Bayonne (64) : un migrant clandestin multirécidiviste agresse une octogénaire alors qu’ « il est assigné à résidence mais sans résidence… » faute de place au centre de rétention administrative

 

Bayonne (64) : un migrant clandestin multirécidiviste agresse une octogénaire alors qu’ « il est assigné à résidence mais sans résidence… » faute de place au centre de rétention administrative

Sous le coup d’une interdiction du territoire français, un Algérien de 41 ans s’en était pris au passager d’un bus le 9 août 2021 (…)

Publicité

La victime n’était pas là pour entendre ses excuses, mais a dit son effroi aux policiers : « Je suis choqué. J’ai 82 ans et c’est la première fois que je me fais agresser ». Condamné à 7 reprises pour des vols et non respect de la législation française, le prévenu algérien aurait dû se trouver à Billère ce 9 août, où il était assigné à résidence, faute de place au centre de rétention administrative. « Il était assigné à résidence mais sans résidence… » a souligné Me Unal pour la défense. « Cela a conduit nécessairement à une errance à un moment où les frontières étaient fermées ». Le quadragénaire a été condamné à 8 mois de prison ferme.

www.sudouest.fr

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Bonardo le

    Expulser immédiatement dans son pays .

  2. Posté par Algériens,dehors !!! le

    Il faut systématiquement exclure les Maghrébins de nos sociétés. Ils n’ont rien à faire chez nous,.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.