant: prise à Lausanne sur la Place du 14-Juin, l'ancienne Place St-Laurent, durant la manifestation féministe du 14 juin 2022. Le message de cette pancarte est à notre avis la meilleure illustration du niveau de l'événement...

5 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Chez les Macron avec Jean-Michel Trogneux alias Brigitte, c’est le temps des économies, sauf si il-elle dispose des deux sexes comme dans cet ouvrage, https://is.gd/XM7Hof voir à la fin, mais la lecture peut être intéressante tout comme le bouquin « les graveurs du silence ».

    Déjà la candidature de Macron a été boostée par des pervers sexuels, pédés-pédophiles invités à la Rotonde à l’entre-deux tours de la Présidentielle 2017. https://is.gd/WWX51K https://is.gd/90pkMk et avec Olivier Duhamel, https://is.gd/NNPx5u …cité comme principal acteur dans « La Familia Grande », Cohn-Bendit etc. VOUS COMPRENEZ AINSI LE POURQUOI DES OBSESSIONS SEXUELLES QUI ONT PARALYSÉ L’ACTION DE CES GOUVERNEMENTS DE TAPETTES mais aussi la toute puissance mondialiste de ces réseaux de salopards qui ont réussi à planquer la Buzyn à l’OMS. https://is.gd/bCfhQ8

    Fait tout aussi important, c’est la concurrence en matières de perversités entre Jean-Michel Trogneux et les sectes des mormons et leurs multiples doublures. Vue leur expertise en matière de généalogie, il y a toute les chances que les preuves sur Jean-Michel Trogneux-Brigitte aient été découvertes et disséminées par ce milieux sectaire. https://is.gd/COwqwC

  2. Posté par Sergio le

    Comme Monsieur Jourdain qui ne savait pas qu’il faisait de la prose, je n’ai appris qu’il y a quelques années que j’étais cisgenre. Sur le moment, j’ai été content d’avoir cette maladie.
    Depuis, on a détecté chez moi d’autres pathologies bien plus graves. Je suis donc homophobe, transphobe, etc. Il en existe au moins une douzaine, des affections toutes plus dangereuses les unes que les autres. C’est consternant. Une prétendue bonne santé ne présage décidément rien de bon.

  3. Posté par Le Moko le

    Ces gonzesses sont devenues complètement chtarbées, a bas le patriarcat, je leur souhaite bien du plaisir dans une génération ou deux avec les barbus ! pour moi ce sont des mal b… et ou des lesbiennes refoulées, pas mon problème mais toute la presse marxiste leur ouvre leurs colonnes !

  4. Posté par TheEnd le

    « Une telle connerie dépasse l’homme. Une hébétude si fantastique démasque un instinct de mort, une pesanteur au charnier, une perversion mutilante que rien ne saurait expliquer sinon que les temps sont venus, que le Diable nous appréhende, que le Destin s’accomplit. » Louis-Ferdinand Céline

  5. Posté par antoine le

     »Voici l’Occident rendu cinglé par les fanatismes néo-marxistes … et leurs constructions mentales des 56 genres. »
    Seulement 56 genres ? C’est vraiment trop limitatif ! Imposé comme ça 56 genres alors qu’en réalité il n’y en a que deux (2) !
    Ces études de  »genres » occupent leurs petits cerveaux en mal d’être !
    Les psy ont de beaux jours devant eux !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.