Kiev réclame des armes et une aide humanitaire face au choléra

11/06/2022

L'Ukraine a demandé samedi aux Occidentaux d'accélérer leurs livraisons d'armes pour résister aux pilonnages de l'armée russe dans le Donbass et à la communauté internationale de lui fournir une aide humanitaire face à la propagation de maladies comme le choléra à Marioupol.

A Sievierodonetsk, verrou de l'est de l'Ukraine, dans la région de Louhansk, que l'armée russe s'efforce d'encercler, des combats de rue meurtriers opposent les deux camps qui subissent probablement des pertes élevées, a déclaré le renseignement britannique dans son point quotidien sur le conflit.

En fin de journée, le gouverneur de la région de Louhansk, Serhiy Gaidai, a déclaré que le bombardement russe de l'usine chimique d'Azot, à Sievierodonetsk, avait provoqué un violent incendie après la fuite de plusieurs tonnes de pétrole. Il n'a pas précisé si l'incendie de l'usine, où des centaines de civils se sont réfugiés, avait été maîtrisé.

10 plus de canons que l'Ukraine

Selon Kyiv, les forces russes ont au moins 10 fois plus de pièces d'artillerie que les forces ukrainiennes alors que la guerre dans le Donbass, principal objectif stratégique de Moscou plus de trois mois et demi après le début de son opération d'invasion, est désormais principalement une bataille d'artillerie.

"Nous allons certainement l'emporter dans cette guerre que la Russie a déclenchée", a cependant déclaré le président ukrainien Volodimir Zelensky lors d'une conférence à Singapour par liaison vidéo. "C'est sur les champs de bataille en Ukraine que se décident les futures règles de ce monde." Sur le terrain, l'état-major ukrainien a déclaré samedi que les forces russes avaient sécurisé des positions dans deux villages proches de Sievierodonetsk.

Selon le gouverneur de la région de Louhansk, les Russes contrôlent la majeure partie de la ville, qui comptait 100.000 habitants avant la guerre. La principale route reliant Bakhmout à Lyssitchansk et Sievierodonetsk est la cible de pilonnages permanents mais les positions y restent inchangées, a ajouté Serhiy Gaidai.

Sloviansk et Siversk visées

Les forces russes tentent de progresser au nord et au sud de Sievierodonetsk mais n'ont enregistré que des gains limités, selon l'Ukraine et les renseignements britanniques. D'après Kyiv, la Russie a regroupé des troupes, ravitaillées en munitions et carburant, en prévision d'offensives sur deux villes de l'oblast (région) de Donetsk, Sloviansk et Siversk.

Les frappes russes ont interrompu ce samedi l'alimentation électrique des deux plus grandes villes de la région de Donetsk contrôlées par l'Ukraine, Kramatorsk et Sloviansk, a écrit le gouverneur régional Pavlo Kyrylenko sur l'application Telegram.

S'exprimant par la suite à la télévision nationale, il a parlé d'une stratégie délibérée visant à couper l'électricité dans les villes de l'oblast de Donetsk qui restent aux mains des Ukrainiens. "L'ennemi comprend où il frappe et dans quel but", a-t-il déclaré.

Dysenterie et choléra à Marioupol

Dans le sud de l'Ukraine, le maire de Marioupol, ville portuaire du Donbass réduite à l'état de ruines après un siège de plusieurs semaines par la Russie, a déclaré que les infrastructures sanitaires étaient détruites et que des cadavres pourrissaient dans les rues. "Il y a une épidémie de dysenterie et de choléra", a dit Vadym Boïtchenko à la télévision ukrainienne.

"La guerre qui a emporté 20.000 habitants (...) malheureusement avec ces infections, va coûter la vie à des milliers d'habitants supplémentaires."

Le maire de Marioupol a appelé les Nations unies et le Comité international de la Croix-Rouges à mettre en place un couloir humanitaire pour permettre aux habitants encore sur place de quitter la ville, désormais contrôlée par Moscou. Volodimir Zelensky avait auparavant accusé la Russie de chercher à "briser chaque ville du Donbass". "Sievierodonetsk, Lyssytchansk, Bakhmout, Sloviansk, beaucoup, beaucoup d'autres", a-t-il dit. "Toutes ces ruines étaient autrefois des villes heureuses." Chaque camp affirme infliger de nombreuses pertes au camp adverse.

10.000 soldats ukrainiens tués

Un conseiller de Zelensky, Oleksiy Arestovytch, a estimé dans une interview sur les réseaux sociaux que la Russie perdait en moyenne cinq à six fois plus de combattants que l'Ukraine.

A la question de savoir si cela signifiait que l'armée ukrainienne avait perdu jusqu'à 10.000 hommes au cours des cent premiers jours de guerre, il a répondu : "Oui, quelque chose comme ça."

"Si en raison des blocus russes, nous ne sommes pas en mesure d'exporter nos denrées alimentaires, qui manquent si cruellement sur les marchés mondiaux, le monde sera confronté à une crise alimentaire aiguë et grave et à la famine - la famine dans de nombreux pays d'Asie et d'Afrique", a également mis en garde Volodimir Zelensky lors de la conférence organisée à Singapour.

3 commentaires

  1. Posté par antoine le

    Et en raccourci se sera la faute à M. Poutine !
    Pour rappel la guerre en Ukraine a débuté le 24 février 2022.
    L’année dernière (2021), les prix du blé ont augmenté de 69 %.
    Parmi les autres exportations alimentaires majeures de la Russie et de l’Ukraine, les prix du maïs ont augmenté de 36 % et de l’orge de 82 %.
    https://lesobservateurs.ch/2022/03/23/les-etats-unis-ont-sanctionne-non-seulement-les-russes-mais-le-monde-entier-ils-ont-fait-exploser-une-crise-alimentaire-mondiale/
    Comment expliquer cette hausse soudaine et catastrophique en 2021 du blé, maïs et de l’orge ?
    Est-ce la conséquence des mesures prises par des incompétents pendant les 2 années de la pandémie du covid ?

  2. Posté par mady le

    L’Ukraine réclame, réclame, réclame……………………..
    moi, je souhaite qu’une seule chose : qu’ils se mettent enfin à la table des négociations et que ces massacres s’arrêtent

  3. Posté par mady le

    L’Ukraine réclame, réclame, réclame……………………..
    moi, je souhaite qu’une seule chose : qu’ils se mettent enfin à la table des négociations

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.