Texas: une enseignante se vante d’avoir endoctriné 20 élèves sur 32 pour qu’ils deviennent LGBT et qu’ils lui fassent leur « coming out »

Une enseignante de quatrième année dans une école publique du Texas s’est vantée d’avoir réussi à endoctriner 20 des 32 enfants de sa classe pour qu’ils lui fassent leur « coming out »en tant que LGBT.

Selon l’enseignante, une semaine entière d’enseignement consacrée aux questions LGBT « n’était pas suffisante » car « sur les 32 élèves à qui j’enseigne, 20 sont LGBTQIA+ et m’ont fait leur coming out ».

L’enseignante était furieuse que l’on ait dit à ses élèves de quatrième année qu’un défilé matinal était une « marche du bien-être » promouvant la santé et la forme physique, alors qu’il aurait pu s’agir d’une « Pride Parade » célébrant les « Queer folx ».

Des messages internes de l’école primaire révèlent que le cheval de Troie LGBT a infiltré le système scolaire public. Cela ne devrait pas surprendre ceux qui ont été attentifs.

Prenez l’exemple de la Georgetown Day School (GDS), l’école privée de la maternelle à la 12e année où la juge Ketanji Brown Jackson siège au conseil d’administration. Georgetown promeut le mode de vie homosexuel et le changement de genre, notamment en utilisant des élèves de quatrième année dans une assemblée scolaire « Free to Be Me » visant à éduquer les « élèves de classe inférieure ».

En tant que membre du conseil d’administration de l’école de Washington, DC, Jackson est tenue de « soutenir » et de « promouvoir » les activités de l’école, notamment en apprenant aux enfants à devenir des « militants » et des « alliés » du mouvement pour les droits LGBT.

Selon le site Web de la National Association of Independent Schools, la première responsabilité d’un conseiller scolaire est de « soutenir et promouvoir activement la mission, la vision, les objectifs stratégiques et les positions politiques de l’école ». La NAIS précise également que le conseiller scolaire « connaît la mission et les objectifs de l’école, y compris son engagement en faveur de l’équité et de la justice, qu’il les représente de manière appropriée et précise au sein de la communauté » et qu’il « reste pleinement informé des opérations en cours ».

Selon Breitbart : La production de l’assemblée de l’école virtuelle a été dirigée par des enseignants et d’autres adultes de l’école et a été racontée par des élèves de quatrième année.

Guyton Mathews, associé de programme au bureau de la diversité, de l’équité et de l’inclusion de l’école, a présenté cette « importante tradition de la GDS » et a déclaré qu’il était heureux que cette année, l’événement (organisé en 2021) ait lieu pendant le mois des fiertés, un mois désigné pour célébrer le mode de vie LGBT.

« Aujourd’hui, les élèves vont nous faire découvrir l’histoire des LGBTQ+ », a déclaré Mathews. « Et nous faire connaître l’importance d’accepter les gens pour ce qu’ils sont et de les laisser aimer qui ils veulent. »

« En tant qu’homme noir gay, je sais trop bien à quel point il peut être difficile d’être authentique en raison de la peur que vous pouvez avoir d’être jugé », a déclaré Mathews.

« Dans ces scènes, les élèves apprennent ce qu’est la fierté, le militantisme et ce que signifie être un allié », a déclaré Julia Tomasko, enseignante de quatrième année, à propos de l’événement avant de le remettre aux élèves de neuf et dix ans de l’école.

« Bonjour la classe », dit un élève. « Est-ce que quelqu’un connaît des exemples de moments où des personnes ont travaillé ensemble et ont décidé de faire entendre leur voix avec force pour faire la différence ? »

« Pendant le mouvement des droits civiques, des gens de toutes les races ont marché pour changer des lois injustes », répond l’élève. « Les gens protestent encore pour la justice raciale dans le cadre du mouvement Black Lives Matter ». Oh, oui. Nous avons appris ça cette année. »

On raconte aux élèves les émeutes de Stonewall à New York, dont on leur a appris qu’elles étaient un effort courageux pour faire avancer les droits des LGBT.

« Un groupe de policiers a essayé de dire aux personnes LGBTQ + qu’elles n’avaient pas le droit de se réunir dans des endroits où elles se sentaient en sécurité », explique un élève. « Les personnes qui travaillent ensemble pour défier la police pour leurs droits sont des héros qui changent le monde. C’est horrible que la police les ait traités comme ça. »

« Je sais que tu as tellement raison », a dit un autre élève. « C’est pourquoi deux incroyables femmes transgenres nommées Marsha P. Johnson et Sylvia Rivera ont décidé de défendre les droits de tous les membres de la communauté LGBTQ plus. »

Un autre étudiant raconte qu’il y a plusieurs années, un enfant de 7 ans a écrit à un sénateur de l’État du Maryland au sujet du mariage homosexuel.

