Les talibans ont effacé à Kaboul dès les premiers jours de leur victoire une fresque géante de George Floyd. Pendant ce temps, aux USA…

Robert Spencer, 8 sept. 2021

Illustration saisissante de la façon dont le régime islamique a balayé la bienpensance woke du XXIe siècle, les talibans ont commencé à effacer une série de peintures murales à Kaboul, dont une représentait George Floyd avec la légende en anglais "Je ne peux pluss respirer".

Ces peintures étaient les manifestations les plus visibles du type de société que les autorités américaines avaient espéré que l'Afghanistan deviendrait, honorant toutes sortes de saints laïcs vénérés en Occident. Peintes sur les murs anti-explosion en béton de Kaboul par un groupe d'artistes afghans se faisant appeler les Artlords, elles célébraient entre autres, selon le média britannique Daily Mail, « l'égalité des sexes et la signature de l'accord de paix entre les États-Unis et les talibans ».

Omaid Sharifi, co-fondateur d'Artlords, a dit : « Certaines de ces peintures étaient l'âme de Kaboul. Elles donnaient de la beauté à la ville et de la gentillesse aux habitants qui souffraient. » Peut-être, mais des peintures célébrant George Floyd et l'égalité des sexes n'exprimaient pas l'âme de Kaboul, mais celle de l'Occident gauchiste post-moderne woke, celle de gens qui ont passé vingt ans depuis le 11 septembre à stigmatiser et diaboliser ceux qui s'opposent à la violence du djihad et à l'oppression par la charia en les qualifiant d'« islamophobes », celle de Ilhan Omar, des Rashida Tlaib et de leurs partisans.

Sharifi a ajouté : « Notre objectif était de promouvoir la pensée critique et de faire pression sur le gouvernement pour qu'il accepte les demandes des gens. Les talibans étaient et sont un mouvement armé qui ne comprend que les armes à feu, la violence, les coups, les décapitations, les ceintures d'explosifs et les bombes. Il n'y a pas de vocabulaire sur l'art dans le dictionnaire des talibans. Ils ne peuvent même pas imaginer l'art. Je pense qu'ils ne le comprennent pas, c'est pourquoi ils le détruisent. »

Eh oui. Ils ne le comprennent pas parce qu'ils ne se soucient pas de le comprendre. Ils croient que l'art figuratif n'est pas musulman et doit donc être détruit, comme le premier régime taliban a détruit les bouddhas de Bamiyan en 2001. Et ils n'ont que du mépris pour la « pensée critique », l'égalité des sexes et l'hagiographie woke de George Floyd. Leurs valeurs sont très différentes, et ils ne sentent nul besoin de s'en excuser, ni de s'incliner devant les piétés gauchistes de l'Occident postmoderne.

Par-dessus les fresques murales, les talibans ont peint la profession de foi musulmane et d'autres déclarations islamiques, ainsi qu'une affirmation selon laquelle ils sont les « vrais défenseurs » de l'Afghanistan. Le contraste est frappant, et ceux en Occident qui sont plus préoccupés par « l'islamophobie » que par la terreur du djihad devraient en prendre note : quelle que soit l'aide que les pays occidentaux leur donnent, les talibans et d'autres groupes djihadistes ont l'intention de détruire le gauchisme occidental en même temps que toute autre manifestation du libéralisme laïc.

Cette leçon semble perdue pour les gardiens chancelants de l'ordre woke. Mercredi, le secrétaire d'État Antony Blinken s'est plaint de la composition du nouveau gouvernement afghan : il ne comprend que des talibans ou de leurs proches collaborateurs, et pas femme.

Blinken a-t-il vraiment été surpris ? Pensait-il réellement que les talibans nommeraient quelques femmes, et peut-être quelques-uns de leurs ennemis, afin de répondre aux normes occidentales de ce qu'est une bonne gouvernance ? Blinken a également déclaré : « Les talibans recherchent une légitimité internationale. Toute légitimité – tout soutien – devra être gagnée. » Selon l'AFP, « à ses côtés, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a déclaré que la communauté internationale attendait des talibans qu'ils défendent les droits humains, y compris ceux des femmes, accordent l'accès à l'aide humanitaire et autorisent ceux qui souhaitent quitter le pays à le faire ».

Quand est-ce que ces hommes retomberont sur terre ? Ont-ils la moindre raison de penser que les talibans se soucient une seconde de l'avis de la « communauté internationale » ? Les talibans ont montré exactement ce qu'ils pensaient de la « communauté internationale » et de son approbation lorsqu'ils ont recouvert la peinture murale de Saint George Floyd. Les talibans ont leurs propres valeurs, priorités et héros, et ce ne sont pas ceux de la gauche occidentale. Plus tôt Antony Blinken et Heiko Maas comprendront cela, mieux cela vaudra pour eux et pour leurs pays, mais il est beaucoup plus probable qu’ils ignoreront la leçon et inonderont les talibans de milliards dans l'espoir que cette générosité tournera le cœur des talibans vers la « communauté internationale ».

Cela n'a jamais marché auparavant, et ne va pas commencer à marcher maintenant, mais pourquoi Blinken et Maas s'en soucieraient-ils ? Ils font partie d'un ordre international qui se compose entièrement de personnes qui pensent comme eux, et qui risquent bien plus de les récompenser pour leurs échecs, plutôt que de les en tenir responsables. Ils ne se rendent pas compte que les talibans n'ont que mépris pour cet ordre international, ils imaginent que tout le monde n'a pour cet ordre que révérence et respect. Le sort de la fresque de George Floyd à Kaboul devrait leur faire comprendre le contraire, mais n'y comptons pas.

Copyright © 2021 PJMedia.com/Salem Media

Source : https://pjmedia.com/news-and-politics/robert-spencer/2021/09/08/taliban-paint-over-george-floyd-mural-in-kabul-n1476960

***

Pendant ce temps, aux USA

San Francisco propose une nouvelle loi (soutenue par le gouverneur Newson) pour payer aux jeunes criminels des centaines de dollars par mois s'ils s'abstiennent d'activités criminelles.
Mais pas un seul geste à la mémoire des policiers qui sont tués chaque semaine... et aucun million pour leurs veuves et leurs enfants. Quelle mascarade !

Après un an où la racaille antiraciste et d'autres groupes de Gauche ont brûlé et dévasté des villes aux États-Unis et se sont mis à déboulonner des statues des grands hommes, comme Christophe Colomb, on a érigé des statues de Floyd. 
Non, ce n'est pas une mauvaise blague, ni une série TV ratée, c'est la réalité américaine.

NEWARK, N.J. (PIX11) - La ville la plus peuplée du New Jersey a rendu hommage à George Floyd mercredi (16 juin), en dévoilant une statue de bronze de 300 kg en son honneur devant l'hôtel de ville de Newark.
Pas sûr que ce soit pour honorer son trafic de drogue, qui a rapporté des millions à sa famille.

Après avoir commis 6 cambriolages, 3 vols de voitures, 2 violations de domicile avec violence, 3 vols à main armée, battu 4 victimes sans raison, écoulé de la fausse monnaie et été arrêté 23 fois depuis 1998, George Floyd n'a pas commis de crime depuis un an.

Mais sa famille a reçu 27 millions de dollars de l'État et 20 millions de "Go Fund Me".

Source: https://rjhamster.com/2021/09/08/new-jersey/

Traductions, commentaire : Albert Coroz

 

Un commentaire

  1. Posté par Vautrin le

    Comte de Montmirail : « des gens avisés, ces talibans ! »

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.