Guerre en Ukraine. “Vous, vous faites des tweets, c’est tout ce que vous faites. […] Vous parlez d’aller combattre, allez-y, allez sur le terrain !” : Echange musclé entre le grand reporter Régis Le Sommier et Raphaël Enthoven 

 

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par miranda le

    (Pour se disculper de son non engagement dans le conflit Ukrainien) Enthoven répond :
    Camus et AARON ont été privés de champ de bataille parce que l’un était chétif et l’autre était tubard « .
    Curieusement ENTHOVEN n’est pas chétif et semble être en très bonne santé. Mais il préfère sa guerre verbale sur les plateaux, car comme castrateur du discours d’autrui, il n’y a pas mieux
    En attendant, cet intellectuel malsain , n’évoque surtout pas l’effondrement économique aux effets tragiques que cette guerre va provoquer aussi en Europe. Des millions de gens vont souffrir indirectement de cette guerre.

    Et comme dit le journaliste, les intellectuels restent à PARIS.
    Quel courage de venir dans ces arènes audio-visuelles et discourir avec des individus aussi ambigus et manipulateurs. Mais par cette confrontation, on découvre quand-même ce que ce genre d’individu pense réellement. Le philosophe n’est plus. Il est mort car il s’est fourvoyé en jouant un rôle qui ne devait pas être le sien.

  2. Posté par maurym le

    Commentaire sur la guerre en Ukraine
    Hares24 février 2022 à 14:42

    La mort, que ce soit de militaires ou de civils, est toujours un drame… Combien de familles vont pleurer aujourd’hui la mort d’un père, d’une mère, d’un frère, d’une sœur, d’un enfant ?
    Ce qui se passe aujourd’hui est un drame, drame qui n’aurait jamais dû arriver.
    Comment les européens ont-ils pu se laisser embarquer dans cette galère US ? Car il s’agit bien de ça. Les américains, au bord de la faillite n’ont pas trouver d’autres moyens que de sacrifier l’Europe sur l’autel du dollar roi… Nous, pauvres idiots suivistes que nous sommes, allons payer très cher le prix du libéralisme et du consumérisme effréné.
    La question du jour est : »où s’arrêteront les russes ? ». En ce qui me concerne, vue la très grande détermination affichée par Vladimir Poutine, je persiste à croire qu’il ira au bout de ses exigences et combattra jusqu’aux limites de L’OTAN de 97. Tout le monde pense qu’il n’osera pas affronter L’OTAN… A mon humble avis on se trompe. L’Ukraine est probablement le step numéro 1.
    Je constate aussi que notre bon président s’était bien gardé d’annoncer sa candidature et que, probablement, il fera jouer l’article 16 de la constitution lui donnant les pleins pouvoirs. Question : »savait-il que cette guerre serait engagée avant le mois de mars ? « .
    On a vu que les américains ont trompetté partout que la guerre aurait lieu durant les JO de Pékin… L’objectif était double :
    1 pourrir les JO chinois dans une énième humiliation
    2 engager la guerre qui vient en Europe.
    L’alliance sino-russe a bien fonctionné.
    Les russes ont patiemment subi et ont attendu la fin des JO pour enfin se libérer d’un carcan pesant et humiliant.
    Le plan était bien préparé certes, mais il fallait être bien fou pour penser que les humiliations, les menaces et les sanctions allaient perdurer sans que Poutine et la Grande et Éternelle Russie ne bougent… Les américains et leur jouet OTAN ont fini par faire sortir l’ours russe de sa tanière et il est en colère…
    Le pantin Zelensky et les instructeurs de L’OTAN qui devaient faire de l’armée ukrainienne le fer de lance de L’OTAN ont été réveillés brutalement… Les infrastructures militaires balayees, on verra de quoi est capable l’armée ukrainienne au sol…
    Maintenant que vont faire l’Europe, L’OTAN et les USA ?
    Ils pensent peut-être encore une fois que l’argent va venir à leur secours et qu’il suffira d’autres terribles sanctions pour faire reculer les russes ?
    Vont ils faire face et se battre ?
    Les américains ont déjà affiché la couleur.. Ils vont renforcer leurs alliés (à doses homéopathiques) et ils vont probablement vite se barrer quand ce sera mal engagé… Probablement aussi, vont-ils avoir des problèmes dans le Pacifique et en Mer de Chine… En effet, on peut penser que Poutine ne s’est pas lancé dans cette guerre sans avoir l’assurance que la Chine le soutiendrait.
    Autant dire que la situation est grave et quasiment désespérée. Les européens vont bientôt être face à leurs fautes et il va falloir se battre contre ceux-là même qui nous avaient réellement sauvés du nazisme en 1944. Triste réalité… Peut-être nous sauveront-ils de cette peste américaine qui nous a tous contaminés ?
    Aujourd’hui la mort et la désolation sont à nos portes. Il va nous falloir apprendre à mourir comme des hommes pour avoir voulu vivre comme des chiens.

  3. Posté par maury le

    A Severodonetsk sonne le glas du corps de bataille ukrainien dans le Donbass qui désormais voit l’encerclement du cœur de son dispositif (Kramatorsk / Slaviansk) se profiler à l’horizon mais cette bataille marque aussi l’engagement augmenté et radical de l’OTAN dans ce conflit européen qui non seulement finance l’effort de guerre et équipe les forces ukrainiennes mais organise des unités de mercenaires occidentaux (et probablement les encadre) de plus en plus visibles sur le front :

    A Severodonetsk, un groupe de mercenaires étasuniens
    tente, à coups de M4, de NLAW et de jurons d’opposer
    une résistance à un assaut russe vers la rivière Donets.

    Entre les équipements offensifs et les mercenaires d’une OTAN de plus en plus co-belligérante, la question est de savoir jusqu’où peu aller la patience de Moscou avant que son Etat Major décide de frapper directement les bases arrières de cette ingérence militaire occidentale ainsi que leurs ressources aériennes renseignant l’Etat Major ukrainien.

    D’ici là, le besoin d’une victoire militaire pour aborder les négociations diplomatiques potentielles en position favorable organisera probablement autour de la libération de Severodonetsk un tapage propagandiste logique et quelque part légitime, cependant il ne faut pas oublier que ce bastion ukrainien à l’Est de Kramatorsk ne sera vaincu qu’une fois Lisichansk libéré et pas avant. Et la position vulnérable de Severodonetsk sous les défenses d’une garnison de Lisichansk appuyée sur la rivière Donets ne permettra pas de faire une pause militaire comme celle qui a suivi la libération de Marioupol.

    Si Kiev décide d’y maintenir sa garnison, a bataille de Lisichansk commencera dans les prochains jours, plus longue et plus violente.

    Erwan Caste

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.