La «générosité» de l’accueil des mineurs étrangers génère un «appel d’air», déclare une responsable de la Justice

 

La «générosité» de l’accueil des mineurs étrangers génère un «appel d’air», déclare une responsable de la Justice

La «générosité» de la prise en charge des mineurs isolés étrangers génère un «appel d’air» des flux migratoires vers la France, a estimé mercredi 8 septembre une responsable du ministère de la Justice, Charlotte Caubel, auditionnée par la commission d’enquête parlementaire sur les migrations. Selon les chiffres de la DPJJ, en 2020 deux fois moins de mineurs non accompagnés ont été placés qu’en 2019.

«Le ministère de l’Intérieur a raison d’être vigilant sur l’appel d’air que constitue notre dispositif de protection de l’enfance, à la fois dans une logique de flux, mais surtout parce qu’il faut mesurer le parcours migratoire de ces enfants, qui sont envoyés parce qu’on sait que l’Europe protège les enfants» et qui arrivent «fracassés», a déclaré Charlotte Caubel, directrice de la protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ) du ministère de la Justice.

«Il est de notre responsabilité de faire attention à cet appel d’air spécifique qui met les mineurs en danger», «de ne pas être naïfs dans notre générosité et donc de ne pas dire que toute personne arrivant et se prétendant mineure doit être protégée, entrer dans les dispositifs» réservés aux enfants, a-t-elle ajouté. Elle a par ailleurs dit un «oui inconditionnel à la protection des mineurs qui sont sur notre territoire», qui doivent être «accompagnés, formés, scolarisés et intégrés».

Face aux protestations des parlementaires l’auditionnant, dont la députée LREM Stella Dupont («Je n’en peux plus d’entendre ce terme d’appel d’air qui ne correspond pas à la réalité»), Charlotte Caubel a précisé la problématique de la prise en charge des «mineurs non accompagnés» (MNA). L’enjeu, a-t-elle expliqué, est «que des majeurs ne bénéficient pas de cette protection, sauf à noyer nos dispositifs» et surtout à faire cohabiter majeurs et mineurs dans des lieux d’hébergement, «ce qui est problématique».  […]

Le Figaro

Merci à moi

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par J.f. Fourie le

    C est une première pour la directrice d une institution du ministère de la justice chargée de la protection des mineurs dans la loi française
    On est en train de glisser vers le tout répressif
    Cela se paye toujours très cher pour tout le monde

  2. Posté par Sonny Walker le

    Quand est-ce que ces super naifs vont-ils se reveiller et arreter de pomper le salaire des europeens ? Des dirigeants responsables devraient savoir que les mineurs doivent etre sous la responsabilite de leurs parents ! Nous n avons pas a avoir la charge de leur irresponsabilite !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (259'163 commentaires retenus et 79'280 articles publiés, chiffres au 1 décembre 2020), un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.