« À l’époque, les personnes du même sexe ne pouvaient pas se marier », raconte l’élève. « Dans sa lettre, l’élève de deuxième année lui a dit que ce n’était pas juste. Il a appelé cette élève pour la remercier d’avoir écrit la lettre et lui a dit qu’il était favorable à la légalisation du mariage homosexuel. Le Maryland a été le huitième État à légaliser le mariage homosexuel. »

Les élèves présents à l’assemblée assistent ensuite à une sorte de pièce de théâtre basée sur le livre The Duchess Who Outlawed Jelly Beans, l’une des histoires d’un livre de « contes de fées » décrit sur le site Web de l’Université de Floride centrale comme « LGBTQ (Gender and Sexuality) ; Gay/Lesbian ; gay ; pères gays ; adultes gays ; lesbiennes ; mères lesbiennes ; adultes lesbiens ; parents de même sexe ; enfants de parents gays ».

Le site Web indique que le matériel est approprié pour les classes de la maternelle à la troisième année.

Lors de l’audience de confirmation du Sénat la semaine dernière, Mme Jackson a été interrogée sur plusieurs aspects controversés de sa vie professionnelle et personnelle, qu’il s’agisse des peines légères qu’elle a infligées à des personnes condamnées pour pornographie infantile ou de son soutien à la théorie de la race critique à la Georgetown Day School.

Au cours de sa deuxième journée d’interrogatoire par les sénateurs, mardi, la juge Jackson a répondu aux questions d’un certain nombre de républicains concernant son opinion sur la « théorie critique de la race » – et le sénateur Ted Cruz (R-TX) l’a spécifiquement interrogée sur les documents raciaux essentiels enseignés à la Georgetown Day School, tels que Antiracist Baby d’Ibram X. Kendi.

Cependant, l’enseignement de Antiracist Baby n’est pas le seul matériel radical qui est poussé sur les enfants de l’école où le juge Jackson siège au conseil d’administration.

La GDS se vante de son programme d’extrême gauche dans son profil de lycée 2021-22 « curricular highlights » (points forts du programme), présentant un cours, par exemple, sur « l’exploration de la justice reproductive » et un séminaire de 9ème année « cours phare de justice sociale qui sert de point de départ à une éducation de lycée GDS ».

Le lycée GDS a conservé le thème des LGBT pour sa production théâtrale annuelle en juin 2021. Le site Web de l’école a décrit la pièce Spring Awakening comme suit : « Sur une note d’avertissement, le spectacle comprend différents types d’abus physiques et émotionnels. Les familles, en particulier celles dont les enfants sont âgés de moins de 8 ans, doivent être conscientes que le spectacle fait allusion au sexe et, de manière plus explicite, illustre des relations humaines inappropriées, sexuelles et abusives. Ainsi, ces sujets peuvent déclencher des réactions chez certains membres de la communauté et peuvent empêcher d’assister à la première. »

Teacher Brags She Indoctrinated 20 Out of 32 Students To Be LGBT and They Have ‘Come Out’ to Her – News Punch

Lire aussi :

Une école américaine woke lance un « club gay » secret pour les enfants de 8 ans sans le consentement des parents

Les écoles britanniques politisent « ouvertement » les cours sur les questions de sexe et de genre, avertit un organisme de surveillance de l’éducation

Les écoles australiennes doivent cesser d’appeler les enfants « garçons et filles »

 

Source: Anguille sous roche

4 commentaires

  1. Posté par poulbot le

    Pour manipuler les mentalités , les formatés; les gauchiste, les LGBT…..
    On pris le pouvoir dans l’éducation , les presses quelles soient papiers, audiovisuels, internet.
    De la sorte la pression est permanente sur la population , nous en voyons les méfaits actuellement , cela dans tout les pays.

  2. Posté par Serguei le

    Là-bas il y a assez d’arme pour faire de l’ordre non ??

  3. Posté par Vitt le

    La vérité: la prof est pédophile et doit être poursuivie !!!

  4. Posté par antoine le

    L’école est un lieu où on est censé transmettre le savoir !
    Vouloir endoctriner des enfants pour qu’ils deviennent LGBTXYZ … est tout simplement abominable et ne correspond plus du tout aux attentes des élèves et de leurs parents !
    Il faudra remettre de l’ordre dans ce foutoir qu’est devenu l’école et l’enseignement en général !
    Il faudrait aussi que le dicastère de l’enseignement soit attribué par tournus à tous les partis politiques; ce n’est pas une chasse gardée de la gôche !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.